5 conseils pour jeûner sans danger

On peut avoir de multiples raisons de jeûner : pour sa religion, sa santé ou son bien-être… Quoi qu’il en soit, il existe des précautions de base à respecter pour traverser cette période sans se mettre en danger.

Rédigé par Sonia C, le 17 May 2018, à 10 h 50 min

Souvent spirituel ou religieux, le jeûne permet de se recentrer sur soi-même, de se détacher des choses superficielles, de se concentrer sur des problèmes qu’on a tendance à occulter dans la vie de tous les jours. Si vous souhaitez jeûner, suivez le guide…

Jeûner sans se mettre en danger : quand le jeûne regénère l’organisme

Le jeûne n’est pas sans intérêt pour l’organisme, lorsqu’il est pratiqué de manière raisonnée et sur une courte période. Il permet de nettoyer en profondeur, de détoxiquer, en éliminant les cellules qui ne sont pas en bon état, ou qui sont devenues inutiles.

Jeûne : ne vous mettez pas en danger

Jeûner signifie littéralement se priver de nourriture et éventuellement d’eau (définition du Larousse). On comprend aisément qu’un tel « régime » ne peut s’appliquer sur le long terme.

Rappelons au passage qu’un jeûne strict avec apport hydrique normal prolongé au delà de 30 jours peut avoir des conséquences délétères sur l’organisme. La privation d’eau, quant à elle, est létale au bout de quelques jours seulement (notre corps est constitué à 60 % d’eau).

Les 5 règles d’or d’un jeûne sans danger

Que ce soit à l’approche Carême ou du Ramadan, ou pour donner une pause à son organisme, voici donc quelques conseils pour jeûner sans souci.

1. Pensez à bien vous hydrater

Pour une meilleure hydratation, variez les boissons (eau éventuellement coupée de jus de fruits, tisanes éventuellement sucrées au miel, bouillons de légumes…) en veillant à ne pas consommer de caféine et de sodas.

jeûner

L’eau est la meilleure façon de s’hydrater pendant un jeûne © Licvin

2. Essayer de conserver une alimentation équilibrée

Paradoxalement, certaines personnes parviennent par exemple à prendre du poids lors du Ramadan, par un apport excessif de produits très sucrés et très gras.

Quel que soit le rythme choisi pour notre jeûne, on optera pour des fruits frais, des légumes et des féculents à faible Index Glycémique. Plus l’IG de l’aliment est bas, plus le sucre que cet aliment contient sera absorbé lentement : ceci évite les pics de glycémie et les fringales intempestives qui leur succèdent.

3. Plusieurs repas si possible

Pour éviter un apport trop important en quantité (l’estomac se déshabitue en effet rapidement à recevoir un ballast alimentaire normal) qui risquerait d’entraîner une mauvaise digestion – ballonnements, sensations de lourdeurs, douleurs, etc. – essayez de fractionner les repas en plusieurs petites prises et boire plutôt en dehors des repas pour ne pas surcharger l’estomac.

jeûner

Pendant le Ramadan, ls musulmans cassent le jeûne (iftar) avec des dattes et de l’eau © JOAT

4. Dormez suffisamment

Le corps est déjà éprouvé par le jeûne qui lui demande de puiser dans ses réserves énergétiques, il faut donc se ménager des temps de sommeil suffisants pour lui permettre de se ressourcer.

5. Des aliments conseillés

Privilégiez en petites quantités les fruits secs oléagineux – amandes, noix, noisettes… – intéressants car ils ont une excellente densité énergétique (beaucoup de calories pour un faible volume) mais aussi nutritionnelle (ils sont riches en minéraux et en acides gras polyinsaturés cardio-protecteurs).

Il est important de ne pas se lancer tête baissée dans un jeûne de plusieurs jours voire semaines sans avoir préparé son corps. Le mieux est de réduire sa ration alimentaire quelques jours avant le début du jeûne.

Il est préférable de faire un bilan de santé pour s’assurer que l’on a les capacités physiques de supporter un jeûne de longue durée, surtout pour les personnes sous médication.

Illustration bannière : jeûner pour purifier l’organisme et se recentrer sur soi-même © SewCream

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Sonia C., passionnée de biologie et de nutrition, j’aime l’idée de rendre les sciences accessibles à tous sans pour autant en édulcorer les grands...

17 commentaires Donnez votre avis
  1. Désolé de vous contredire, mais votre affirmation « Plus l’IG de l’aliment est bas, plus le sucre que cet aliment contient sera absorbé lentement : ceci évite les pics de glycémie » est totalement erronée.
    L’IG ne mesure pas la rapidité d’absorption d’un glucide, mais sa capacité à élever plus ou moins la glycémie, ce qui n’a strictement rien à voir. TOUTES les études sur l’IG aboutissent à la même constatation : TOUS les glucides sont absorbés à la MÊME vitesse. Après l’absorption, le pic glycémique se situe aux environs de 30 mn, le retour à la normale a lieu deux heures plus tard.
    Il y a toujours un pic glycémique, il est plus ou moins important, mais on ne peut pas l’éviter.

  2. MERCI POUR VOS CONSEILS

  3. Il est étrange de recevoir des conseils culinaires en matière de jeûne!!

  4. C EST un bon medicamen ,comment utiliser?

  5. Le titre -ou l’article- est hors sujet…on parle de quoi ici?!

  6. Vous parlez jeûne ou religion ? Le ramadan, c’est surtout la grosse bouffe ! Donc hors sujet et de plus, pas dans nos coutumes !

    • Je ne suis pas musulman mais ceux qui le font sérieusement doivent avoir un avis bien différent.

    • heu… de la grosse bouffe? je crois pas non !
      c’est encore BFMtv votre source? lol
      ça fait 20 ans que je jeûne avec ma famille, et il n’y a jamais
      de grosse bouffe… a part à la fin du ramadan, le jour de l’Aid
      (comme à Noel quoi)
      Les préjugés comme ça sont navrants…
      Et puis qu’est-ce que ça veut dire ça c’est pas dans nos coutumes??
      Parce que être musulman français c’est pas normal pour vous?
      Ma cocotte va valoir t’y faire… des français de souches se convertissent et font le ramadan que tu le veuille ou non! donc oui ça fait partie de la coutume française, puisque l’Islam est la 3eme religion de France, avec ou sans ton consentement ! sur ce salam !

  7. Je suis entièrement d’accord avec vous. J’ai regardé les commentaires car je trouvais les informations données par l’article complètement…bizarres et inexact

  8. Je confirme également les propos d’Hatlas concernant la confusion importante dans cet article entre le jeune et la diète.

    2 choses complètement différentes.
    Je suis pratiquant du jeune TOTAL et sans caféine (bien sûr). Je ne pratique cependant pas la diète qui carence l’organisme, mais a cependant des vertus ciblé sur le drainage de l’organisme, notamment.

    Je pense qu’il pourrait être pertinent d’apporter une correction à cet article qui est malheureusement erroné et qui pourrait donc nettement induire en erreur.

    Bonne continuation

    Cordialement

  9. On ne fait pas autant d’histoire avec le Carême…

  10. Désolée d’être abrupte, mais votre article repose sur une erreur de langage : vous parlez de jeûne alors qu’il s’agit de diète. Un jeune pour ne pas être dangereux, quel que soit sa durée, doit être un arrêt TOTAL d’alimentation et l’on y boit que de l’eau, pure et plate … Ce, afin de permettre au corps d’être en réel nettoyage de tous les émonctoires et viscères.
    Une diète doit toujours être courte car c’est la suppression de certaines catégories d’aliments qui crée des carences.
    Enfin, vous conseillez de boire beaucoup … mais ineptie monumentale, du thé ou du café (alternez avec du décafeiné -Je cite-) ce qui revient à absorber un excitant violent donc l’action n’est plus tempérée par la nourriture.
    Avez vous au moins testé vos « conseils » non éclairés ?
    Je vous renvoie à la bible du jeûne, écrite par HM SHELTON.

    • Vous interprétez! L’auteur conseille de s’hydrater suffisamment, et non pas de « boire bcp » comme vous le dites. Et il précise de varier les boissons, justement pour éviter de consommer trop d’excitants.
      Enfin, regardez par vous même la définition du jeûne du Larousse, c’est bien celle citée ici!
      Et… vous dites qu’un jeûne – je vous cite aussi – « quelque soit sa durée » (!!!)doit être total pour ne pas être dangereux. Qu’entendez-vous par là? L’être humain pourrait donc se contenter d’amour et d’eau fraîche?

    • @lulu : Vous interprétez mal les mots d’Hatlas, qui a parfaitement raison :
      Par jeune total il ne dit pas de ne plus manger de sa vie, mais de ne plus rien manger du tout pendant la période du jeune.
      Et même si l’auteur dit de limiter les excitant, ce n’est pas suffisant, il faut totalement les proscrire, tout comme les jus d’orange qui aurait à mon avis un effet hautement indésirable sur un estomac vide.

      Je regrette l’inégalité de la qualité des articles sur consoglobe : on y a apprend parfois des choses très inintéressantes alors que d’autre fois c’est carrément de la désinformation.

    • Correction : Je voulais écrire « intéressantes » et non « inintéressantes » bien sûr.

  11. Désolée d’être abrupte, mais votre article repose sur une erreur de langage : vous parlez de jeûne alors qu’il s’agit de diète. Un jeune pour ne pas être dangereux, quel que soit sa durée, doit être un arrêt TOTAL d’alimentation et l’on y boit que de l’eau, pure et plate … Ce, afin de permettre au corps d’être en réel nettoyage de tous les prémonitoires et viscères.
    Une diète doit toujours être courte car c’est la suppression de certaines catégories d’aliments qui crée des carences.
    Enfin, vous conseillez de boire beaucoup … mais ineptie monumentale, du thé ou du café (alternez avec du décafeiné -Je cite-) ce qui revient à absorber un excitant violent donc l’action n’est plus tempérée par la nourriture.
    Avez vous au moins testé vos « conseils » non éclairés ?
    Je vous renvoie à la bible du jeûne, écrite par HM SHELTON.

    • Entièrement d’accord avec vous. Ne surtout pas confondre la diète et le jeûne. Et surtout boire de l’eau…

Moi aussi je donne mon avis