Acupuncture, et plus si besoin…

La médecine traditionnelle chinoise évoque immédiatement pour vous l’acupuncture ? Vous avez raison. Elle est cependant plus vaste encore.

Rédigé par Véronique Desarzens, le 11 Apr 2017, à 16 h 00 min

À la fois globale et complexe, elle est l’une des rares médecines traditionnelles encore si vivante. Son but premier : préserver, mais aussi lorsque c’est nécessaire, restaurer l’équilibre énergétique de l’être humain. Dans la Chine antique, les médecins, chargés de maintenir ce précieux équilibre, n’étaient d’ailleurs payés que lorsque leurs patients allaient bien !

La médecine chinoise repose sur un concept apparemment simple et évident : un organisme est en bonne santé tant que l’énergie y circule bien. Et si le corps est sain, l’esprit l’est aussi. Un seul problème : nombreux sont les facteurs susceptibles de provoquer des blocages. Et lorsque les « noeuds énergétiques » sont là, entraînant du simple malaise à une véritable pathologie, il s’agit de les dénouer. Ici, on ne traite pas seulement un symptôme, mais une personne. L’idée est avant tout de maintenir l’équilibre ou de rééquilibrer l’énergie vitale, le « chi ».

La médecine chinoise dispose pour cela de différents moyens, qui peuvent selon les besoins être utilisés seuls, ou conjointement à notre médecine occidentale. L’expérience a montré qu’elle se révèle très efficace dans de nombreux domaines, pour soulager aussi bien les douleurs et les troubles fonctionnels que la fatigue, le stress, les maladies dites psychosomatiques.

Acupuncture : énergie et équilibre

Si l’acupuncture fait de plus en plus d’adeptes chez nous, ce n’est pas pour rien. Comme l’ensemble de la médecine chinoise, elle prend en compte une notion encore trop souvent négligée, tout simplement parce que difficile à mesurer et à priori impalpable : l’énergie vitale. Pourtant, sans elle, pas de vie !

acupuncture

Le corps humain est traversé de canaux, invisibles mais pourtant bien réels, par lesquels circule cette énergie, le fameux « chi » chinois : les 14 principaux méridiens. Ces derniers parcourent le corps à la fois en profondeur et en surface, mettant ainsi en liaison les différents organes internes et la surface de la peau. Leur trajet superficiel est parsemé de différents points, précieux en acupuncture.

Chacun de ces points permet en effet d’agir soit sur la circulation d’énergie le long du méridien, soit directement sur un organe. Comme chaque méridien traverse une région du corps et relie entre eux les différents organes qui s’y trouvent, l’endroit à traiter à la surface de la peau peut être situé parfois très loin de celui où l’énergie est bloquée. La stimulation ou la dispersion de l’un ou l’autre de ces points à l’aide d’aiguilles est alors répercutée tout au long du méridien, ce qui permet à l’énergie de circuler à nouveau librement.

Phytothérapie et diététique

En plus de l’acupuncture mais aussi des massages Tui Na et An Mo, qui augmentent la résistance et la vitalité et des exercices du Qi Gong (voir plus bas), la médecine traditionnelle chinoise comprend également la phytothérapie et la diététique. Elle inclut encore l’acupressure et la moxibustion.

La pharmacopée chinoise, qui réunit quelque 600 ingrédients, végétaux mais aussi animaux et minéraux, est une partie très importante de la médecine chinoise. Chaque remède est personnalisé et préparé selon les prescriptions du thérapeute. Il existe cependant aussi quelques remèdes tout prêts, notamment contre le stress, pour la circulation, les rhumatismes et la ménopause, ou encore des pommades et des lotions pour la peau.

La diététique thérapeutique saisonnière, elle, est un art qui marie subtilement les différentes saveurs (acides, amères, sucrées, piquantes et salées), selon les besoins de la personne et du moment. Elle contribue ainsi à conserver ou à rétablir l’harmonie entre les rythmes intérieurs de l’organisme et les rythmes extérieurs, ceux des saisons en l’occurrence.

L’acupressure repose sur les mêmes bases que l’acupuncture mais se pratique par simple pression des doigts.

acupuncture, moxibustion

La moxibustion © Leonardo da Shutterstock

Quant à la moxibustion, elle consiste à brûler des plantes chinoises – généralement de l’armoise séchée – à 1 ou 2 cm au-dessus de la peau, sur les points d’acupuncture, afin de renforcer l’effet thérapeutique.

Une recommandation s’impose : ne confiez évidemment pas votre santé à n’importe qui ! Tournez-vous soit vers un praticien bien formé et compétent, soit vers un médecin qui pratique l’acupuncture. Et, en cas de problème de santé, ne renoncez évidemment pas à un traitement classique prescrit par votre médecin : l’un des grands atouts de la M.T.C est précisément de pouvoir être utilisée conjointement à notre médecine occidentale. Si vous êtes tenté(e), parlez-en à votre médecin, et misez sur la complémentarité !

Le Qi Gong

Les exercices du Qi Gong, cette ancestrale gymnastique de santé et de longévité, font partie intégrante de la médecine chinoise.

Cette pratique propose une succession de mouvements très lents, basés sur le souffle et la souplesse, sous la forme de courts enchaînements. Chacun de ces mouvements travaille directement sur certains méridiens, articulations ou organes, et permettent ainsi d’harmoniser tout l’organisme.

Excellent pour tous, à titre préventif, le Qi Gong est particulièrement indiqué pour éviter le stress, les états anxieux ou dépressifs, l’insomnie, la timidité, ainsi que d’autres troubles psychosomatiques. Des exercices personnalisés, choisis en fonction des besoins individuels, peuvent également se révéler efficaces face à des troubles plus précis.

Illustration bannière © Juri Pozzi – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, rédactrice indépendante, orientée mieux-être, santé, environnement, produits naturels et autres potions « maison ».

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis