La contrefaçon alimentaire concerne de plus en plus de produits

Avec la mondialisation des marchandises, on rencontre de plus en plus de produits contrefaits. Pas uniquement les produits manufacturés, mais aussi des produits alimentaires.

Rédigé par Pauline Petit, le 11 Aug 2017, à 10 h 21 min

La contrefaçon ne concerne pas uniquement les sacs de luxe ou les baskets de marque. Elle peut aussi concerner les denrées alimentaires, brutes ou transformées. Fruits, café, viande, font partie des produits bruts les plus touchés par la contrefaçon alimentaire.

Le marché florissant de la contrefaçon alimentaire

La contrefaçon alimentaire concerne tout type de produit. Elle peut prendre diverses formes. Des allégations mensongères sur le calibrage ou l’origine par exemple : c’est le cas des fruits ou encore des crustacés, qui peuvent être vendus sur le marché même s’ils n’atteignent pas la taille “réglementaire“.

Les appellations d’origine protégée sont aussi touchées par la contrefaçon : grands crus, huiles d’olive ou miel font partie des produits les plus contrefaits. On peut ainsi trouver des calissons d’Aix fabriqués en Chine ou encore du vin de Bordeaux produit en Espagne.

Un marché estimé à plus de 10 milliards d’euros

D’après Les Echos, le marché de la contrefaçon alimentaire est très juteux  : les seules saisies réalisées en 2013 représentent 10,2 milliards d’euros de denrées. On imagine que les saisies ne représentent que la partie émergée de l’iceberg de cet immense marché et que des tonnes de produits sont passées à travers les mailles des contrôles.

Internet a fait exploser le commerce des produits alimentaires frauduleux : il devient plus facile de commander des produits, et les douanes ne peuvent contrôler chaque paquet en provenance des pays producteurs. Toujours selon Les Echos, les principaux pays contrefacteurs seraient “la Chine, l’Inde, le Pakistan, l’Indonésie ou la Turquie“.

Des produits alimentaires qui peuvent s’avérer dangereux pour la santé : il y a quelques années, du lait en poudre frelaté commercialisé en Chine avait conduit des centaines de bébés à l’hôpital. Il s’agit aussi d’un manque à gagner pour les producteurs, qui mettent en place des systèmes anti-contrefaçons sophistiqués : c’est le cas notamment pour les grands crus, très souvent contrefaits.

Illustration bannière : un pot de bébé contrefait – capture vidéo Youtube – Futuremag
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis