Gaspillage : des activistes en faveur des légumes imparfaits

Rédigé par Alan, le 8 Jun 2013, à 17 h 48 min

Chaque année, des tonnes de légumes sont jetés alors qu’ils sont parfaitement comestibles. La raison ? Ils sont moches : bossés, troués, difformes, coupés. Au concours de mannequinat organisé par la grande distribution, ils ne correspondent par aux canons de beauté et sont donc le plus souvent jetés.

A lire aussi  : Gaspillage alimentaire : pourquoi manger des légumes inesthétiques

Tristram Stuart : contre le scandale mondial de la nourriture

L’un des plus actifs dans la lutte contre le gâchis de nourriture est le Britannique Tristram Stuart, qui milite à Londres pour diverses causes environnementales. Au coeur de ses préoccupations, on trouve la manière de gérer les ressources alimentaires. L’homme de 35 ans vit en autosuffisance alimentaire et essaye de donner une seconde vie aux fruits et légumes laissés sur le côté pour des raisons esthétiques.

Auteur de Waste : Uncovering the Global Food Scandal, qui vient de paraître en français, Tristram Stuart a également lancé l’opération Feeding en 2009, en organisant un banquet gratuit pour 5000 personnes à Trafalgar Square (Londres). Au menu : de la nourriture destinée à devenir déchet sans raison valable. D’autres villes ont suivi, comme Bristol et Manchester au Royaume-Uni, et Turin en Italie.

Des programmes municipaux et européens contre le gaspillage

Tristam Stuart a reçu depuis le prix Sophie pour l’environnement et le développement durable. Il est à présent consultant et aide les municipalités, les chaînes de la grande distribution ou même les gouvernements à trouver des solutions pour réduire le gâchis. La Commission Européenne l’a également contacté afin de mettre en place des « Opération Feeding » à grande échelle dans le cadre du projet Fusions qui vise à réduire le gaspillage alimentaire de 50 % d’ici 2025.

Banquet des 5000 : une idée qui fait des petits

Suivant cet exemple, Sandra Teitge et Sarah Mewes, ont décidé d’organiser un dîner de gala avec des produits invendus et récupérés sur les marchés de Berlin. Un repas pour trente personnes réunies par Internet : salades et crêpes aux pêches au menu. Attirées par la cuisine et refusant le gâchis, les deux trentenaires allemandes ont été très marquées par le documentaire Taste The Waste, de Valentin Thurn, qui évoquait la nourriture jetée. Petit à petit, elles ont commencé à s’arranger avec des maraîchers afin de récupérer des produits frais destinés à être jetés afin d’organiser un dîner. Le rendez-vous est à présent mensuel.

Lire la suite : Réhabiliter les légumes « moches »

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

13 commentaires Donnez votre avis
  1. Je suis entièrement d’accord avec tout ce qui est dit et ce qui est le plus dérangeant c’est de voir les quantitées de marques proposés en grandes surfaces pour un même produit trois pour le prix de deux ok c’est moins cher mais au final un des trois sera perdu etc etc…
    qui osera contrer les loby du grand capital le pays est en crise économique je pense que ce serai le moment pour tenter quelque chôse il y a eu malheureusement des guerre au cours desquelles les gens ont appris à se serrer la ceinture

  2. Les gens ne cessent de se plaindre que c’est la crise, que les produits coûtent trop cher, notamment les fruits et les légumes, mais cela ne les gêne pas pour les jeter: le quignon de la baguette (pas assez moelleuse), une pêche (trop blette), un fond de fromage blanc (trop liquide)…
    Quand je suis au supermarché je prends automatiquement tout ce qui risque d’être jeté: un boîte cabossée, un lot ouvert…Certains magasins revendent à l’unité et moins cher ce qui ne peut plus être vendu en l’état, par ex les yaourts tombés d’un lot. Mais je n’ai pas ça ici.

  3. S’il arrive que vous ayez prévu trop de nourriture et que vous ne puissiez le congeler ou conserver pour une autre repas, voyez dans votre entourage si personne n’a des poules ou alors ayez des poules- difficile en ville, je l’admets-mais s’il s’agit de non-périssable, pensez aux restos du coeur.

  4. Nous vivons dans un monde absurde du parfaitement beau , que ce soit la nourriture où le corps humain; mais avons-nous pensé au parfaitement
    RIDICULE; sûrement pas.
    Quand je vois des familles entières sous-alimentées , j’ai honte pour ceux qui jettent de la nourriture où qui ,sous prétexte qu’ils NE SONT PAS BEAUX ne mangent pas certains fruits et légumes.
    Nous marchons sur la tête ! et nous allons nous cogner très durement!!!!!! Martine

  5. j’ai toujours récupérée des invendus,avec mes 6enfants a nourrir,nous ne pouvions pas faire les difficiles!! même nos habits venaient souvent des poubelles!!je trouve scandaleux qu’en France il soit interdit d’aller récupérer des matériaux dans les déchetteries!!et que l’on ne puisse pas récupérer toute cette nourriture des grandes surfaces!!je me suis arrangée avec un petit épicier du coin qui me vend les fruits et légumes qu’il met a la poubelle,1euro le kilo,sa fait encore chère vu que je récupère du vraiment abimés,pourri…mais bon il faut manger

  6. Merci de nous faire prendre conscience de l’échelle de ce gâchis.
    Néanmoins, je ne crois pas, comme il est dit au début de la video, que ces « déchets » soient réservés aux personnes en difficultés, ils sont bons pour tous. C’est un état d’esprit à modifier …

  7. Il faudra qu’on m’explique un jour pourquoi les carottes ont besoin d’être belles et droites pour finir râpées, et pourquoi les pommes doivent être rondes pour faire du jus ou de la compote.
    Je rentre d’un pays d’Europe de l’Est, où TOUTES les carottes au supermarché sont tordues et cassées, et personne n’en meurt

  8. super initiative, idée, j’espère que cela va se déployer partout.

  9. D’accord avec BENOIT. Il n’est que de voir ce que contient le frigo de certaines personnes pour s’apercevoir qu’inévitablement, une grande partie sera jetée, surconsommation quand tu nous tiens !! bravo la grande distribution …

  10. Le gaspillage alimentaire est une honte, et une injure non seulement envers ceux qui sont dans le besoin, mais aussi envers les producteurs dont le travail n’est pas de tout repos.

    • Et c’est aussi parce que les grandes enseignes savent qu’elles vont en jeter des tonnes qu’elles forcent la mains aux producteurs pour leur acheter si peu cher leurs productions! Si elles achetait moins, et non calibré, elles pourrait aussi mieux payer l’agriculteur qui s’y retrouverait enfin un peu! Et nous n’y perdront rien du tout, au bout de l’assiette!

  11. on devrait créer un ministère du gaspillage. C’est honteux ce que les gens jettent.
    aussi bien producteurs que revendeurs et consommateur.
    Je suis un ancien chef de cuisine et ma hantise était de jeter.
    J’arrivais, c’est inévitable, à moins de 5% de perte !
    Avec peu on sait faire bon!!
    A quand une organisation nationale anti-gaspi ?

Moi aussi je donne mon avis