14 plantes sauvages comestibles : guide pratique

De nombreuses plantes sauvages prolifèrent dans les jardins. La bonne nouvelle ? Certaines d’entre elles sont comestibles. Une fois lavées, elles peuvent être cuisinées de multiples façons et agrémenter vos plats. Petit tour de ces végétaux que l’on peut manger, sans avoir un euro à débourser.

Rédigé par Amélie, le 24 May 2015, à 18 h 56 min

“On croit que certaines plantes sont des mauvaises herbes alors qu’en fait, on peut les manger. Et en plus, ça permet de faire des économies !” : Anja Schmid, membre de l’association lilloise Des jardins et des hommes, ne tarit pas d’éloges sur les plantes sauvages comestibles. Ce dimanche-là, elle organise à la ferme pédagogique de Lille une visite guidée. Le but ? Présenter au public les nombreuses plantes sauvages qui peuvent être cuisinées, et, surtout, mangées.

Association Lilloise Des jardins et des hommes

Anja, de l’association lilloise ‘Des jardins et des hommes’, a présenté différentes plantes comestibles

Au milieu des vaches et des moutons, une dizaine de curieux y participent. Tous, ou presque, sont déjà familiers de la pratique. Cécile, 76 ans, est par exemple très enthousiaste : “Je trouve cela très agréable de ramasser ses plantes directement dans son jardin, et ensuite de les cuisiner“. Elle se préparait déjà des tisanes avec de la mélisse, mais a appris aujourd’hui de nouvelles recettes. C’est qu’à la fin de la visite, Anja anime avec deux autres collègues un atelier.

Guide : 16 plantes sauvages que vous pouvez manger

Au programme : préparation d’une moutarde avec des feuilles de Renouée du Japon, ramassées lors de la ballade. Une plante, parmi beaucoup d’autres, qu’il est simple de cuisiner. Tour d’horizon.

1. Le houblon

Le houblon

Le houblon, c’est bon !

Les jeunes pousses de cette plante herbacée peuvent se préparer comme des asperges. On trouve le houblon principalement près des lieux humides mais aussi dans les ronces. C’est entre juin et septembre qu’il est récoltable.

2. Le bouleau

Le bouleau donne un jus purifiant

Le bouleau donne un jus purifiant

Il y a plusieurs façons de consommer les produits de cet arbre. Sa sève peut être prélevée dès lors que ses feuilles commencent à apparaître. Pour cela, il faut faire un trou dans le tronc, à sa base. La sève, bue le matin, a un effet purifiant sur l’organisme.

Une autre façon de consommer le bouleau est de faire frire ses feuilles quand elles sont jeunes et très sèches. C’est très bon dès lors qu’on en apprécie le goût amer.

3. Les orties

L'ortie ne pique pas la langue !

L’ortie ne pique pas la langue !

Cette plante de la famille des urticacées est très souvent présente dans les jardins. Il y a plusieurs façons de les cuisiner. On peut par exemple en faire un beurre. Pour cela, il faut en ôter les feuilles, les laver, puis les faire revenir avec du beurre. Faire refroidir, puis rajouter du beurre coupé en dés. Il ne reste plus qu’à mixer, saler selon votre convenance et c’est prêt.

Une autre façon de préparer les orties est d’en faire une tisane. Il suffit simplement de faire sécher les feuilles, puis de les faire infuser.

4. Les pâquerettes

Pâquerettes

Pâquerettes : vous en ferez votre beurre

On peut en faire du beurre, de la même façon que les orties. Les feuilles en elles-mêmes sont aussi comestibles, crues ou cuites. Elles peuvent par exemple agrémenter des salades.

5. Le sureau noir ou rouge

Le sureau : tisanes, jus...

Le sureau noir : beurre, gelée, tisanes, jus… ! © danielo Shutterstock – Elder is commonly used in herbal medicine

Les feuilles et fleurs de sureau noir peuvent être préparées en beurre, de la même façon que les orties, ou bien en gelée. Elles peuvent aussi agrémenter des tisanes. Sa floraison, dans les forêts, a lieu de juin à juillet.

Lire page suivante : ail des ours, pissenlit, mélisse citronnée, violette, lierre terrestre

Photo bannière et pâquerettes : © Coy_Creek Shutterstock – White daisies on blue background
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Originaire de Brest en Bretagne, elle aime sa rade, son port et ce qu’il en reste. La musique et les bouquins aussi. Installée à Lille pour étudier le...

17 commentaires Donnez votre avis
  1. sympa votre article, mais plein d’erreur, je vois mal comment cuisiner les fleurs de violette comme des épinards !!! les feuilles oui, mais pas les fleurs dont on fait d’autres suages. Le sureau n’est pas une herbacée, mais un arbuste ! le sureau toxique est le hièble. le “cabaret” des oiseaux c’est la grande cardère, pas la bardane, de celle-ci on peur consommer la racine (jeune) et les feuilles; les orties, elles, se cuisinent comme les épinards et aussi en soupe, etc ………….

    • moi, je ne dirai pas que cet article est sympa, je dis que c’est un danger public ; quand on écrit ce genre d’article il faut vraiment s’y connaître ; or, il est truffé d’erreurs ce qui est grave pour un pareil sujet qui peut mettre la vie des gens en danger ; mais cela ne m’étonne pas car sur ce même site, j’ai lu un article qui conseillait de manger . . . des coloquintes ! ! !

  2. juste pour dire que les fleurs de mauve peuvent être utilisées contre les maux de dents

  3. Tulipa sylvestris dans les assiettes ? mais c’est une plante super rare qu’il faut surtout pas consommer si on ne veut pas la voir disparaître !!!!!

  4. Herbacée = qui fait de la cellulose, en gros plantes basses and lianes herbacées.
    Ligneuse = qui fait de la Lignine, du bois = les arbres, arbustes, arbrisseaux, sous-arbrisseaux, et les lianes ligneuses.

    Là vous montrez une photo une photo d’un arbre (sureau) avec dessous écrit plantes herbacées.
    Il faudrait peut être apprendre les bases de botaniques avant de faire un article comme ça, ça permet de reconnaitre les erreurs comme ça.

  5. La grosse bourde sur le sureau et les ombellifères (vous voulez tuer vos lecteurs peut-être), Comme ça au moins vous saurez :

    Reconnaître les sureaux :

    http://lamaisondusureau.over-blog.com/article-les-sureaux-les-bons-le-mauvais-et-les-idees-re-ues-82934202.html

    C/ les ombellifères, sérieusement, il y a trop de risques de se tromper, certaines sont très toxiques, d’autres provoquent des brûlures !

    http://cabanedetellus.free.fr/22_Ombellif%C3%A8res_Tellus.html

  6. Bonjour,

    Pour l’ortie on peut l’utiliser en soupe ou en pesto, c’est très bon! Haché finement, les feuilles revenues dans de l’huile et de l’ail font une bonne tapenade! Attention cependant où il a poussé, comme toutes les plantes de grand chemin, si du désherbant a été appliqué il y a peu, cela peut-être dangereux!

    pour le plantain, il faut bien regarder à ce que les feuilles aient 5 nervures, c’est uniquement à cela que vous pouvez les reconnaitre.

  7. ..et la 16eme plante ? (et ce n’est pas la 1ere fois)
    une photo du Chardon serait bienvenue
    Merci

  8. Chère Amélie, c’est certain que dans mon prochain appartement, et c’est pour cette année, c’est ce que je vais faire sur ma terrasse. Merci pour l’idée.

  9. ne pas confondre l’egopode et la sigüe qui est toxique.

  10. je vois que vous avez supprimé mon commentaire sur le sureau, OK si vous préférez avoir des morts sur la conscience que reconnaitre votre erreur gravissime, c’est votre problème.
    Je quitte ce site qui ne respecte pas ses lecteurs assidus.

    • je me suis fait immédiatement la même réflexion ….

  11. bonjour,
    il faut faire tres attention avec les ombellifères, beaucoup se ressemblent et certaines sont toxique! difficile d’etre sur pour l’egopode..
    Pour ce qui est de la bardane, les feuilles sont utilisées pour les vertus médicinales comme la racine, mais pour les manger…bof!c’est plutot la hampe florale qu’on consomme jeune! et le cabaret des oiseaux,c’est le cardère, une variété de chardon, pas la bardane!

  12. Bonjour Amélie,

    Il nous semble nécessaire d’apporter quelques modifications et compléments d’informations à l’article(notamment les mises en garde).
    Peux tu stp nous contacter à l’adresse de l’association.
    Cordialement
    Anja

    • J’ai ame9nage9 un jardin d’eau dans ma cour arrie8re, se9pare9 en deux par un beau petit pont de bois coisrtunt maison. Les poissons et les ne9nuphars. Malheureusement, la toile a perce9 et j’ai tout perdu. Projet e0 reprendre avec cette fois-ci de la glaise bien tape9e au fond, plus facile de conserver l’eau mais plus difficile d’y installer une fontaine!

  13. ATTENTION au sureau! Le sureau comestible n’est pas une plante herbacée, c’est un arbre. Le sureau herbacé est TOXIQUE. http://miniherbarium.canalblog.com/archives/2009/08/25/14849377.html

Moi aussi je donne mon avis