Ces aliments riches en… vitamine K

Retrouvée sous deux formes principales K1 et K2, la vitamine K joue un rôle essentiel dans la coagulation sanguine : les personnes présentant un déficit de ces vitamines peuvent être sujettes à de sérieux problèmes cardiaques et vasculaires. Quels aliments en sont la meilleure source ?

Ces aliments riches en... vitamine K

La vitamine K, cette substance organique non calorique, essentielle à notre métabolisme, fait partie des vitamines liposolubles, au même titre que les vitamines A, D et E. Elle est donc soluble dans les graisses et peut être stockée dans les tissus adipeux.

Dans la foulée de notre série sur les « Aliments riches en… », après le fer, le calcium et le phosphore, voici donc les aliments riches en vitamine K.

Le rôle de la vitamine K dans l’organisme

Il existe deux formes majoritaires de vitamine K :

  • La vitamine K1 d’origine végétale : intervient dans la synthèse des facteurs de coagulation sanguine.
  • La vitamine K2 d’origine animale ou bactérienne : participe à la minéralisation osseuse.

Quels aliments contiennent de la vitamine K ?

On retrouve la vitamine K2 dans les abats (foies de veau, de boeuf ou de porc) ainsi que les produits laitiers fermentés (fromages affinés, yaourts).

La vitamine K1 se retrouve avant tout dans les légumes vert foncé, tels qu’épinards, brocolis, choux, haricots verts, et poireaux, ainsi que les huiles végétales (olive, colza, soja…).

aliments riches en vitamine K Produits laitiers yaourt

Le yaourt et les produits laitiers, source de vitamine K © FERNANDO BLANCO CALZADA Shutterstock

La vitamine K2 est également synthétisée par la flore bactérienne du côlon, par un processus de fermentation. Cette production couvre environ de la moitié jusqu’à 70 % de nos besoins en K2.

Faut-il prendre des suppléments ?

Les carences en vitamine K sont rares chez l’adulte. Elles se rencontrent dans certaines maladies hépatiques ou intestinales et nécessitent alors une complémentation orale pour éviter notamment les risques liés à une mauvaise coagulation sanguine.

Chez le nouveau-né, la carence est plus fréquente. Elle est liée à un manque de microflore, un foie immature, un mauvais passage de la vitamine à travers le placenta ou encore une insuffisance de vitamines du lait maternel. Elle se traite également par supplémentation jusqu’à régularisation des valeurs.

Illustration bannière : Le brocoli, source de vitamine K – © Gorenkova Evgenija Shutterstock