Le turbot passe au feu orange

Rédigé par Flor, le 24 Jul 2013, à 14 h 42 min
Le turbot passe au feu orange
Précédent
Suivant

Consommation de Turbot

© CC chrisinno

Le turbot est à consommer de préférence lors de sa saison, cependant elle peut parfois se chevaucher avec la période de reproduction. La saison conseillée est généralement d’avril à août, officiellement.

Si l’association Alliance Produits de la mer conseille de ne pas consommer les poissons en période de reproduction (mars à août pour le turbot), aucune obligation n’est imposée par les autorités.

Comme ce poisson est classé orange, si jamais vous venez à le consommer, préférez les turbots d’élevage en période de reproduction (puisque les éleveurs gèrent leurs stocks) et les turbots sauvages le reste du temps.

Le turbot reste classé parmi les poissons rares et le prix au kilo varie entre 40 et 50 euros pour les espèces sauvages. En général, le prix ne va pas en dessous de 15 euros pour le reste.

© CC Mike_fleming

Gastronomie

Avec un goût délicat, le turbot est poisson recherché pour sa saveur. Il peut se consommer en filet, au four, à la vapeur, poché ou rôti. Il existe même un récipient adapté pour ce poisson s’appelant la turbotière. Le turbot est à consommer à des occasions exceptionnelles plutôt qu’au quotidien.

Pollution au mercure

Bien que le turbot soit carnivore, il n’y a pas d’alerte au mercure le concernant, cependant l’Anses recommande aux personnes vulnérables (enfants et femmes enceintes) de ne pas consommer trop souvent de poissons ayant une longue durée de vie.

Les apports nutritionnels du turbot

Le turbot possède une moyenne teneur en oméga 3 (c’est à dire 1,4g pour 100g) et peu de graisses. Cependant le turbot d’élevage possède une teneur en graisse supérieure au sauvage.

pour 100g Nutriments
Calories 108 kCal
Protéines 18,3 g
Glucides 0,3 g
Lipides 3,8 g
Cholestérol 50,9 g
Oméga 3 1 071 mg

Le turbot, riche en  :

protéines
oméga3 (moyennement)
potassium
magnésium
sélénium
phosphore
vitamines C et B12

 Le turbot, en conclusion

Le turbot est un poisson à la saveur recherchée, mais dont les stocks pas tous très connus sont plutôt fragiles. Le turbot d’élevage abonde plus sur les marchés que le sauvage, cependant il faut garder à l’esprit les conséquences de l’aquaculture sur l’environnement. Par son prix élevé, le turbot n’est pas un poisson qui se consomme au quotidien, mais il peut agrémenter un repas de fête.

Alors pour le consommer, il faudrait respecter les périodes de reproduction et se le procurer uniquement de manière occasionnelle. Cela préservera la biodiversité et l’espèce !

*

Pour plus d’articles sur les poissons :

(1) Photo bannière © CC Luc Viatour.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rêvant de voyages aux quatre coins du monde, je me consacre actuellement à l'alimentation et aux sciences sociales. Je m'intéresse en particulier aux...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Il est très vrai que les poissons, plats de surcroit, sont exellents.
    Il y a dans l’ordre: les Beuts (en dessous du carrelet)les carrelets, les limandes, les limandes sole, les soles, « LES TURBOTS » et dans l’ordre de gout, le turbot a la palme. Mais il a aussi son prix! ! !
    Un carrelet, ou un beut cuit au beurre avec un filet de citron, c’est un régal. Actuellement le poisson est plus cher que la viande de boeuf de qualité. Faisant mes courses personnellement, j’en parle en connaissance de cause? Regardez le cabiot, avec son nom prétentieux, c’est de la « MORUE », et bien cette morue, dans le temps poisson du pauvre, est passée au poisson du riche.Et c’est le contraire pour le saumon, poisson de luxe dans le temps, et ordinaire, voir moins dès lors. . .Bon appétit.

  2. Bonjour,

    Le turbo vendu en France vien majoritairement d’élevage, il suffit de regarder l’état de la peau, pratiquement pas marquée.
    Merci pour cet article 🙂

Moi aussi je donne mon avis