La revue des ‘super aliments’ les plus utiles

On les appelle ‘super aliments’ par commodité, bien que le terme ne soit ni normalisé, ni officiel. Mais ‘super’ ils sont : leur richesse nutritionnelle est si exceptionnelle que certains spécialistes voient en eux une aide face à la dénutrition ou aux déséquilibres alimentaires. ConsoGlobe vous les présente.

Rédigé par Séverine Bascot, le 14 Mar 2020, à 11 h 10 min

Le sel de mer

Le sel de mer à condition qu’il soit non chauffé, est complètement différent du sel de table commun qui manque de minéraux et d’oligo-éléments, car purifié et raffiné.

Sel de mer non raffiné, sel de Guérande – © margouillat photo

Ce sel est nécessaire à la vie, puisqu’il remplit de nombreux rôles dans le corps, y compris l’hydratation ; la santé des reins, de la lymphe, et cardio-vasculaire en général ; l’équilibre des fluides ; et la production d’acide chlorhydrique qui participe à la digestion.

La spiruline

La spiruline est l’une des 25 000 espèces d’algues connues dans le monde. Elle contient des acides gras insaturés, de la chlorophylle, des minéraux, des acides aminés et des oligo-éléments.

Smoothie vert à la spiruline – © Chepko Danil Vitalevich

Super aliment par excellence, la spiruline permet de fabriquer des globules rouges et de purifier le sang, peut aider à maigrir en complément alimentaire, à booster le système immunitaire et a un grand apport énergétique.

Le thé rooibos

Le thé rouge ne provient pas du théier mais du Rooibos, une plante d’Afrique du Sud.

Le thé rooibos ne contient donc pas de théine et peut être apprécié toute la journée. Il est très réputé pour sa concentration en antioxydants et polyphénols.

Thé rouge, thé rooïbos – © marekuliasz

De plus, il ne contient pas de caféine et est faible en tanins. Ce thé permet de stimuler les niveaux de glutathion, favorisant la désintoxication du foie et l’élimination des toxines dans le corps, ainsi que de stabiliser les radicaux libres.

Le thé vert

Le thé vert est le plus mis en avant par les pharmacies. En effet, il permet de favoriser la perte de poids, et de protéger des dommages dûs au soleil.

De plus, le thé vert protège les tendons et les ligaments, l’estomac ainsi que le niveau de sucre dans le sang. Il est un excellent antioxydant.

Feuilles de thé vert – © Lyu Hu

Le thé vert est également l’aliment qui contient le plus de molécules anti-cancéreuses et pourrait favoriser la prévention de la maladie d’Alzheimer.

 Lire page suivante : Tocotriénols, Vinaigre de Cidre et Yerba Mate

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Depuis que j'ai posé mes valises en Europe, je contribue à l'action de consoGlobe.com pour imaginer ensemble le...

38 commentaires Donnez votre avis
  1. locavore…. un point c’est tout.

  2. Je trouve dommage de faire la promotion de ces produits, majoritairement exotique. Ce qui est important est de savoir ce qui est bon pour nous selon l’endroit où l’on se trouve. Les aliments « magiques » n’existent pas. Vous faites du marketing …

  3. Les super aliments sont vraiment intéressants pour la santé. Certains sont mêmes une très bonne source de protéines végétales, ce qui intéressera particulièrement les vegans. En revanche, comme toute bonne chose, il ne faut pas en abuser et respecter les doses recommandées !

  4. J’ai testé la famille des micro-algues, plus particulièrement la spiruline et la chlorella. Ça a changé mon quotidien, plus d’énergie et ça même dès le matin. C’est pas miraculeux mais pas loin 🙂

    J’en prends en cure (en comprimés) et en poudre le plus souvent en smoothie, ça se mélange très bien.
    Après de nombreux essais, j’ai choisi la spiruline et chlorella Vegalia, j’en suis fan et j’aimerai maintenant tester des super fruits !!!

    Les super aliments sont une bonne alternative, ce sont des compléments alimentaires NATURELS et ça c’est vraiment le top !

    • Attention,la spiruline,le ginseng et d autre produit même naturel sont dangereux quand on prend par exemple des anticoagulants

  5. Manger varié, c’est la meilleure chose à faire !

  6. Je ne vois pas le KINOA
    Gros oublie ou volontaire ?

  7. Si vous êtes intéresses par du chaga ou du reishi sauvage: wildchaga.com
    bonne journée,
    Victor

  8. Finalement nos OPJ ne suivent l’évolution des choses parceque si on vous trouve entrain de manger les graines de chamvres et risquent de demander pour vous une peine à perpetuite. Mais nos parents ne instruits ont toujours justifier la culture de chamvres pour guérir les vaches et leurs petits

  9. J’utilise l’huile de lin depuis plus de 50 ans sous différentes formes et essentiellement en peinture mais aussi en bâtiment, mélangée au jaune d’œuf pour protéger le bois (l’huile de lin est un polymère qui devient très dur à la longue, il faut l’assouplir pour ne pas craquer en plaques sur le bois qui, lui, bouge constamment) mais pour la rendre efficace, je la mets au soleil qui l’éclaircie jusqu’à la rendre presque comme l’eau. Les draps de lin se blanchissent au soleil sur les prés. Par contre je n’en ai jamais avalé qui ne soit pressé depuis plus de 3 mois. De toute façon, elle devient de plus en plus aigre (je n’ai jamais attendu qu’elle rancisse)

  10. L’algue bleu vert du lac Klamath a été défini comme l’aliment le plus complet du monde à ce jour. Mais en plus sa grande particularité est de soutenir la libération cellulaire et ainsi cela permet au corps d’avoir une plus grande ressource en matière de régénérescence cellulaire. C’est incroyable les résultats qui peuvent en découler. De plus, cet aliment prolifère à l’état naturel.

  11. Au lieu de jouer les esprits chagrins, on peut se réjouir de trouver les cerises noires, l’huile de lin, les graines de chanvre, le vinaigre de cidre, voire le concentré de tomate, qui m’apparaissent bien local 🙂

    Pour le reste, il importe certes de se rendre compte de leur provenance, mais il est probablement plus judicieux de consommer ces aliments que des médicaments de synthèse!

    • D’autant qu’une bonne part des plantes poussant en France n’en sont pas originaires. Nous sommes à la croisée des chemins et profitons des bienfaits de la nature de droite et de gauche de la planète. Quand nous pouvons les acclimater (ça peut mettre du temps car ce n’est pas forcément le climat qui est en cause, il y a de nombreux autres paramètres à tester : le sol, l’altitude, etc.) et puis le rendement n’est pas rentable au début, ce qui ferme un peu les essais (8 ans voire plus pour voir fleurir certains fruits comme le kiwi qui est d’origine chinoise grosse comme une cerise en passant par la Nouvelle-Zélande où le fruit a été travaillé, comme la fraise en France (la fraise de Plougastel provient d’Amérique et des moines ont réussi à digresser en la mariant avec la fraise des bois autochtone… Les produits d’origine naturellement française ne sont pas légion ou plus consommés du tout

  12. super aliments, ça dépend pourquoi. les antioxydants sont mis sur un pied d’estale pour leur effet anti-vieillissement mais on oublie que pour bien fixer le fer, il ne faut pas en abuser non plus. Avis aux nombreuses personnes à légères tendances anémiques!

  13. Ce sont peut-être des super-aliments, mais ils ne sont pas super local. Cà me fait penser à ces t-shirts bio que j’ai vu un jour où le coton avait été produit en Afrique puis envoyé en Asie pour être tissés et confectionnés et enfin revenu en Europe pour être vendu.
    Un long chemin à parcourrir.

    • Tout à fait d’accord avec vous, Marjolaine!
      Commençons par consommer ce qui est produit dans notre région, et ce qui est de saison: il y sûrement des tas de « bonnes » choses qui ne nécessitent pas de venir en avion ou en bateau de l’autre bout du monde!

    • consommer local ne veut pas dire que cela vient d’ici naturellement. Il y a eu des travaux colossaux qui parfois se font oublier pour arriver à certains résultats qui font croire à l’origine locale de beaucoup de fruits ou légumes.
      Je suppose que vous connaissez La Quintinie ?
      Les figues d’Argenteuil ?
      Il reste encore à faire et vous avez raison quant aux saisons. Mais j’habite la campagne et cultive mon jardin. toutefois, je vais quelquefois à Clermont-Ferrand acheter les herbes fraîches ou les champignons qui ne poussent actuellement qu’en serre, en attendant que le climat se réchauffe pour faire pousser mes bananes

  14. Je ne comprend pas pourquoi la mûre blanche issue du mûrier est affublée maintenant, comme l’airelle rouge de nom anglais, cranberry, mulberry. Je ne suis pas contre l’utilisation de l’anglais mais dans ce cas en entier. Je suis contre la mode de vouloir se distinguer de cette manière. ce qui m’exaspère est que les 5 pays où j’ai ma famille (Finlande, Flandre, France, Suisse et Viet Nâm) ont la même maladie et que les Américains se servent du français de la même façon. Quant à la mûre blanche, il y a aussi la rouge et la noire qui ont à peu près les mêmes propriétés et c’est excellent pour qui les peut cueillir sur l’arbre. C’est mon enfance

    • Oui, les mûres poussent sur un arbre: le mûrier. 😉

    • vous cueillez des mûres sur un arbre ?????

    • Pour Bertrand : Le murier est aussi un arbre ! En Crète (parce que c’est là que j’ai eu l’occasion d’en voir), il y des muriers dans tous les jardins !

    • Bertrand ne pas confondre les mures, baies des ronciers auxquelles vous devez penser, et les mures fruits des mûriers qui tachent horriblement et sont d’un intérêt gustatif très relatif 😉

  15. L’huile et les graines de chanvre étaient utilisées en Creuse pour l’alimentation il n’y a pas si longtemps. Certains agriculteurs, même des jeunes, gardent une petite parcelle de chanvre dont les fibres sont très agréables au touché (les draps de chanvre sont aussi agréables que la soie mais nettement plus chers car non industriels). Il ne faut pas chauffer l’huile

  16. Les Asiatiques ont un réel problème avec le sexe… le ginkgo biloba et le ginseng y sont connus surtout pour le mythe qui court autour mais leurs apports nombreux dépassent la légende

  17. Mis à part la flatulence si on en mange trop, l’odeur fait fuir beaucoup de gens. Par contre c’est tellement bon

  18. Le curcuma est à mettre dans toutes les sauces grasses avec un peu de chaleur par exemple dans un sauté au wok (légumes de saison en lamelles + ou – grosses —sans ne jamais oublier les oignons !- poisson ou viande, nouilles (blé tendre, patate douce, riz, konjac ou autre), etc.

    le curcuma n’est que peu assimilé sans gras au moins à la température du corps

    • Il ne faut pas utiliser le wok, très mince et paraboloïde, trop « efficace », qui porte les aliments à 300°C, température à laquelle apparaissent des composés azotés qui sont des nitrosamines, et qui sont cancérigènes. Des études très sérieuses l’ont prouvé au-delà de tout doute possible.

Moi aussi je donne mon avis