Zéro-gâchis, la nouvelle arme contre le gaspillage

Rédigé par Eva Souto, le 8 Nov 2013, à 15 h 26 min

Le triple engagement du Zéro Gâchis : Economie, environnement et social

Et pour cause : les produits proposés par Zéro-Gâchis, n’ayant pas dépassé leur date limite de consommation conservent leurs qualités gustatives et nutritives.

Gaspillage 1Si la réglementation contraint les industriels à fixer des dates limites de consommation et les pousse parfois à prendre en plus une marge de sécurité pour limiter les risques et garantir la qualité des produits vendus, il n’en reste pas moins qu’un produit n’ayant pas atteint sa date limite de consommation (DLC) ne présente aucun danger pour la santé.

Ainsi, les produits référencés par Zéro-Gâchis ne sont pas des produits démarqués parce qu’ils souffrent d’un quelconque défaut, mais parce qu’ils ont souvent été commandés en trop grande quantité.

De même, certains produits dont l’emballage a été abimé, tâché ou parfois déchiré peuvent se retrouver dans le rayon Zéro-Gâchis : ces produits propres à la consommation, souvent destinés aux poubelles, trouvent ainsi une nouvelle vie. Ainsi, en luttant contre le gaspillage alimentaire, Zéro-Gâchis s’engage pour la préservation de notre environnement.

Offrir des produits avec des réductions

Mais c’est loin d’être le seul engagement de Zéro-Gâchis. En effet, ces derniers proposent aussi des réductions conséquentes sur les produits qu’ils référencent. Ces derniers bénéficient de réductions moyennes de -50 %.

De même, Zéro-Gâchis, par sa démarche responsable, cherche à limiter les pertes financières. Ils ont noté qu’une grande surface perd en moyenne chaque année plus de 850 000 euros en produits alimentaires jetés, soit environ 5,6 milliards d’euros sur l’ensemble de la France. Or, en 1 an d’expérimentation menée sur 7 magasins seulement, quasiment 1 million d’euro d’économies ont été réalisées par les Zéro-Gâcheurs. Une belle récompense pour une action qui prend de l’ampleur.

Zéro-Gâchis, une action nécessaire 

réchauffement paysLes chiffres l’illustrent bien : en France, l’alimentation génère chaque jour à elle seule 20 % des émissions de gaz à effet de serre. Un repas, par exemple, équivaut à 3 kg de gaz à effet de serre. Dans le monde, 1,3 milliard de tonnes de nourriture est jetée ou perdue chaque année, ce qui correspond environ à 1/3 des aliments produits sur la planète.

Plus proche de nous, en France, la quantité de déchets alimentaires s’élève à 2,3 millions de tonnes dans la distribution (hyper et supermarchés, hard-discounts, épiceries et commerces de proximité), 1,6 tonnes dans la restauration et 5,2 millions de tonnes dans les foyers, soit 79 kg par personne (Source : Ademe, Ministère de l’Agroalimentaire).

Un constat alarmant, d’autant qu’avec ce que l’Europe jette chaque année à elle seule, 1 milliard de personnes pourraient être nourries, soit l’intégralité des personnes qui souffrent de malnutrition. Souhaitons donc que Zéro-Gâchis continue sa progression et donne des idées à d’autres !

*

Je réagis

Retrouvez les témoignages de Zéro-Gâcheurs sur https://zero-gachis.com/temoignages

*La consommation responsable ou consommation soutenable est un comportement qui intègre le fait que les ressources sont limitées. Elle correspond à un engagement civique actif, qui vise a préserver la qualité de vie personnelle et collective.

 

Pour en savoir plus sur le gaspillage alimentaire :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Excellente initiative que ce site ! Quand pensez-vous arriver jusqu’en Lorraine ?

  2. bonjour,
    cette initiative est très bien,je pense aussi que les producteurs devraient faire de même pour éviter de jeter des fruits et légumes diformes, si ces derniers étaient vendus un petit prix, et si les gens étaient informés, il y aurait beaucoup moins de gâchis et plus de personnes pouraient manger à leurs faim et ile faudrait aussi que les français soient moins exigents en cette période de crise.

    salutations distinguées

Moi aussi je donne mon avis