Sushis, les poissons à recommander

Rédigé par Consoglobe, le 28 Jun 2009, à 22 h 35 min

Se faire plaisir avec des sushis et des sashimis, c’est comme le font les Japonais, accentuer la disparition de certaines espèces menacées : thon, cabillaud, anguille, saumon sauvage, … Voici comment continuer à vous régaler sans scrupules.

Les poissons à utiliser pour les sushis

Developpement durable article

Il y a trois sortes de poissons à recommander : les espèces sauvages, les poissons d’élevage.

Les espèces de poisson sauvages

Pour vos sushis, vous pouvez demander :

  • Hareng
  • Seiche
  • Chincard
  • Maquereau

Les espèces de poisson d’élevage

Il faut bien sûr préférer le poisson d’élevage (aquaculture) mais
celui-ci n’est pas la panacée car les poissons sauvages sont pêchés
pour être transformés en farines pour les élevages !

  • La crevette impériale de Charente-Maritime,
  • Le saumon ou la truite mais vérifiez qu’ils proviennent bien d’élevage d’agriculture biologique.

L’aquaculture, voie de salut pour le poisson

Aujourd’hui, la FAO estime que 43 % des poissons consommés proviennent d’aquaculture.
1/3 des produits de la mer consommés sur le territoire français proviennent de l’aquaculture et les 2/3 sont importés.

C’est à nous le consommateurs de faire le tri et la part des choses. Faites la remarque aux restaurants qui ne font aucun effort et refusez leurs sushis.

En Europe quelques trop rares restaurants, comme tous ceux de la Principauté de
Monaco, ont banni le thon rouge de leurs menus. Il faut les encourager.

Les poissons que l’on peut consommer sans menacer les espèces

Voici quelques poissons qu’en général on peut consommer sans crainte

  1. Les crevettes : aquaculture, de Vietnam et d’Equateur, protégées par un label
  2. Les crevettes d’Atlantique nord
  3. Le hareng, redevenu abondant suite à une quasi disparition dans les années 70 et à la mise en place de quotas
  4. Le Bar
  5. Le flétan du Pacifique nord
  6. Le homard d’aquaculture, d’Australie, Etats-Unis, Basse-Californie au Mexique
  7. Les huîtres d’Europe, aquaculture, risque de toxiques à vérifier selon les régions
  8. Le merlan
  9. Le lieu noir de l’Atlantique nord-est
  10. La raie
  11. Le maquereau de Cornouailles (label)
  12. Le maquereau de l’Atlantique nord
  13. Le merlu du Cap (label)
  14. Le rouget barbet
  15. L’églefin : fumé il donne le haddock
  16. Le Hareng de Norvège : menacé de disparaître au début des années 70, le Hareng a fait l’objet d’une surveillance et voit à nouveau sa population et ses quantités pêchées augmenter, tout en restant sous surveillance.
  17. La sardine des Etats-Unis
  18. Le saumon atlantique d’aquaculture d’Ecosse et d’Irlande (label)
  19. Le saumon du Pacifique d’aquaculture du Pacifique nord (label)

*

A lire sur la pêche

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



7 commentaires Donnez votre avis
  1. Le gaspillage de poisson sauvage n’est pas causé par les restaurents de poisson cru mais par la grande distribution qui détruit chaque jour des tonnes d’inconsommés.
    Cet article manque visiblement de discernement.

  2. muchas gracias

  3. arrggh ! comment concilier mon addiction aux sushis…et mes valeurs écolos ??? je crois que je vais apprendre à les faire moi-même ! ça sera plus responsable…et moins cher !

    • Aurore

      Telline,

      D’abord, vous pouvez choisir des sushis n’utilisant pas de poissons menacés et mettre en application les quelques conseils que nous vous donnons dans cet article.

      Mais vous pouvez bien sur faire vos propres sushis et makis. C’est très simple, très bon, et surtout, vous pouvez varier les plaisirs en fonction de la saison : http://www.consommerdurable.com/2011/06/maki-time-des-makis-bio-de-saison/

      Bonne journée !

    • tout à fait d(accord avec vous, les faire soi même, rien de meilleur pour la gestions du poisson, et si vous faites comme les japonais ( voyages fréquents là bas cause dernier fils y vivant depuis 5 ans) vous apprendrez, comme eux, à réutiliser les restes ( nageoires et autres ) pour les soupes mizo, là bas, rien ne se perd ou presque,

  4. Super article !
    Désormais j’ai plus d’infos sur quel poisson opter à l’achat.
    Par contre j’aurai adoré avoir une adresse de resto japonais RESPONSABLE sur Paris…

    • Bon à savoir pour mieux choisir son poisson, merci!

      C’est vrai que j’aimerais également pouvoir trouver des restos japonais sur Strasbourg, Sélestat ou Colmar qui sont soucieux de la provenance de leurs poissons et de la sauvegarde de la biodiversité…Quelqu’un à des infos??
      Merci d’avance

Moi aussi je donne mon avis