Le potager souterrain, le futur pour les légumes ?

Rédigé par Alan Van Brackel, le 21 Feb 2014, à 12 h 17 min

L’alimentation en énergie du potager souterrain

Pour l’instant, l’électricité est achetée à un fournisseur énergies renouvelables. L’objectif est d’être entièrement autosuffisant via de l’éolien et du solaire en surface.

potager souterrain zéro carbon foodL’énergie constitue un problème majeur quand on vise un culture zéro émissions.

L’alimentation en chaleur des cultures en sous-sol

La chaleur provient de flux thermiques de la ligne de métro voisine.

L’alimentation en eau

potager souterrain zéro carbon foodL’eau provient de tunnels via des pompes mais aussi de déshumidificateurs qui l’extraient de l’air expiré par les plantes.

Le transport

Tout se vend dans le quartier, rempli de restaurants : pas de transports donc ni frais ni pollution.

Le goût des légumes souterrains

Zero Carbon Food travaille avec des consultants en agriculture et un chef renommé, Michel Roux Jr.

A l’heure actuelle, Zero Carbon Food lève des fonds via un site de financement participatif (1)

Expérience à suivre…

*

potager souterrain je réagis

(1) http://www.crowdcube.com/investment/zero-carbon-food-13724

Lisez plus sur l’agriculture urbaine :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. On pourrait faire ça dans le desert. Génial.

  2. Entièrement d’accord avec Guillax. On bétonne les espaces extérieurs et on veux végétaliser et faire pousser les légumes sous terre… Le monde tourne vraiment à l’envers!

  3. C’est vraiment n’importe quoi ! Ils ne savent plus quoi inventer…et l’écologie dans tout ça devient surtout un business malsain…les capitalistes sont vraiment capables de reprendre tout à leur propre sauce…faire de l’argent, encore et toujours !
    Il y a tant de terres agricoles en friche, de zones rurales sous peuplé où les forêts reprennent le dessus, et tout les ans, on perd tout de même des centaines d’hectares de terres agricoles, au bénéfice de constructions hideuses, pavillonnaires etc etc… toujours pareil, plutôt que de retaper les anciennes bâtisses qui s’écroulent, dans ces mêmes zones rurales qui sont laissées à l’abandon ! Réagissez, arrêtez de vous cantonner aux villes déjà surpeuplée (au risque de manger des légumes qui auront pousser dans une bouche de métro, le tout artificiel à 100%), et redécouvrez le monde qui nous entoure !

Moi aussi je donne mon avis