14 plantes sauvages comestibles : guide pratique

De nombreuses plantes sauvages prolifèrent dans les jardins. La bonne nouvelle ? Certaines d’entre elles sont comestibles. Une fois lavées, elles peuvent être cuisinées de multiples façons et agrémenter vos plats. Petit tour de ces végétaux que l’on peut manger, sans avoir un euro à débourser.

Rédigé par Amélie, le 28 Jun 2020, à 14 h 20 min

Cueillir des plantes sauvages, c’est un peu comme faire ses courses dans la nature. C’est en tout cas un excellent moyen de mieux comprendre les écosystèmes dans lesquels ces plantes grandissent.
Pour une telle cueillette il faut cependant aussi respecter quelques règles et notamment celle, la plus importante, que de laisser une bonne partie de la plante après votre passage. Une plante comestible sauvage a souvent une bonne capacité de croissance et peut donc être cueillie sans pour autant disparaître l’année d’après, mais à la seule condition de ne pas tout cueillir !

Guide : 14 plantes sauvages comestibles facilement identifiables

Ceci étant dit et vous faisant confiance pour ne pas non plus tout piétiner sur place, et respecter au maximum le lieu de cueillette, il ne vous reste plus qu’à apprendre ce que vous pouvez cueillir.

1. Le houblon, la fleur de nos bières !

Les jeunes pousses de cette plante herbacée, bien connue des amateurs de bières, peuvent se préparer comme des asperges.

plante comestible

Impossible de vous tromper, aucune plante ne ressemble vraiment au houblon et encore moinsà ses fleurs © Vaclav Mach

On trouve le houblon (Humulus lupulus) principalement près des lieux humides mais aussi dans les ronces. C’est entre juin et septembre qu’il est récoltable.

En infusion, les fleurs de houblon sont excellentes pour les troubles de l’anxiété et pour ouvrir l’appétit !

2. Le bouleau, une plante sauvage qui en impose

Il y a plusieurs façons de consommer les produits de cet arbre.

plante comestible

Le bouleau et son écorce blanche est facilement discernable parmi d’autres © Ase

Sa sève peut être prélevée dès lors que ses feuilles commencent à apparaître. Pour cela, il faut faire une entaille dans le tronc, à sa base et d’y accrocher un récipient pour la collecter.
La sève de bouleau, bue le matin, a un effet purifiant sur l’organisme, à condition de ne pas en boire sur une trop longue période.

Une autre façon de consommer le bouleau (Betula pendula) est de faire frire ses feuilles quand elles sont jeunes et très sèches. Très bon dès lors qu’on en apprécie le goût amer… L’écorce de la racine peut également servir à faire un subsitut de thé.

coup de coeur

Sève de Bouleau BIO

Sève de Bouleau BIO récoltée et conditionnée par nos soins dans les Alpes, réputé pour purifier l’organisme.
Idéal dans le cas d’une cure detox, riche en oligo-éléments et en minéraux.

À découvrir sur Slow-Cosmetique.com

 

3. Les orties, peut-être les plus connues des plantes sauvages comestibles

Cette plante de la famille des urticacées est très souvent présente dans les jardins. Il y a plusieurs façons de les cuisiner.

plante comestible

Immanquables et faciles à trouver : les orties ! © rootstock

On peut par exemple en faire un beurre. Pour cela, il faut en ôter les feuilles, les laver, puis les faire revenir avec du beurre. Faire refroidir, puis rajouter du beurre coupé en dés. Il ne reste plus qu’à mixer, saler selon votre convenance et c’est prêt.

Une autre façon de préparer les orties (Urtica) est d’en faire une tisane. Il suffit simplement de faire sécher les feuilles, puis de les faire infuser.

Mais la façon la plus efficace d’en tirer toutes les richesses notamment protéiniques et nutritives, est d’en faire une soupe de jeunes feuilles en ajoutant une pomme de terre pour épaissir un peu le tout.

4. La pâquerette comestible

Cette vivace (Bellis perennis) n’attend que les premiers rayons de soleil prolongés pour coloniser les prés, les clairières et les pelouses… Et c’est tant mieux car elle est délicieuse, au même titre que ses cousins le pissenlit et la marguerite !

plante comestible

Sa cueillette prend du temps, mais la pâquerette comestible le vaut bien © Gurcharan Singh

On peut en faire du beurre, de la même façon que les orties. Les feuilles en elles-mêmes sont aussi comestibles, crues ou cuites. Elles peuvent par exemple agrémenter des salades.

5. Le sureau noir ou rouge, une plante sauvage pas que pour les oiseaux

plante comestible

Le sureau noir, comme ici avec ses baies caractéristiques, est très répandu et particulièrement productif © Anastasiia Malinich

Les feuilles et fleurs de sureau noir (Sambucus nigra) peuvent être préparées en beurre, de la même façon que les orties, ou bien en gelée. Elles peuvent aussi agrémenter des tisanes pour leurs vertus contre la toux et les problèmes respiratoires. Sa floraison, dans les forêts, a lieu de juin à juillet.

Laisser infuser un bol de fleurs de sureau dans un litre d’eau pendant une nuit fera une eau légère et parfumée très agréable le lendemain. Vous pouvez également récolter les baies pour en faire des confitures ou, plus connus, des sirops !

Lire aussi : Goûtez les fleurs de sureau… La récolte a commencé !

Lire page suivante : ail des ours, pissenlit, mélisse citronnée, violette, lierre terrestre

Illustration bannière : Particulièrement répandu, le plantain lancéolé est pourtant méconnu pour sa comestibilité © Ruud Morijn Photographer
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Originaire de Brest en Bretagne, elle aime sa rade, son port et ce qu’il en reste. La musique et les bouquins aussi. Installée à Lille pour étudier le...

12 commentaires Donnez votre avis
  1. quel dommage que mon ordinateur et Internet rament, ça m’empêche de bien naviguer sur votre site.

  2. quel dommage qu’Intenet chez moi rame, car ça me démotive de regarder votre site.

  3. super

  4. super interessant mais vous devrier expliquer comment ont le prepare et tout et en mettre plus mais chapo

  5. moi en personne dit que c’est un tissu de bêtises, même si ça part d’un bon sentiment !
    1) oubliez le sucre, ce poison
    2) oubliez les fritures, ces tueuses d’artères
    3) rédigez vos articles plus succinctement, plus compréhensiblement, et enfin plus clairement, mais plus scientifiquement !
    4) il manque plein de plantes : relisez le livre de Couplan ! et recopiez telle quelle une page par jour : ça sera beaucoup mieux (pour le remercier vous n’aurez qu’à lui offrir une bouteille de vin, il sera content, non ? °

  6. juste pour dire que les fleurs de mauve peuvent être utilisées contre les maux de dents

  7. Bonjour,

    Pour l’ortie on peut l’utiliser en soupe ou en pesto, c’est très bon! Haché finement, les feuilles revenues dans de l’huile et de l’ail font une bonne tapenade! Attention cependant où il a poussé, comme toutes les plantes de grand chemin, si du désherbant a été appliqué il y a peu, cela peut-être dangereux!

    pour le plantain, il faut bien regarder à ce que les feuilles aient 5 nervures, c’est uniquement à cela que vous pouvez les reconnaitre.

  8. Chère Amélie, c’est certain que dans mon prochain appartement, et c’est pour cette année, c’est ce que je vais faire sur ma terrasse. Merci pour l’idée.

  9. ne pas confondre l’egopode et la sigüe qui est toxique.

  10. bonjour,
    il faut faire tres attention avec les ombellifères, beaucoup se ressemblent et certaines sont toxique! difficile d’etre sur pour l’egopode..
    Pour ce qui est de la bardane, les feuilles sont utilisées pour les vertus médicinales comme la racine, mais pour les manger…bof!c’est plutot la hampe florale qu’on consomme jeune! et le cabaret des oiseaux,c’est le cardère, une variété de chardon, pas la bardane!

  11. ATTENTION au sureau! Le sureau comestible n’est pas une plante herbacée, c’est un arbre. Le sureau herbacé est TOXIQUE. miniherbarium.canalblog.com/archives/2009/08/25/14849377.html

Moi aussi je donne mon avis