Huiles essentielles : définition et précautions d’usage

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ? Une huile essentielle peut-elle être dangereuse ? Voici quelques notions importantes à connaître et des précautions d’usage pour profiter des huiles essentielles en toute sécurité.

Rédigé par Consoglobe, le 28 Jan 2020, à 16 h 10 min

40.000 ans avant notre ère, les aborigènes d’Australie utilisaient déjà les plantes aromatiques pour se soigner. En Inde, on a retrouvé des textes en sanskrit répertoriant plantes et propriétés médicinales. Il y a plus de 3.500 ans, la médecine chinoise intégrait les plantes dans sa pharmacopée. Au Moyen-Age, plus d’une centaine d’huiles essentielles étaient utilisées pour soigner divers troubles. En France, les huiles essentielles ont été largement mises de côté durant la révolution industrielle. Mais depuis quelques années, elles occupent à nouveau le devant de la scène. On vous dit tout ce qu’il faut savoir quant à leur usage et les précautions à prendre…

Les huiles essentielles, la panacée ? Mieux connaitre les HE

Les huiles essentielles constituent des traitement naturels efficaces mais cela ne signifie pas qu’elles sont inoffensives ! Bien au contraire : les huiles essentielles sont puissantes et doivent être maniées avec la plus grande des précautions.

huiles essentielles précaution

Jes différentes parties d’une plante peuvent servir à faire des huiles essentielles
© Madeleine Steinbach

Méfiance également envers certains labos qui surfent sur l’engouement pour les huiles essentielles. Leur qualité ne se valent pas. Après vous avoir proposé des pistes pour bien choisir vos huiles essentielles et voici comment bien les utiliser.

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Une huile essentielle n’est pas vraiment une huile. C’est un extrait aromatique liquide concentré, obtenu par distillation à la vapeur d’eau de différentes parties de plantes : sommités fleuries, feuilles, bois, racines, écorce, fruits… Les parties de la plante sont ensuite disposés dans un alambic dans lequel on introduit de la vapeur d’eau. Les gouttelettes d’eau vont récupérer les molécules aromatiques. Ce sont ces essences, autrement dit, ces concentrés aromatiques qui sont récupérés et mis en flacon. Une huile essentielle est donc l’essence distillée de la plante aromatique.

Le rendement d’une plante aromatique à une autre pour obtenir de l’huile essentielle est très variable. C’est d’ailleurs ce qui explique les écarts de prix.

Ainsi, 7 kg de boutons floraux séchés de clous de girofle suffisent à produire 1 kg d’huile essentielle. En revanche, pour obtenir 1 kg d’huile essentielle de rose de Damas, il faudra récolter près de 4 tonnes de pétales !

huiles essentielles précautions

Alambic pour distiller des huiles essentielles © Luca Lorenzelli

Une huile essentielle est composée d’une centaine de molécules terpéniques et aromatiques particulièrement actives sur le métabolisme humain.

Parce que les huiles essentielles sont à la mode, le marché offre de nombreux choix aux consommateurs mais il faut prendre garde à la qualité car seules les huiles essentielles chémotypées (c’est-à-dire botaniquement et biochimiquement définies) sont adéquates à la pratique de l’aromathérapie.

Savoir lire l’étiquette d’une huile essentielle

Parce que les huiles essentielles sont à la mode, le marché offre de nombreux choix aux consommateurs. Mais il faut prendre garde à la qualité : seules les huiles essentielles chémotypées (c’est-à-dire botaniquement et biochimiquement définies) sont adéquates à la pratique de l’aromathérapie.

Exemple d’étiquette – Thym vulgaire à thujanol

Developpement durable article

Sur cette étiquette par exemple, on identifie clairement : le nom usuel et surtout l’espèce botanique en latin : dénomination latine de la plante qui permet de reconnaître la variété exacte au sein de l’espèce botanique et d’éviter des confusions dues aux noms communs variables (par exemple Eucalyptus radiata, Eucalyptus globulus, Eucalyptus citriodora n’ont pas les mêmes propriétés) ; la partie de la plante distillée ; le chémotype, c’est-à-dire les molécules actives les plus présentes dans l’essence.

Ces informations permettent d’utiliser l’huile essentielle en connaissance de cause et d’éviter les allergies ou les intoxications.

Que faut-il trouver sur l’étiquette d’un flacon d’huile essentielle ?

  • Le Chémotype de la plante : les constituants biochimiques majoritaires ou caractéristiques présents dans l’huile essentielle sont la signature d’une origine ou d’un terroir spécifique de la plante.
  • L’organe producteur ou la partie du végétal : les feuilles, fruits, péricarpes, rameaux, écorce, bois, sommités fleuries, fleurs, racines ou semences produisent des huiles essentielles différentes qui n’ont pas le même usage.
  • La garantie « Huile Essentielle 100 % pure et naturelle » indique que l’huile essentielle est non modifiée ou diluée, non déterpénée, rectifiée ou reconstituée.
  • Le numéro de lot pour assurer la traçabilité du produit.
  • L’origine géographique (optionnelle) : en fonction du pays, de la région, du sol, du climat et de l’altitude etc. une même plante élabore des essences différentes aux propriétés bien déterminées.
  • La DLUO – date limite d’utilisation après ouverture.
  • Les coordonnées du fabricant.
  • La contenance.

Que l’on utilise les huiles essentielles pour le bien-être ou pour la santé, il s’agit de respecter des précautions d’utilisation et d’être assisté par l’avis d’un professionnel.

coup de coeur

Livre : Mieux avec les huiles essentielles

Dans ce livre pratique et original, Julien Kaibeck vous explique comment il se soigne vraiment au quotidien avec les huiles essentielles. Découvrez sa pratique simplissime et adaptez les conseils et recettes à vos besoins !

À découvrir sur Slow-Cosmetique.com

 

Lire page suivante : Les huiles essentielles sont-elles dangereuses ?

Illustration bannière : Huiles essentielles fiches techniques – © Botamochy

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




12 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,
    HE -> COV
    Huiles essentielles, à la mode mais pas sans risque
    https://www.science-environnement.com/modes-de-vie/huiles-essentielles-a-la-mode-mais-pas-sans-risque/
    Diffuser des huiles essentielles chez soi, une fausse bonne idée
    https://www.europe1.fr/sante/diffuser-des-huiles-essentielles-chez-soi-une-fausse-bonne-idee-3661556

  2. bonjour, pouvez vous me dire, si étant opéré d’un baypass je peut prendre de l’huile essentielle , merci bien a vous

  3. de préférence ne pas avaler diluer la HE dans 1 c à café d’huile végétale et masser le plexus solaire et les poignets

  4. DLUO : Date limite d’utilisation optimale !

  5. Je suis une grande fan des huiles essentielles couplées aux huiles végétales. Elles m’aident beaucoup au quotidien. Grâce au site de Julien j’ai appris pas mal de choses et je continue de me documenter sur le sujet.

    beautenaturelle974.blogspot.com

  6. Une fois qu’on trou l’huile adéquate a sa peau ou ses cheveux, ça fait des merveilles, je suis accroc des mélanges fait maison, je rajoute souvent de l’huile essentielle de romarin et lavande a ma crème de jour et pour les cheveux l’huile de thym a l’huile de jojoba,pour les cheveux on a l’embarras du choix, plusieurs marques s’y mettent de rêne furterer a yves rocher, ma préférée est Johairba pour renforcer les cheveux mais c’est pas donné

  7. Bonjr
    J ai eu un gros soucis avec des huiles essentielles.
    J ai diffuser de l eucalyptus radie et du ravinstara.

    J ai eu de grosse reactions allergiques avec cephalee.
    Depuis jne sais plus integrer mon domicile.je loge ailleur.
    Pouvez vous m aider?

  8. Bonjour,

    J’ai un reflux gastro-oesophagien avec une gastrite et des nombreuses régurgitations acides qui me pourrissent la vie.
    En suivant les indications d’un livre sur les huiles essentielles j’ai avaler avec un verre d’eau avant de dormir une petite boule de mie de pain dans laquelle j’avais mis 3 gouttes d’huile essentielle d’estragon (Pranarom). Le résultat a été miraculeux au niveau des regurgitations, mais j’ai commencé à avoir très mal à l’estomac. J’ai donc arrêté! Pourriez-vous me dire ce que vous en pensez? Merci d’avance.

  9. Bonsoir Julien
    je recherche de l’HE de marronnier d’inde, introuvable ! Pourriez-vous m’apporter de l’aide ?
    Merci infiniment.
    Cathy

  10. Je suis une très grande utilisatrice des huiles essentielles achetées chez une herboristerie de GRENOBLE (très réputée) donc j’ai de très bon conseils
    il est évident que parallèlement j’utilise aussi les huiles végétales, argan, noyau d’abricot etc…donc tout ceci fait avec beaucoup de prudence ce qui fait que jamais je n’ai eu à me plaindre concernant les effets néfastes je soigne aussi mes cheveux de la même façon, je suis très »naturel » sans exagération, mais très fidèle à cette façon de faire et cela depuis très longtemps je fais bien d’autres soins mais toujours d’une façon normale, et j’ai aussi, pour terminer des remarques toujours agréables c’est du moins ce que je veux croire JACQUELINE LA BELLE

    • Bonjour Jacqueline, Notre association propose différents ateliers à proximité de Grenoble autours des cosmétiques où Les participants apprennent à formuler leurs produits de cosmétique,maquillage et parfum aux huiles essentielles. Je vous invite à visiter notre page Facebook
      Cordialement, Véronique

  11. Merci Julien pour ces articles toujours passionnants !!!! J’utilise les huiles essentielles depuis plus de 20 ans et je suis toujours aussi sidérée par leur efficacité… mais j’ai aussi une petite anecdote du jour : aujourd’hui jour de grève SNCF, dans le train au retour de Paris j’ai mis une gtte de lavande sur mes poignets, la voyageuse à côté de moi qui visiblement était très énervée (un RDV important manqué) est soudain devenue radieuse en me disant « oh ça sent super bon et comme ça fait du bien »… magique !!!!

Moi aussi je donne mon avis