Le potiron, votre allié antioxydant de l’automne

Dès l’arrivée de l’automne, les cucurbitacées font leur retour sur les étals. Parmi elles, le potiron, un aliment peu calorique qui nous aide à faire le plein de vitamine A !

Rédigé par Alan, le 25 Oct 2017, à 14 h 30 min

En tout premier lieu, apprenez à distinguer le potiron de sa cousine la citrouille. Là où la citrouille n’est que rondeur, l’autre est plus aplati et on lui voit des ondulations. Sa couleur peut varier : souvent rouge orangé mais parfois vert foncé selon les variétés.

Potiron : la star vitaminée de l’automne

Sa chair est ferme et sucrée avec un petit goût de châtaigne. Elle est d’ailleurs plus délicate et plus savoureuse que celle de la citrouille, même si tout est affaire de goût finalement.

potiron citrouille cuisine bienfaits

Des potirons de belle taille en extérieur © diamant24 Shutterstock

Un légume peu calorique…

Un potiron, c’est surtout beaucoup d’eau ! À l’image de la pastèque, du céleri ou du concombre, le légume est en effet majoritairement composé d’eau : quasiment 95 % pour cette cucurbitacée, et 10 kcal pour 100 grammes

Très rassasiante, la courge est souvent consommée sous forme de potage, même si vous pouvez aussi en faire des purées, des flans, des gratins, des tartes sucrées ou salées, ou même de la confiture, des gâteaux, des soufflés.

potiron citrouille cuisine bienfaits

Soupe au potiron © Lucky_Elephant Shutterstock

Ce qui fait son intérêt est sa richesse en vitamines :

  • Couleur orangée oblige, le potiron est antioxydant ! Riche en caroténoïdes, il apporte ainsi 43 % des AJR en bêta-carotène, que le le corps transforme ensuite en vitamine A. Cette dernière contribue à lutter contre le vieillissement cellulaire et participe à la protection contre certains cancers.
  • Le légume contient aussi une quantité importante de vitamine B9, importante pour le système nerveux.
  • C’est aussi une bonne source en potassium, pour réguler le système nerveux.

Comment cuisiner le potiron ?

Comme nous vous le disions, les façons d’incorporer le potiron dans la cuisine sont très nombreuses. Pour absorber au mieux le bêta-carotène, il est conseillé de le consommer en purée, en limitant la quantité de matière grasse, mais ce n’est pas la seule solution.

potiron citrouille cuisine bienfaits

Purée de potiron © Valeria Aksakova Shutterstock

Le frein principal est souvent sa peau dure… Une solution peut être d’acheter une ou plusieurs tranches – vérifiez alors qu’elles soient encore juteuses et n’attendez pas longtemps pour les consommer, afin qu’elles conservent leurs bienfaits.

Un potiron entier, lui, peut être conservé très longtemps, jusqu’à plusieurs mois à l’abri des variations de température et dans un endroit aéré.

potiron citrouille cuisine bienfaits

Pumpkin pie, un dessert typique de Thanksgiving aux Etats-Unis © Brent Hofacker Shutterstock

La difficulté consiste effectivement à retirer la peau du potiron, qui est peu digeste, contrairement à celle de son voisin le potimarron. Vous pouvez néanmoins retirer la peau après cuisson, si vous ne parvenez pas à l’éplucher avant.

Le saviez-vous ? Les graines de potiron se mangent !

Si la peau n’est pas digeste, vous pouvez par contre récupérer les graines pour les consommer : faites-les sécher ou grillez-les.

Illustration bannière : Morceaux de potiron et graines de potiron © whitelook Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

11 commentaires Donnez votre avis
  1. pas besoin de peler

  2. pareil, je ne pèle pas, en soupe ou purée c’est très bon !

  3. Je ne retire pas la peau du potiron ! une fois cuite elle est aussi douce que sa chaire ! pourquoi vouloir se priver de cette corvée à éplucher le potiron ?

  4. à noter que les graines du potiron ainsi que de toutes les courges sont vermifuges

  5. Y’a deux ans j’ai mangé de la soupe de potiron et des gratins pommes de terre et potiron pendant trois mois et j’ai eu l’agréable surprise de constater apres une prise d sang que mon taux de cholesterol était revenu à la normale. Ensuite j’ai appris que le carotène y était pour beaucoup. A savoir que les carottes et les citrouilles,potirons en contiennent et contribuent à l’élimination des mauvaises graisses.

  6. BRAVO POUR L’ARTICLE
    VOICI UN TRUC pour ne pas subir la CORVEE de l’épluchage du potiron …
    cette vidéo a fait plus de 4 550 vue sur le net …
    youtube.com/watch?v=ZfsiBzKgZhc

    Bon Appétit

  7. je consomme toute sorte de potirons, et toujours avec la peau

  8. pas la peine de peler la peau du potimarron bio, elle disparait dans la soupe passée au robot! et en plus contient son lot de vitamines

  9. Bonjour,
    Professeur au lycée des métiers de la mode à la retraite, j’ai édité un livre en 2008 : technologie et entretien des textiles et leurs impacts sur l’environnement aux éditions Casteilla. Si le sujet vous intéresse, j’ai approfondi le sujet sur : L’homme file-t-il un mauvais coton ?

    N’hésitez pas à me contacter

    Francis Letellier

  10. Moi aussi j’ai trouvé la solution pour ne pas m’attaquer à la peau trop dure je choisis un potiron en forme de poire le lave et le gratte un peu puis le met à cuire dans un faitout, ensuite il devient souple et facile à couper, j’enlève les graines, je peux mixer chair et peau, avec une partie de l’eau de cuisson c’est très bon

  11. Vous dites que la peau du potiron ne serait pas comestible. Mais moi je ne pelle jamais mon potiron. Je n’enlève que les vilaines taches. Je parle bien du potiron hokkaïdo, où rien ne se perd!

Moi aussi je donne mon avis