Les courges, pour cuisiner facile et à petit prix

On les voit partout depuis le début de l’automne. Avec leurs formes généreuses et parfois tarabiscotées, leur couleur orangée, leur peau fine ou granuleuse, elles ne passent pas inaperçues. Les cucurbitacées sont les stars de l’automne. Dans les assiettes, elles font merveille, version salée ou sucrée et surtout à petit prix.

Rédigé par Emma, le 11 Oct 2019, à 19 h 00 min

Comment reconnaître les cucurbitacées ?

Elles sont classées selon leur nom latin (et leur pédoncule) :

Potiron et potimarron ou Cucurbita maxima

  • Forme : plus ou moins aplatie (en forme de turban pour le giraumon, de poire pour le potimarron).
  • Écorce : côtelée.
  • Couleur : rouge orangé à vert foncé.
  • Pédoncule : tendre, cylindrique, évasé près de son point d’attache.

Ex : Potiron, potimarron, giraumon.

Citrouille, pâtisson ou Cucurbita pepo 

  • Forme : ronde, allongée ou aplatie.
  • Écorce : lisse.
citrouille

Des citrouilles ©EvgeniiAnd

  • Couleur : rouge orangé à blanc cassé en passant par le vert.
  • Pédoncule : épais, anguleux à 5 côtes, et sans renflement à son point d’attache.

Ex : Citrouille, pâtisson (qu’on trouve plutôt en fin d’été) courge spaghetti, courgette.

Courge musquée, butternut ou Cucurbita moschata

  • Couleur : jaune pâle à blanc cassé
  • Pédoncule : anguleux à 5 côtes, et élargi à son point d’attache.

Ex : Courge musquée, butternut (ou doubeurre).

Comment choisir les cucurbitacées ?

Les courges ne doivent pas être trop grosses (elles sont filandreuses) ; ni trop petites (elles n’ont pas de goût). Elles se choisissent fermes et intactes, sans taches et sans craquelures. Leur poids est un signe de maturité.

Les courges possèdent plein d’avantages :

  • Une conservation longue quand elles sont entières (coupées en morceaux, elles ne se conservent que quelques jours au réfrigérateur) : quasiment tout l’hiver quand elles sont au frais et dans la pénombre. Pratique !
  • Un rendement quantité/prix imbattable : moins de 3 euros pour un potimarron de 400 g, moins de 3,50 euros pour un butternut de 700g et le grand gagnant : entre 3 et 5 euros pour un potiron de 3 kg !
  • Une valeur nutritive intéressante : peu de calories, beaucoup de fibres douces qui se digèrent très bien, de la vitamine C (pour l’énergie et la vitalité), du potassium (pour le bon fonctionnement musculaire), et surtout de la pro-vitamine A ou béta-carotène, bon pour la peau et la vision. Plus les courges sont orange, plus elles en contiennent, comme les carottes.
  • Une cuisson facile  : à la vapeur, à l’eau, ou même au four (180°C 30 à 60 minutes selon la taille et la variété), les cucurbitacées aiment tout ! Pour vérifier si elles sont cuites, il suffit de planter un couteau à l’intérieur : comme pour les pommes de terre, elles doivent être tendres. Attention de ne pas trop les cuire, elles perdraient leur saveur et leurs bienfaits.

Lire page suivante : courges et cucurbitacées, les trucs et astuces

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,

    D’accord sauf pour la cuisine au micro-ondes puisque « ondes » qui détruisent les aliments. Il a été prouvé ces deux aspects. Je suis étonnée que ce mode de cuisson ait sa place chez vous…

  2. Les cucurbitacées en SALADE :
    Rapés comme des carottes, une vinaigrette bien relevée et voilà qui est tout aussi bien ou même mieux, ça fait des crudités pour l’hiver.

  3. Bel article ! Nous avons beaucoup à apprendre de ces produits. Pour les graines , avant de servir de cacahuètes , j’imagine qu’elles peuvent engendrer la génération suivante . Mais quand faut il planter ces graines ? Avez vous d’autres conseils pour optimiser la conservation des graines ? Pour aider à la culture ? Merci

    • Pour ma part, je récolte environ 25 potirons chaque année.
      De quoi tenir tout l’hiver en soupe, purée et en faire profiter amis et famille.
      Pour la conservation des graines, il suffit dans les mettre dans une boite à fromage remplie d’une feuille d’aluminium pour repousser l’humidité qui ferait pourrir les graines.
      Au printemps, après les dernières gelées, mettre les graines en godet. Une fois la plante mesurant une quinzaine de centimètres, on peut repiquer en pleine terre avec le godet.
      Mais attention, les potirons prennent pas mal de place dans le jardin, il faut donc prévoir un espace d’au moins 4 mètres carrés pour chaque pieds.

Moi aussi je donne mon avis