Plats cuisinés : comment bien les choisir

Rédigé par Emma, le 3 Apr 2014, à 15 h 18 min

Plats cuisines, de multiples critères de choix

Du point de vue nutritionnel, il y a plusieurs choses à vérifier avant de faire son choix.

1-Vérifier le taux de matières grasses

S’il y a un repère à connaître, c’est le taux de matière grasses. Pour les plats cuisinés, il ne faudrait pas qu’il dépasse les 5 g de graisses/100 g.

Ce taux est celui qui est préconisé par les médecins nutritionnistes spécialisés en chirurgie de l’obésité au CHRU de Lille. Les lipides étant en effet les plus riches en énergie (ils apportent 9 cal/g, contre 4 cal/g pour les protéines et les glucides).

blanquette-de-veau-william-saurin-plat-prepareSi ces lipides contiennent moins possible d’acides gras saturés (toujours indiqués en-dessous des lipides), c’est mieux.

Certains industriels  – ceux qui ont signé la charte du PNNS 3 – se sont engagés à mettre moins de matières grasses et de meilleure qualité, c’est-à-dire moins d’acides gras saturés et plus d’oméga-3, via des huiles de colza par exemple. C’est le cas de la marque Marie notamment.

Exemples : Blanquette de veau, William Saurin, en barquette de 285 g.Taux de lipides : 4 g/100 g, dont 1,5 g de lipides saturés.

Filet de poulet sauce moutarde tagliatelles, Marie, 290 g. Taux de lipides : 4,7 g/100 g, dont 1,6 g de lipides saturés.

2- Vérifier le taux de sel dans tous les plats cuisinés

Le taux de sel élevé est l’un des reproches que l’on peut faire – à juste titre – aux plats cuisinés. Idéalement, le taux de sel doit être en-dessous de 1g/100 g.

wok-plat-prepare-banLa charte du PNNS 3 signées par certains industriels préconise aussi la baisse du taux de sel.

> Suite : Regarder la liste des ingrédients

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Rien ne vaut ce que l’on fait à la maison avec des produits que l’on sait d’où ils viennent, car je doute que les produits qui composent les plat cuisinés industriels sont pour moi plus que douteux, rien à voir le scandale de la viande de cheval, du plus pour faire encore plus de bénéfice ils sont capable d’acheter des produits de n’importe quel pays alors quand France nous avons les mêmes, peut un peu plus cher, en plus on nous met colorant, émulsifiant, rehausseur de goût, conservateur, etc…Il vaut mieux préparer ces repas en grande quantité et congeler le surplus pour le consommer plus tard, la on et sur de ce l’on mange et ça ne coute pas plus cher.

  2. Le colorant « caramel » n’est pas forcément d’origine naturelle. Notamment si c’est du E150 b, c ou d, respectivement caramel de sulfite caustique, ammoniacal ou de sulfite d’ammonium. Moins sexy déjà!
    Pouvant être fabriqué à partir de maïs transgénique, diminuer l’absorption de la vitamine B6, et provoquer des troubles neurologiques, cela fait de moins en moins envie…
    Un conseil, choisissez vos plats avec le guide des additifs alimentaires de Corinne Gouget, vous éviterez la catastrophe.

  3. Super article! J’ai arrêté d’acheter des plats cuisinés depuis quelques temps mais il est vrai que c’est bien pratique tout de même 🙂 Merci!

Moi aussi je donne mon avis