Bien choisir et consommer ses huîtres pour les fêtes de fin d’année

Les huîtres sont l’ingrédient idéal pour les repas de fête : 100% françaises, produites naturellement et peu caloriques. Nos conseils pour les choisir et les mettre en valeur pour Noël.

Rédigé par Alan, le 14 Dec 2017, à 14 h 45 min

Les huîtres font très souvent partie des tables de fête. Produit 100 % naturel, les huîtres ne font certes pas l’unanimité mais elles enchantent les papilles de plus d’un amateur. Cependant, il faut être prudent lors des achats et opter pour des produits de qualité. Voici quelques conseils pour un repas de Noël réussi.

Les huîtres, mollusques de qualité et 100 % naturels

Qu’on la déguste nature ou avec un zeste de citron, crue ou cuite, l’huître, très peu calorique mais riche en minéraux et en vitamines, a un goût différent selon les périodes et sa région d’origine. Elle peut être douce, salée, fine (et creuse) ou encore charnue, mais dans tous les cas, elles sont toutes bonnes pour la santé.

huître

Ouverture d’une huître © cody traxler

L’huître, à chaque région sa spécialité

Tandis qu’en Normandie l’huître est très salée, en Bretagne, elle est beaucoup plus douce. Dans la région de Ré-Centre-Ouest, les creuses sont bien en chair, alors que dans le Bassin d’Arcachon, elles sont plutôt plates. En revanche, en Méditerranée, les huîtres de Bouzigues ont un goût d’iode particulièrement fort.

En France, la plus consommée est l’huître creuse ou huître japonaise, qui est élevée à Arcachon, à Marennes-Oléron, sur l’île de Ré, en Bretagne, en Normandie, dans le Languedoc et en Corse. C’est aussi la moins chère.

La Bretagne est une région idéale pour la culture des huîtres : Saint-Brieuc, Paimpol, la baie de Morlaix, mais aussi la rade de Brest, sont des zones non négligeables de parcs à huîtres.

L’huître plate est aussi très cultivée, en Bretagne et en Méditerranée. C’est la plus chère et la plus réputée.

L’ostréiculture, un élevage 100 % naturel

L’ostréiculture est un élevage écologique puisqu’il est 100 % naturel. Les étapes d’élevage (culture en poche et affinage) s’effectuent en extérieur et les huîtres se nourrissent exclusivement de produits naturels. Aucun antibiotique ou produit chimique n’est utilisé. Vous pouvez donc consommer des huîtres à volonté !

huîtres

Récolte des huîtres © Bartosz Luczak

Si vous voulez jouer la carte de l’écologie à fond, sachez que les coquilles d’huîtres sont recyclables ! Une fois broyées, vous pouvez les ajouter à votre compost. Elles peuvent également être transformées en compléments alimentaires sous forme de poudre pour un traitement reminéralisant, ou même ajoutées à la peinture pour la signalisation routière en Bretagne. Certains ont même fait des chaussures à base de coquilles d’huîtres.

Lire aussi : Coquilles de moules et d’huîtres : leurs mille et une vies

L’huître triploïde : des huîtres OGM ?

Les jeunes huîtres, particulièrement vulnérables, sont victimes d’une surmortalité étonnante depuis 2008, sans que l’on en connaisse la cause réelle, bien que la production soit reparti à la hausse récemment. À tel point que les huîtres pourraient devenir une denrée de plus en plus rare sur nos tables.

Suite à la crise de la production des huîtres, des chercheurs de l’Ifremer ont produit une variété d’huîtres dites triploïdes.  En ajoutant un chromosome aux huîtres naturelles dites diploïdes, les chercheurs ont cherché à produire des huîtres commercialisables toute l’année, car stériles et non laiteuses. Pour autant, il ne s’agit pas d’un OGM puisqu’on n’a pas introduit de gène étranger au mollusque.

La majorité des huîtres élevées en France sont issues de croisements réalisés en laboratoire. Or, en l’absence d’une obligation d’affichage, seul le label bio garantit une reproduction naturelle. Le problème : si les huîtres bio sont plus résistantes et plus parfumées que leurs congénères manipulées, elles rapportent moins.

Certains ostréiculteurs ont également initié la mise en place d’un réseau de production d’huîtres « durables et solidaires », pour favoriser la production d’huîtres naturelles.

Lire page suivante : comment les choisir ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Effectivement, je vous rejoins, l’huitre est typiquement le type de produit pour lequel on ne peut pas transiger avec la qualité. Hors de question d’avoir à ma table une huitre de qualité douteuse… Après plusieurs déconvenues, j’ai enfin trouvé mon adresse fétiche pour les huitres, je suis devenue une inconditionnelle du site huitre-en-ligne.com et je me régale !!
    Merci pour ce post et à très bientôt 🙂

  2. l’huître n’est plus aussi »naturelle ».. la majorité vendues sur les étals sont des huîtres triploïdes, stériles et naissent en écloserie..à l’état naturelle il y a des huîtres triploïdes mais en quantité très infimes.. certes ce n’est pas un »OGM », Il s’agit tt de même d’une manipulation chromosomique.

  3. je suis charentaise mais pour moi incontestablement la meilleure est l’huître bretonne ! Y a pas photo!

  4. Tout le monde a raison : la meilleure huître est celle dont le goût nous plaît le mieux. Il est vrai que la marennes-oléron jouit d’une réputation exceptionnelle, surtout quand elle a été élevée en claires avec de petites densités (la claire est un bassin creusé dans le sol du marais, la densité d’huîtres par bassin varie selon la qualité recherchée)et quand, de surcroît, elle est riche en spiruline (algue qui lui donne sa couleur verte). Mais la plate bretonne élevée en baie de Quiberon, dans le Belon ou à Prat-ar-Coum,atteint elle aussi l’excellence.Plus douce que la marennes, plus complexe dans ses saveurs, elle se vend aujourd’hui plus cher. Mais s’agit-il vraiment du même produit ? Personne ne confond un épagneul et un berger allemand. Sous prétexte qu’il s’agit d’huîtres, on ne voit plus la différence entre plates, creuses portugaises ou japonaises. Les amateurs, eux, ne s’y trompent pas….

  5. Je choisis des « label rouge » comme ça je ne me trompe pas !

  6. Pour moi la meilleur huitre est celle de MARENNES D’OLERON! Et c’est aussi la plus célèbre. C’est bien la 1ère fois que j’entend dire que l’huitre Bretonne est la plus célèbre et la plus chère et pourtant je suis d’origine bretonne!!

    • La bretonne est la meilleur elle a du goût alors ke la marennr est pauvre en goût berke

  7. merci pour pour les informormations

Moi aussi je donne mon avis