Vidéo : McDo aussi bon que le bio fait maison, selon des experts

Rédigé par Alan, le 24 Oct 2014, à 15 h 31 min

Des experts gastronomiques ont été piégés par une agence de production spécialisée dans les contenus viraux. Si c’est bio, c’est forcément meilleur au goût ? Une étiquette ou une déclaration peuvent-elles tromper le cerveau ?

Des experts culinaires se font piéger dans un salon gastronomique

La scène se passe aux Pays-Bas, plus exactement à Houten dans la salle d’exposition. Deux humoristes du site Life Hunters ont décidé de piéger des experts en gastronomie. Pour cela, ils ont présentés divers produits McDonalds, découpés et arrangés autrement : du melon, des morceaux de hamburgers, des nuggets de poulet ou encore des muffins.

Puis ils ont présenté le tout sur des plateaux en prétendant qu’il s’agissait de fait maison bio, plus exactement d’une “alternative bio aux fast-food” :

(vous pouvez activer les sous-titres, uniquement en anglais par contre)

Peut-on reconnaître le bio du non-bio au goût ? a priori… non

produits-mcdo-bio-festival-culinaire-pays-bas-life-hunters-02Bien entendu, et c’est là que c’est drôle, les experts culinaires ont été plutôt tendres avec les produits en comparaison avec les produits de fast-food traditionnels : “c’est frais“, “la texture est bonne. Pas trop gluante“, “savoureux“, “c’est plus fin, mais aussi un peu plus moelleux“.

Quand on leur demande la différence avec des produits McDo, les participants affirment que “c’est bien meilleur, et le fait que c’est bio est clairement une bonne chose“, certains allant même jusqu’à affirmer que c’est “plus pur” au goût !

Si c’est déclaré bio, c’est meilleur ? Le cerveau affirme que oui !

produits-mcdo-bio-festival-culinaire-pays-bas-life-hunters-01

Il s’agit d’un festival culinaire, donc les experts peuvent avoir envie de rester polis mais à supposer qu’il ne s’agisse ni d’acteurs ni d’une publicité déguisée pour McDonalds, l’expérience n’est pas inintéressante car elle met en avant les biais du marketing alimentaire.

Si c’est bio, c’est forcément meilleur, alors que la qualité des aliments n’est pas directement liée à l’agriculture : oui, une agriculture biologique suppose plus d’antioxydants, mais elle ne signifie pas que le produit est plus diététique. Et peut-on repérer au goût un produit bio d’un produit non bio ? Quand il s’agit d’aliments bruts, peut-être, mais quand on parle d’un plat cuisiné, rien n’est moins sûr…

Pour les farceurs de Life Hunters, la morale est simple : “si vous dites à quelqu’un que quelque chose est bio, il va automatiquement croire que ça l’est.” Ne vous méprenez pas, ce n’est pas une raison pour abandonner le bio mais bien une réflexion sur les emballages… Comme d’habitude, on a envie de vous dire de favoriser les labels respectueux de la santé et de l’environnement et d’éviter la nourriture industrielle.

Images et vidéo : http:///www.lifehunters.tv/

*

Lisez aussi sur le marketing alimentaire :

*

Je réagis

Lisez également sur McDo :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

34 commentaires Donnez votre avis
  1. Merci pour l’article, qui fait réfléchir à l’impact de ce que nous voyons et croyons sur ce que nous ressentons. C’est l’effet de halo, un produit étiqueté bio ou fair trade est perçu comme moins calorique sans que ce soit forcément le cas, c’est bien démontré. Ça fonctionne sans doute pour le goût, on vous dit c’est du bio, ça ne peut pas être complètement mauvais !
    Étonnant, il y a des réactions violentes parce que ça ne va pas dans le prêt à penser des défenseurs du bio. Janine et Francine n’ont rien compris, n’acceptent même pas la nuance, elles sont dans l’imprécation, c’est dommage car l’article apportait un angle différent

    • C’est vous qui n’avez rien compris.
      Le goût du bio est différent, et il est bon, contrairement au goût du non bio qui est fade est insipide. Lorsque vous connaissez le bio, vous faîtes la différence et il n’y a pas besoin d’experts pour cela. Il faut simplement des gens habitués au bio, pour ne pas se faire avoir.
      Rien qu’un exemple des tomates bio, on un goût totalement différent et ont du goût, alors que le non bio, ces tomates sont sans aucun goût, si ce n’est celui de l’eau.
      Mais pour cela, il faut connaître le goût des aliments bio. On peut me dire que c’est du bio, comme une cousine qui a voulu me faire croire qu’elle avait cuisiné bio. Désolée, mais tout de suite on sent le goût dénaturé des aliments issus de l’agriculture intensive.

  2. /!\ ATTENTION ! Regardez la vidéo avec les sous-titres pour éviter de faire des conclusions erronées ! (activez-les ici ou allez sur koreus où ils sont ajoutés en français)

    On comprend alors bien que le but n’est pas de discriminer le bio et encore moins de faire de la pub pour McDo (un des deux humoristes fait une remarque sur la qualité de la tomate, ne laissant pas de doute concernant leur avis sur la chaîne).
    Il faut plus voir ça comme une démonstration de l’influence du psychologique sur le goût, même si des soit-disant experts ne devraient pas se laisser si facilement influencer (je rejoins nonet sur ce point).
    Je pense d’ailleurs que la conclusion qu’ils font à la fin de la vidéo incite à faire confiance à son gout et non à l’image d’un produit (je ne pense pas qu’au bio mais à tous ces emballage et ce enseignes qui donnent une impression de quelque chose de goûteux et/ou sain, sans que ce soit forcément le cas).
    Encore une fois, on gagne toujours à faire la part des chose et de pas interpréter hâtivement les choses.
    Néanmoins, sans blâmer consoglobe, le titre de cet article n’appelle pas forcément à la meilleure interprétation.

    • Alan

      Pas faux 🙂 mais après on est plus clairs dans le corps du texte. Toujours est-il que c’est exactement cela que je trouve intéressant dans l’expérience : l’influence du psychologique sur l’impression. Je suis d’accord avec nonet également, je trouve étonnant que les experts se laissent piéger, ou alors seulement les témoignages allant en ce sens ont été gardés, mais je ne pense pas.

    • Oui, c’est vrai que votre interprétation dans le corps du texte est très juste, et le titre est surtout agencé comme ça pour capter l’intérêt du lecteur.
      En tout cas j’apprécie vraiment vos articles, continuez comme ça !

  3. J’aimerais que le même test soit répliqué en France car il faut comparé ce qui est comparable. La nourriture traditionnelle Néerlandaise est déjà très orientée fast-food, ils servent en apéritif (raffiné) des morceaux de poissons frits, des nuggets, des crevettes frits comme celles qu’on achètent dans les restaurants chinois. Leur bio pousse sous serre, sans soleil et sans terre, il n’a donc aucune saveur ou très très peu. Je parle en connaissance de cause, j’y ai vécu 5 années. Si l’on refait le même test et si l’on arrive aux mêmes conclusions avec des experts italiens ou français… alors je dis… Rééduquons nos palais! Mais j’en doute très fort.

    • Alan

      Il est évident qu’on ne peut tirer des conclusions trop généralistes à partir d’une expérience qui est avant tout un canular filmé.

  4. Ce qui est reprochable aux fast food n’est pas autant la qualité de leurs produits que tous les plastiques, cartons ,sets de table,box ,…jettables ;et sucres ajoutés et sauces à volonté .

  5. Bio = bon pour l’environnement = bon pour la santé.
    Pour le goût, je ne sais d’où viennent ces mecs, mais dans ma campagne bien profonde, nous on sens tout de suite la différence entre des produits industriels et des produits qui poussent le plus naturellement. Peut-être que la pollution des villes modifie la sensation du goût? C’est finalement bien triste qu’il y ai des appelations ”BIO”. On devrait produire sans utiliser ces poisons.

    • Alan

      Complètement d’accord, toute l’agriculture devrait être sans pesticide. Pour le goût, à part le melon l’expérience porte sur des produits de fast food donc je pense que c’est moins évident d’être aussi catégorique.

  6. Le problème du goût n’est pas bio/pas bio, il est : variété adaptée au terroir.
    Une pêche de vigne (en général : bio, mais pas bio serait pareil) a jusqu’à 20 fois plus d’oligo-éléments, plus d’arômes qu’une pêche de grande culture (bio ou pas bio) sélectionnée pour son rendement et sa tenue au transport. Mais pas pour son goût ou ses qualités nutritives.
    Le bio industriel, majoritaire, ne vaut pas mieux que le reste. Voir les producteurs de tomates “bio” en Espagne : ce sont les mêmes avec les mêmes méthodes de production : forçage, etc. Sauf les pesticides.

  7. Odieuse propagande pour Mc Do!!! C’est quoi ce délire?
    Consoglobe a perdu une lectrice, avec des articles aussi orientés, vous perdez toute crédibilité…
    Mac Do aussi bon que la gastronomie bio? Décidément, on aura tout lu…
    Pourquoi pas meilleur tant que vous y êtes? Propagande!!!
    Vous vous étonnez de la perte d’audience des gros sites et de l’explosion des blogs? Arrêtez de faire de la merde industrielle, ça changera…

    • Alan

      Vous lisez de travers… l’article lui-même dit au passage que ça pourrait très bien être une opération marketing cachée…
      Dans le doute, ça reste intéressant : si on prend un produit cuisiné, qu’on affirme qu’il est bio, est-ce que les gens vont juste croire que c’est bio ? pourront-ils distinguer le bio juste au goût ?

    • @Delphine, oui le bio est se distingue juste au goût. Je peux vous l’assurer, j’ai testé, comme je l’ai indiqué un peu plus haut.
      Les produits industriels n’ont aucun goût, c’est fade, il faut les relever avec des épices, des sauces et le tutti cuanti…
      Alors que le bio, a beaucoup de goût. J’ai retrouvé avec le bio le goût des légumes que mon arrière grand-mère cultivait : c’était dans les années 50 et 60. Oui je ne suis pas toute jeune non plus, j’ai 68 ans, et je peux vous assurer qu’il y a belle lurette que je ne mange plus pour me remplir le ventre. Je mange pour vivre et donc pour vivre, ce n’est surement pas les produits industriels qui ne contiennent plus rien.
      Désolée de vous décevoir, mais on reconnait le goût du bio, au goût et non pas à la suggestion qu’on va vous faire.
      Bonne continuation… avec du bio!!!!

    • Sauf qu’on peut faire du non bio de grande qualité dans son jardin ou faire du bio industriel en Espagne. Donc la différence ne vient pas du label bio mais vraiment comment on a cultivé/élevé le produit…

  8. Comment fonctionne la “magie” de McDo ?
    Toucher les enfants dès leur plus jeune âge avec des jouets, zones de jeux et des goûts sucrés et gras, qui correspondent à leurs besoins d’apprentissage (jouets et zones de jeux) et d’aliments énergétiques (sucre, gras) comme le jaune d’oeuf pour les embryons ou le lait très crémeux pour les mammifères.

    Donc si les testeurs ont passés de bons moments dans leur enfance avec ce genre de produits McDo, ce sera automatiquement classé positif lors de ce test, à cause de leur inconscient qui fera le rapprochement.

    Le succès de McDo, c’est l’extrémisme de combiner une énorme méga marge sur des produits bas de gamme (à la limite légale des normes) et l’exploitation humaine (à la limite légale des normes), pour se payer le meilleur du marketing (au maximum de la légalité), des sciences comportementales (au maximum de la légalité) et reverser un maximum de bénéfices pour être attractif auprès de tous ceux qui ont de l’argent à investir directement (bourse) ou indirectement (franchisés, sous-traitants des produits).

    • De plus les enfants de maintenant ne connaissent pour une immense majorité que de la nourriture industrielle.
      Et après on s’étonne que beaucoup trop d’enfants sont malades, sont obéses, etc…

  9. Je suis ok c une manipulation anti bio, c’est juste qu’ils ne sont pas habitués à manger bio et ne peuvent comparer , la couleur le goût la texture et plus vite rassasiés arrêtez de dire n’importe quoi et favorisez le bio c bien meilleur

  10. Macdonalds, comme tous les fast-food c’est gras et sucré, donc forcément bons au gout vu qu’on est programmé pour aimer ces saveurs …
    Je vois quand meme dans cette opération une manipulation anti-bio. Les lobbies du pesticide doivent adorer…

    • Bonjour,
      Eh oui, comme d’habitude c’est une manipulation anti-bio…
      Nous ne sommes pas dupes!

  11. Aujourd’hui dire “Et peut-on repérer au goût un produit bio d’un produit non bio ?” est complètement imbécile ! Si vous ne l’avez pas encore fait prenez simplement 2 carottes bio/non bio et goutez ! C’est la preuve la plus simple !
    Sans copter que diffuser un tel “montage. à la solde probable de Mac Do c’est encore leur donner la parole et faire leur jeu ! La pub pas cher !
    Mais on est habitué… c’est le mode d’action de tous les labos chimiques qui veulent détruire la bio, nous rendre dépendants, abuser de nous et de notre environnement. Quand nous aurons une terre complètement stérile et improductive, un air encore plus irrespirable et une eau plus polluée… ils diront alors :ah si on avait su…, on n’aurait pas du…”
    Réveillons nous et refusons ce genre de discours et de fausses expériences, ce n’est pas de l’humour c’est de l’inconscience ou du cynisme !
    Nous militons depuis 72 pour la bio et rien ne nous fera changer d’avis ! Nos propres expériences et constations nous suffisent ! Enfants et petits enfants ne s’en portent que mieux !

    • Bonjour,
      Entièrement d’accord avec Francine.
      Apparemment la personne qui a écrit l’article n’a jamais goûté quoi que ce soit de bio, ou bien a complètement perdu le goût… il y a une maladie qui peut l’expliquer.
      Bref, quand il est écrit : “””Peut-on reconnaître le bio du non-bio au goût ? a priori… non””””
      FAUX : goûtez des tomates bio, des citrons bio, des carottes bio…
      Arrêtez de raconter n’importe quoi, ou alors goûtez vraiment avant d’écrire des choses pareilles!
      Oui le bio a bon goût, contrairement au non bio.
      On reconnaît le bio tout de suite,
      Le non bio, on reconnaît tout de suite que ce n’est pas bon du tout, ça n’a pas de goût, tout simplement!
      La différence entre les deux :
      Le bio a un goût excellent!!!
      Le non bio, n’a aucun goût!
      Que ce soit des légumineuses comme les pois chiches, en bio excellent!!!
      Les tomates, en bio c’est divin!!!
      En non bio, ou ça n’a aucun goût, ou, au mieux, juste le goût de la flotte, notamment pour les tomates!!!
      Ceux qui veulent détruire le bio, ont des intérêts financiers dans tout ce qui est intensif, ou bien sont simplement “simplets”!

    • Alan

      Non, mais vous me parlez légumes là. Je suis complètement d’accord avec vous sur le goût plus prononcé des carottes bio par rapport au non bio, mais là on n’est pas du tout dans ce registre : à part le melon (qui n’est pas naturellement présent aux Pays-Bas donc s’il pousse là-bas c’est sous serre), il s’agit par avance de produits de type “fast food” et là en toute honnêteté distinguer un nugget bio d’un nugget non bio…
      L’article a justement pour but de défendre le bio, mais le vrai bio : si on colle une étiquette est-ce que le cerveau agit en conséquence ? est-ce qu’il nous envoie des informations différentes ?

    • Ouh là, dogmatique la Francine ! J’achète du bio quand je peux et j’en fais pas une religion. J’ai mis de l’anti-limace (non bio) sur mes carottes du jardin cet été, elles étaient non bio et quand même meilleures que les carottes bio que j’ai achetées après. Je picole du vin bio, pas forcément meilleur qu’un vin conventionnel du même terroir. Ce qui est bon pour la planète n’est pas systématiquement meilleur au goût. Faut pas tout confondre pour justifier ses croyances.

  12. s’ils fument de la moquette pas étonnant qu’ils ne réagissent pas au out 80/100 bio et la saloperie que l’on vous vend 100/100 cangrene

  13. Quand je fais manger du bio à mon fils, systématiquement il me dit que ça n’a pas de gout ou que c’est moins bon! Mais ça vient de sa mère, il a 17 ans, alors on lui pardonne. Dans un sens,il n’a pas tord, nos papilles sont tellement habituées aux exhausteurs de gout, au salé, au sucré… Quand on aura réhabitué notre cerveau et nos papilles au vrai gout, ça ira mieux. En attendant, je fais le forcing car c’est meilleur pour la santé et pour la planète!!

    • Eh bien, pour mes enfants, c’est (heureusement !) le contraire.
      Ils mangent bio depuis toujours (respectivement 20 et 23 ans) ; lorsqu’ils étaient petits et qu’il m’arrivait de leur servir des carottes râpées non-bio, ils les trouvaient fades et rechignaient à les manger. Si les papilles sont habituées au goût des aliments, pas masqué par le sel, le sucre, le glutamate et autres, elles sentent ce qui est artificiel et le rejettent.

  14. cela ne fait que prouver que certains “humoristes” sont aussi cons que les experts en tout….en passant , c’est vous le dondon de la farce,ce qui est le cas de le dire….manger bio, c’est bon pour la terre, bon pour les hommes.

  15. Manger bio, c’est pour moi, plus un acte militant, participant à garder une planète “propre” pour l’environnement c’est sur, et du coup participe aussi à préserver la santé des hommes.

    • Mais c’est aussi se faire plaisir parce que les produits bio sont plus “goûtus” !

  16. Le fait que ce soit “bio” ne veux pas dire que c’est forcément meilleur au goût, mais c’est d’abord la façon de produire, viandes, légumes sans tous ces pesticides qui nous empoisonnent et par ce fait et la nature avec !

    • Mais bien sûr que si !
      Faites le “blind test” avec une carotte conventionnelle et une carotte des sables bio, juste épluchées et croquées crues et vous verrez !

  17. le bio c plus pour l’environnement que pour la santé

    • Ah parce que pour vous, l’environnement n’a pas d’impact sur votre santé ?
      Vous vivez sous une bulle ?
      Vous n’avez jamais entendu parler de l’afflux aux urgences des hôpitaux, de personnes avec de très gros problèmes respiratoires pendant les pics de pollution ?

Moi aussi je donne mon avis