Contrefaçon : saisie historique de produits cosmétiques

C’est un record pour les douanes françaises, qui ont démantelé le 4 janvier une filière de contrefaçon située au sein d’un laboratoire de Seine et Marne.

Rédigé par Maylis Choné, le 5 Jan 2017, à 10 h 40 min

Produits, tubes et capsules vides, emballages… Tout est là. Les douaniers français ont mis la main sur une filière impressionnante de contrefaçon de produits cosmétiques.

Des produits fabriqués par un laboratoire

Pas forcément rassurant pour la confiance des consommateurs ! Les produits contrefaits, copie de produits vendus en pharmacie, ont été retrouvés dans un laboratoire de Seine et Marne, qui fabrique de manière légitime d’autres cosmétiques de sa propre marque destinés à l’exportation. « Il s’agit d’une affaire exceptionnelle et sans précédent non seulement parce qu’il s’agit d’un laboratoire ayant une double activité mais aussi parce que le lieu de fabrication de ces produits cosmétiques se situait sur le territoire national », rapportent les services douaniers.

composition gel douche bio maison recette

Si même les laboratoires se mettent à faire de la contrefaçon… © garanga Shutterstock

Cela faisait plusieurs semaines que l’enquête suivait son cours jusqu’à ce beau coup de filet mercredi 4 janvier. Dans le même temps, ils ont démantelé deux lieux de stockage : l’un également situé en Seine et Marne (45.000 produits de contrefaçon, 45.000 conditionnements et des emballages) et l’autre dans le Calvados (17.000 produits cosmétiques contrefaits et 50.000 conditionnements vides).

Une filière démantelée

L’autre point positif dans cette affaire, c’est que les produits trouvés, fabriqués depuis deux ans, ont été analysés et qu’ils ne s’avèrent pas dangereux pour la santé. En chiffres, en 2015 les services de douanes ont intercepté 7,7 millions de contrefaçons, dont 409.367 produits de soin corporel.

D’une manière plus générale, la contrefaçon représenterait 10 % du marché mondial des cosmétiques et touche davantage les parfums que les crèmes de soin, a rappelé à l’AFP Emmanuelle Gourbin, directrice des affaires juridiques et sociales de la Fédération des entreprises de la beauté (Febea). Selon une étude de l’Office européen pour la propriété intellectuelle de 2015, cela représente une perte de 4,7 milliards d’euros et près de 50.000 emplois pour la firme cosmétique. 

Illustration bannière : – © Leonardo da Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis