Le sureau noir, un arbrisseau aux multiples facettes !

Il est certaines plantes qui nous surprendrons toujours. Le sureau noir est de celle-ci avec des facettes aussi nombreuses qu’étonnantes qui font de cet arbrisseau pourtant relativement commun, une plante aux multiples possibilités !

Rédigé par Julien Hoffmann, le 3 Jun 2019, à 8 h 05 min

Que ce soit au jardin, au potager, dans un verger ou simplement en pleine nature, quelque soit le moment de l’année le  sureau noir est une plante aussi riche qu’intéressante à croiser. Cuisine, soutien à la biodiversité ou bricolage seront autant de centres d’intérêt qui iront de paire avec cet arbrisseau à part.

Le sureau noir pour la biodiversité

Penchons-nous d’abord sur les caractéristiques de cet arbuste à croissance rapide, très courant dans nos campagnes mais rarement utilisé dans les jardins où il était pourtant guère très apprécié.

Les fleurs

Le sureau noir (Sambucus nigra) n’est pas avare de fleurs qui peuvent être particulièrement nombreuses et avoir une forte odeur mellifère. Attirant de nombreux pollinisateurs, la période de floraison de cette plante sauvage relativement étalée est un vrai atout pour tous les animaux qui se nourrissent de pollen et de nectar.

Fleurs de sureau noir © Flegere

Les fleurs ne s’ouvrant pas toutes en même temps, la floraison est suffisamment longue pour nourrir les pollinisateurs alentours pendant des semaines.

Les baies

Les baies de sureau noir sont relativement sucrées et bien juteuses, c’est d’ailleurs pour cela que l’on en fait du sirop, ce qui attire bon nombre de passereaux qui trouveront dans cette nourriture un bon complément alimentaire sans embêter personne.

Le sureau noir dans l’alimentation

Le sureau noir a aussi un intérêt pour notre propre consommation. Ses fleurs peuvent être dégustées en beignets agréablement sucré, mais elles peuvent aussi être séchées pour servir d’infusion aux propriétés analgésiques et diurétiques, mais aussi laxatives et sédatives.

Les feuilles et l’écorce peuvent être consommées de la même façon mais avec des effets plus puissants.

Les baies, quant à elles, font une excellente confiture ou d’excellent sirop et peuvent être mélangées aux groseilles qui mûrissent pratiquement au même moment selon les variétés.

Le sureau noir pour favoriser les auxiliaires

Le sureau noir pousse rapidement. La taille que vous lui ferez pourra être sévère sans que cela ne risque en rien de lui faire de mal. Arrivé au printemps ses jeunes tiges partiront à toute vitesse chercher le soleil démontrant un rythme de croissance impressionnant.

Mais il n’y aura pas que vous pour s’émerveiller de la rapidité à laquelle cet arbrisseau pousse… Les pucerons aussi ! En effet avec un tel rythme de croissance le sureau noir a besoin de beaucoup de sève pour transporter les nutriments. Des pucerons arriveront alors rapidement pour s’en nourrir.

sureau noir

Pucerons
Aphis sambuci © Przemyslaw Muszynsk

Mais pas n’importe quel puceron, le puceron du sureau (Aphis sambuci) qui ne va sur aucune autre plante. Ils arrivent donc très tôt dans la saison sur leur plante préférée et son repérés par tous les auxiliaires de culture comme les mésanges qui ont besoin de se nourrir. Ces pucerons ouvrent donc la cantine pour les auxiliaires qui reviendront plus facilement le reste de la saison car ils auront déjà trouvé à manger sur les lieux !

En bricolant un peu

Le sureau noir est une plante à tige creuse… Or les tiges creuses ont intérêt tout particulier pour de nombreux insectes qui cherchent un endroit ou passer l’hiver mais aussi pour vous si vous souhaiter fabriquer un abri pour les pollinisateurs !

Il vous suffira de couper, à l’automne, des tiges de quinze centimètres de long de votre sureau noir pour les rassembler en fagots et les disposer dans votre hôtel à insectes. Ces tiges serviront à de nombreuses espèce d’osmies (abeilles solitaires) pour y déposer leurs larves.

Le sureau noir en purin

Les feuilles de sureau sentent particulièrement fort. Il vous suffit pour cela d’en prendre une entre vos mains et de la frotter vigoureusement pour le regretter.

Mais cette odeur peut avoir toute son utilité au potager si vous souhaitez éloigner certains indésirables comme les taupes ou les campagnols.

Comment faire du purin de sureau ?

Le purin de sureau noir s’obtient en hachant 1 kilogramme de feuilles fraîches que l’on mélange avec 10 litres d’eau et qu’on laissera macérer ensuite 8 jours.

Il faut diluer la solution à 10 % avant utilisation en n’hésitant pas à revenir arroser régulièrement les lieux où les micro-mammifères vous dérangent le plus.

Le sureau dans une haie

C’est peut-être là l’endroit le plus évident d’implantation si, après avoir lu cet article, vous vous posez la question d’en planter un. La haie lui permettra de venir en complément de toutes les autres essences que vous y planterez pour avoir de quoi nourrir largement la biodiversité, mais surtout le sureau noir acceptera sans souci des tailles pour le contenir dans le périmètre voulu de la haie grâce à sa rusticité et à sa croissance très rapide.

Baies de sureau noir © Tuzemka

Le sureau noir est sans nul doute un des arbrisseaux les plus intéressant quand il s’agit d’allier efficacité au potager et production de quelques menus plaisirs de la table !

Illustration bannière : Sureau noir en pleine floraison © Wiert nieuman
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis