Algues, insectes et viande de labo pour nourrir le monde en 2050

Algues, insectes et viande de labo pour nourrir le monde en 2050

Il y a quelques mois, la démographie mondiale dépassait la barre symbolique des 7 milliards d’individus et cela n’est pas près de s’arrêter. En 2050, ce chiffre pourrait dépasser 9 milliards. Comment nourrir tout ce monde ?

Comment nourrir 9 milliards de personnes ?

Les scientifiques se penchent sérieusement sur la question : comment nourrir tout le monde en 2050 alors que nous ne sommes pas capables aujourd’hui de régler le problème de la faim dans les pays en développement ?

Certains pensent avoir trouvé des solutions : notamment, un régime à base d’algues, d’insectes et de viande produite en laboratoire !

Manger des algues, l’avenir alimentaire de notre planète ?

Les scientifiques sont partis d’un constat simple. Il y a 50 ans, la réponse à la nécessaire production alimentaire a été apportée par une production intensive utilisant des engrais chimiques. Le résultat a été positif mais alors qu’on récolte deux fois plus de nourriture, on utilise également trois fois plus d’eau provenant de rivières et de nappes phréatiques. Sans compter la pollution.

Pour l’avenir, les algues pourraient-elles être la solution ? Ces dernières se développent rapidement en mer, dans les eaux polluées ou dans des endroits dans lesquels ne survivrait aucune culture classique. Les algues pourraient nous alimenter, mais également nous véhiculer, en témoigne les expériences faites à partir de carburant fabriqué à partir d’algues. Les algues pourraient également alimenter les animaux et servir d’engrais pour les cultures conventionnelles. Cette hypothèse est loin d’être farfelue alors qu’elle est déjà mise en application en partie en Chine ou au Japon.

Viande artificielle dans notre assiette ?

De la viande qui ressemble à de la viande, qui est vraisemblablement de la viande, sans jamais avoir été un animal, ça serait possible !

Des recherches vont en ce sens. Des scientifiques cherchent en effet à fabriquer de la viande partir de cellules souches, une recherche avec un enjeu important alors que les habitudes alimentaires occidentales autour de la viande commencent à s’étendre maintenant en Orient, mettant alors la pression sur les gouvernements et fermiers à ouvrir de nouveaux espaces d’élevage, quitte à empiéter sur les forêts.

D’après The Guardian, l’élevage de bétail occupe aujourd’hui 25 % de la surface cultivable dans le monde, tandis que les cultures nécessaires à l’alimentation de ce bétail en occupe un autre quart. Le plus gros des recherches et expériences sur la viande de laboratoire a été fait en Europe, mais il faudra attendre un peu avant de pouvoir goûter à de la viande avec le goût de viande. En effet, la viande de laboratoire n’a aujourd’hui le goût de rien, puisqu’elle est dépourvue de sang et de graisse, ce qui donne la couleur et le goût à nos steaks !

Des insectes dans nos assiettes

L’Europe ne semble pas être prête, mais elle va devoir l’être ! L’avenir alimentaire de notre planète passera probablement par les insectes. Au menu, araignées, vers, criquets… 1 400 espèces qui sont aujourd’hui mangées en Afrique, Amérique Latine ou Asie. Avec la hausse constante du prix des denrées alimentaires et la production classique décriée, ce n’est sûrement qu’une question de temps avant que les insectes débarquent dans les assiettes européennes !

Ce qui n’est pas plus mal ! Les insectes sont d’excellentes sources de protéines et de calcium, avec une faible teneur en graisse et en cholestérol. Les insectes ont d’ailleurs un rendement plus important que le bétail à viande, avec moins de besoins, ce qui pourrait limiter les gaz à effet de serre.

Et vous, comment pensez-vous que l’on nourrira la planète d’ici quelques années ? Les insectes dans votre assiette, vous êtes prêts ?

*

Je veux témoigner

En savoir plus sur l’alimentation