L’auto-cueillette : une pratique locavore en plein essor

Encore marginale il y a quelques dizaines d’années, l’auto-cueillette connaît actuellement un véritable essor un peu partout en France, avec un nombre d’exploitations optant pour cette commercialisation en circuit-court en nette augmentation.



Rédigé par MarieG, le 7 Oct 2017, à 12 h 45 min

Acheter directement chez le producteur en cueillant soi-même ses fruits et ses légumes permet sans aucun doute de disposer d’une réelle traçabilité sur les aliments. Aussi, un nombre grandissant d’exploitants agricoles, soucieux de répondre aux besoins d’une génération de consommateurs désireux d’accéder à des produits frais locaux, s’inscrivent la démarche de l’auto-cueillette.

L’auto-cueillette, le plus court des circuits entre producteurs et consommateurs

C’est un spectacle cocasse que de voir des clients se déplacer avec leurs brouettes entre les champs des vergers et autres maraîchers pour venir récolter les fruits et les légumes eux-mêmes, directement à la source. Et pourtant, le concept fait mouche, car il répond à un vrai besoin des consommateurs de consommer local, avec des produits issus d’une agriculture raisonnée, tout en ayant une visibilité sur les conditions de culture.

Une autre façon de consommer

L’auto-cueillette, c’est aussi avoir la possibilité de nouer une toute autre relation avec le producteur, qui prend le temps de vous renseigner sur la manière dont il travaille, chose impossible avec des circuits de commercialisation classiques.

auto-cueillette

Du champ à l’assiette © yuris

Par ailleurs, la pratique de l’auto-cueillette est aussi une nouvelle relation à la nature, plus directe, qui donne le sentiment d’un retour aux sources, ce qui plaît énormément à toute une génération de consommateurs déconnectés de la production de leurs aliments.

Récolter les légumes et les fruits dont on a besoin, peut être aussi l’occasion d’une sortie familiale, ce qui ne manque pas de donner à cette pratique une dimension résolument ludique et conviviale.

Lire aussi : Au Canada, on peut cueillir ses légumes au supermarché

Plus intéressant financièrement ?

Aussi, c’est aussi au niveau du prix que l’expérience de l’auto-cueillette s’avère intéressante pour le consommateur. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le circuit-court n’est pas forcément la garantie d’un prix plus faible, mais davantage d’un prix plus stable au niveau des produits.

Les premières exploitations à avoir testé le concept s’en frottent aujourd’hui les mains, avec pour certaines des dizaines d’hectares en guise de magasin grandeur nature, attirant des centaines de visiteurs par semaine.

Lire aussi : Combattre l’obésité infantile grâce à la découverte de la vie à la ferme

Le revers de la médaille de ce succès est malheureusement le constat dans certaines exploitations d’un manque de civisme de certains clients, qui dégradent les installations ou s’amusent avec les fruits et légumes, au mépris des règles élémentaires de savoir-vivre. Mais il en faut plus pour décourager ces maraîchers d’un nouveau genre qui veillent à ce que ces mauvaises pratiques restent marginales . La plupart des visiteurs sont des personnes respectueuses de la nature et qui désirent simplement mieux consommer pour préserver leur santé.

Cueillette des fraises © marina leonidovna

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de nourriture healthy et gourmande, j'aime cuisiner sain, bio et local et tester de nouvelles associations de saveurs, surtout à travers les jus...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis