Alimentation ayurvédique : les 3 règles d’or à respecter

Vous souhaitez changer vos habitudes alimentaires pour être en meilleure santé ? Vous vous refusez à suivre un énième régime, bien conscient qu’il ne s’agit pas de la meilleure voie à la fois vers un poids stable et une plus grande forme ? L’alimentation préconisée par l’ayurvéda, médecine indienne ancestrale, est une alternative très pertinente. Décryptage.

Rédigé par Stéphanie Langlais, le 11 Feb 2020, à 18 h 10 min

En respectant les 3 règles d’or que nous nous apprêtons à détailler, vous effectuerez un passage en douceur vers une nutrition saine et parfaitement adaptée à votre organisme : l’alimentation ayurvédique.

Ayurvéda & alimentation – Règle d’or numéro 1 : changer son regard sur l’alimentation

En ayurvéda, le rôle de l’alimentation est primordial. Les produits que nous ingérons et assimilons nourrissent notre énergie vitale, garante de notre bonne santé physique et mentale. Se tourner vers une nutrition ayurvédique implique donc de poser un nouveau regard sur ce que nous mangeons.

En effet, bien souvent, on associe « alimentation » à « catégories d’aliments » : les protéines, les lipides et les glucides. Notre réflexe est ensuite de penser qu’en réduisant la consommation de graisses et de sucres, nous serons en meilleure santé. Cette vision occidentale de la nutrition est à 1000 lieux des préceptes de la médecine indienne traditionnelle.

ayurveda alimentation

Salade complète avec avocat, roquette, épinards, graines et germes – © Foxys Forest Manufacture

L’alimentation en ayurvéda repose en effet sur 2 principes clés :

1. Tout aliment, à son état naturel, est porteur d’énergie. En l’assimilant, notre système digestif transmet cette énergie à tout notre organisme. L’énergie est une force vitale qui préside à la santé globale de notre organisme.

2. Le feu digestif assure le mécanisme de digestion : il fournit le « carburant » qui brûle nos aliments et les transforme en nutriments, dont nos cellules vont se nourrir. La force ou la faiblesse, la régularité ou l’irrégularité de ce feu auront pour conséquence soit l’harmonie soit le déséquilibre de notre système digestif et, plus généralement, de notre organisme.

Il est d’ailleurs aisé de reconnaître un feu digestif qui fonctionne mal. Une sensation de lourdeur ou de fatigue après les repas, des douleurs abdominales, des ballonnements, de la constipation ou au contraire de la diarrhée : autant de signes d’un déséquilibre qu’il va falloir corriger.

Règle d’or numéro 2 : adopter une alimentation 100 % naturelle

Les aliments puisent leur énergie dans la nature. Un produit perd sa force vitale dès lors qu’il subit des procédés industriels (cuisson, stérilisation, surgélation, adjonction d’additifs, etc.).

Vous l’aurez compris, l’alimentation ayurvédique est d’abord une alimentation à base d’ingrédients consommés à l’état brut ou très peu transformés, frais, de saison et locaux.

Cuisiner des produits naturels et bruts

ayurveda alimentation

Du riz complet et des haricots sont une bonne base pour une assiette complète – © Gayvoronskaya_Yana

Fruits et légumes, céréales et légumineuses, graines et fruits à coque, herbes et épices, huiles et ghee (beurre clarifié) composent les repas ayurvédiques. L’ajout de laitages et d’oeufs reste possible. Concernant la viande et le poisson, les prises doivent demeurer occasionnelles. En effet, les protéines animales sont souvent difficiles à digérer ; de plus, le bien-être animal est un principe de base dans la philosophie ayurvédique. Associer dans vos repas une céréale (riz, sarrasin…) à une légumineuse (lentilles, pois chiches…) permettra de couvrir vos besoins en protéines.

Cuisiner uniquement des produits naturels et bruts ne signifie ni perte de temps ni perte d’argent. Bien au contraire. Pensez goût et simplicité. Une assiette de légumes à la plancha accompagnés de riz et lentilles corail, le tout arrosé d’huile d’olive et saupoudré d’épices, constitue un plat savoureux, sain et digeste. En ayurvéda, chaque repas doit être composé de 6 goûts : sucré, salé, astringent, piquant, amer et acide. Chaque goût est lui-même porteur d’une énergie, soit réchauffante soit rafraîchissante. Par exemple, les oignons représentent le goût piquant, dont l’énergie est réchauffante. Si vous souhaitez en consommer, vous pouvez les marier avec un ingrédient astringent comme le brocolis par exemple.

Voici une liste de quelques aliments associés à leur goût :

  • sucré (rafraîchissant) : haricots, lentilles, huiles, légumes racines, fruits secs, blé
  • salé (réchauffant) : anchois et autres poissons, pickles, sel
  • amer (rafraîchissant) : choux, épinards, olives, chocolat
  • acide (réchauffant) : fromage, yaourt, agrumes, aliments fermentés
  • astringent (rafraîchissant) : asperges, brocolis, quinoa, poire, framboise, pruneaux
  • piquant (réchauffant) : ail, oignon, radis, moutarde, poivre.

Règle d’or numéro 3 de l’alimentation ayurvédique : installer de nouveaux rituels

Si choisir les bons aliments reste le b.a.-ba d’une nutrition en accord avec l’ayurvéda, d’autres éléments vont agir sur la qualité de notre feu digestif. Une journée stressante, un rythme de vie intense, une nouvelle qui nous contrarie nous empêchent bien souvent de faire de nos repas de véritables moments de pause et de déconnexion. Pourtant, c’est bien vers cela qu’il faut tendre.

ayurveda alimentation

Assiette complète : poke bowl avec des fruits marinés, du riz, de l’edamame, de l’avocat, des algues, des lanières de carottes, et des pousses – © Kert

Manger dans un cadre paisible, sans distraction (pas de télé, pas de lecture ou d’envoi de SMS, etc.) en ressentant du plaisir et de la joie à la dégustation influera positivement sur la qualité de la digestion. Observez également d’autres principes simples : ne mangez que si vous avez faim et arrêtez-vous dès l’instant où vous vous sentez rassasié. De même, efforcez-vous de vous restaurer à heures régulières, prenez le temps de mastiquer et ayez à l’esprit que votre repas vous apportera force et énergie pour le reste de la journée.

Une mise en garde toutefois : évitez tout changement brutal !

Modifier ses habitudes alimentaires du jour au lendemain conduit généralement au résultat inverse de celui recherché. Notre corps comme notre esprit, bouleversés, réagissent négativement.

Etablissez plutôt un plan d’action sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, en définissant des étapes et en vous donnant du temps pour les franchir. De même, la tenue d’un carnet alimentaire peut être d’une aide précieuse. Vous y noterez, chaque jour, les aliments consommés et la qualité de votre digestion. Une méthode qui vous aidera à cibler les ingrédients qui conviennent le mieux à votre organisme.

Illustration bannière : Ayurveda alimentation – © Foxys Forest Manufacture
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ancienne journaliste, Stéphanie a exercé pendant une dizaine d’années dans la communication et le webmarketing. Elle se consacre aujourd’hui...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis