13 idées reçues sur les céréales du petit déjeuner

Le traditionnel petit déjeuner des enfants français, bol de chocolat et tartines, perd du terrain face aux céréales, dont les fabricants multiplient les variétés pour mieux séduire. Ce marketing efféné menace-t-il leur santé ? On fait le point…

Rédigé par Brigitte Valotto, le 5 Aug 2017, à 10 h 10 min

Les céréales, moins saines que les traditionnelles tartines du petit déjeuner français ? Pas si sûr ! Avec l’aide de spécialistes, on décrypte les idées reçues.

Les céréales du petit déjeuner sont-elles mauvaises pour la santé ?

Elles ont tendance à supplanter le pain au petit déjeuner, spécialement chez les enfants. À grand renfort de marketing, elles se sont imposées sur les tables françaises. Sont-elles vraiment à condamner ?

Les céréales sont trop sucrées : FAUX

« J’entends fréquemment dire qu’elles contiennent plus de 80 % de sucre ! C’est totalement faux ! » proteste le Dr Laurence Plumey, médecin nutritionniste, praticienne des Hôpitaux de Paris, spécialisée dans la prise en charge du surpoids et de l’obésité, et fondatrice de l’école EPM Nutrition. Son livre, « Sucre, Gras et Sel« , qui sortira en octobre aux éditions Eyrolles, remet en cause beaucoup d’idées reçues et entend lutter contre la « diabolisation » actuelle de certaines catégories d’aliments.

cereales sucre

« En réalité, il y a 80 % de glucides, répartis entre l’amidon des céréales (40 à 60 % ) et les sucres simples, sous forme de sucre, chocolat, miel, sucre des fruits (60 à 40 % ). Dans un bol de 35 g de céréales, il y a la même quantité d’amidon que dans une grosse tranche de pain et autant de sucre que dans une belle cuillère de confiture : elles représentent donc une alternative très intéressante au pain et biscottes !« 

Elles sont parfaites pour démarrer la journée : VRAI

« Au petit déjeuner il faut manger du sucre« , rappelle le docteur Plumey. « C’est un repas important en termes d’énergie, qui a besoin de glucides : que l’enfant trouve ce sucre via la confiture, le miel, les céréales, peu importe ! Se faire plaisir, c’est essentiel« . D’autant que les céréales, même raffinées, apportent aussi des protéines végétales, des minéraux dont le fer et des vitamines, surtout du groupe B (20 à 25 % du besoin quotidien par portion de 35 g). Ces dernières jouent un tôle important dans le métabolisme des cellules : les céréales en sont la première ou deuxième source d’apports chez les enfants, selon l’étude Inca2 menée par l’ANSES. « Si votre enfant prend des céréales, évitez simplement d’ajouter une autre source de sucre à son petit déjeuner, conseille la nutritionniste. Ne lui donnez pas en plus des biscuits ou des tartines… mais du lait et des fruits !« 

Elles permettent de tenir toute la matinée : FAUX

« Si l’enfant ne mange que ça, il aura faim vers 11 heures, car les céréales raffinées et extrudées ont un index glycémique élevé, qui va provoquer un pic de glycémie dans la matinée. Mais on peut les faire cohabiter avec un aliment riche en fibres, une pomme, une salade de fruits…. ou rajouter dans son bol des fruits séchés, des oléagineux… et l’index glycémique va baisser ! Certes, une alimentation qui ne serait composée que d’aliments raffinés à index glycémique rapide ne serait pas bonne pour la santé, mais ce qui compte c’est une moyenne sur la journée, la semaine ! » insiste le docteur Plumey. « Trop de fausses rumeurs circulent. On peut manger de tout, c’est une question de doses !« 

Lire page suivante : céréales du petit-déjeuner : limiter les quantités

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste free-lance, Brigitte Valotto est notamment une collaboratrice régulière des pages enfants, société, pratique, tourisme et actu de...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Mangez vos graines et laissez les mangeurs de corn flakes déjeuner en paix 😉
    A bas l’intolérance des végé-écolo-bobos !

  2. Bonjour
    L’article ne cherche pas à savoir s’il y a des céréales plus recommandables que d’autres et reste dans les généralités béni oui-oui.
    Il y a de tout dans le commerce, des produits floconnés enrobés de chocolat (en général bas de gamme ) ou de sucre, des céréales plus ou moins cuites et d’autres brutes, comment s’y retrouver ?
    Le mieux est de manger le plus fibreux possible mais en respectant son intestin et en lui laissant 2 ou 3 mois pour s’adapter progressivement. Les céréales conventionnelles contiennent des résidus de pesticides dans le son, donc les éviter et préférer les bio. Ces dernières contiennent normalement moins de protéines (gluten) que les conventionnelles surchargées du fait des engrais. Choisir des produits de base non enrichis en fer vitamines ou calcium, dont le prix est gonflé par ce marketing.
    En routine je pends du muesli aux fruits rouges, un peu du luxe mais il faut se faire plaisir, avec du lait de soja nature + miel voire fromage blanc de brebis selon l’humeur. Et si je veux vraiment me caler pour une partie de la journée, j’ajoute un oeuf au plat + pain complet + beurre et fromage, parfois une petite salade de graines de légumineuses germées, le fruit venant plutôt en fin de matinée.
    Il faut varier, de temps en temps une bouillie de sarrasin en tranches passées à la poële ou un grand café au lait croissants au lieu du thé habituel..changement d’herbage réjouit les veaux !

  3. Je rejoins l’avis des personnes qui ont commenté l’article avant moi. Comment un médecin, nutritionniste, de surcoît peut-il écrire des choses pareilles. Je suis effarée. Demandez à ma fille intolérante au lactose si elle peut manger des yaourts ! Il me semblait que le matin il fallait manger également des protéines pour tenir toute la matinée. Et le calcium on peut l’avoir dans d’autres aliments.Je suis également étonnée que cela soit édité par Eyrolles et que vous Consoglobe vous diffusiez cela.

  4. Le docteur Kellogs, puritain US du XIXème siècle, rigoriste et obsédé par la trop grande vigueur sexuelle des jeunes américains de son temps, inventa les « gâteaux concassés », ce que sont en réalité les prétendues « céréales » pour combattre le traditionnel oeufs-bacon du matin jugé trop vivifiant, trop « musclant » et trop stimulant pour la libido. Il s’agissait d’amollir les adolescents… Visiblement une réussite internationale vu ce qu’ils sont devenus.
    C’est effarant qu’une médecin nutritionniste défende les petits déjeuners sucrés. Quel est le lobby agro-alimentaire qui la finance pour écrire des âneries pareilles ?

  5. Laurence Plumey, sans doute plus intéressée par la multiplication de ses interventions lénifiantes dans les médias que par la santé des gens qu’elle conseille, me semble se contredire elle-même à plusieurs reprises. Si on fait le bilan, elle valide ce qu’on sait déjà: oui, les céréales industrielles sont trop sucrées, non, elles ne rassasient pas, etc. Son apport personnel se résume à : « mais ce n’est pas grave, l’essentiel, c’est de manger au petit-déjeuner ». Merci docteur.

  6. Les céréales acidifient l’organisme, ceci alors que l’alimentation occidentale est déjà acidifiante. Cette baisse du pH peut provoquer de très nombreux maux : diabète, hypertension, fatigue… Il faut préférer les fruits et légumes qui sont eux basifiants et bons pour la santé (quand ils ne contiennent pas de pesticides). De plus, donner des céréales tous les matins aux enfants revient à les habituer et à les accoutumer au sucre, ce qui pourrait peut être se révéler néfaste pour tout un chacun.

Moi aussi je donne mon avis