Le hareng, un poisson qu’on peut acheter sans le menacer

Au rayon poisson, c’est toujours l’hésitation : quels poissons pouvons-nous consommer sans menacer la biodiversité ? Pour y voir plus clair, consoGloble.com vous guide parmi les espèces à privilégier ou à éviter. Aujourd’hui, le hareng, un poisson que l’on peut consommer car on le trouve en abondance.

Rédigé par Jean-Marie, le 9 Nov 2017, à 14 h 15 min

Nouvelle espèce à ajouter dans le Guide poisson de consoGlobe, le hareng. Il fait partie des espèces de poisson que l’on peut acheter sans craindre de contribuer à la surpêche ni prendre de risque pour sa santé, au même titre que le merlan parmi d’autres espèces que vous présente consoGlobe.com. Zoom sur le hareng de l’Atlantique (ou de Norvège) : Clupea harengus, « Herring » en anglais.

Guide poisson : le hareng de l’Atlantique

Le hareng a un corps élancé dont la couleur du dos va du brun verdâtre au bleu foncé, tandis que la couleur du ventre aura une teinte argentée. La mâchoire inférieure du hareng est légèrement saillante. 

hareng

Dans un banc de harengs © Bildagentur Zoonar GmbH

Cousin des sardines, des sprats, des anchois et des aloses, le hareng constitue une proie importante pour les cabillauds, les lieus noirs, les oiseaux marins et les baleines. Les orques suivent même les bancs pendant leur migration.

  • Taille maximale : varie selon le stock, le hareng de la Baltique est le plus petit de tous (18-25 cm), mais celui du stock atlanto-scandien, au large de la Norvège, peut atteindre les 40 cm
  • Poids : varie selon le stock, entre 80 et 500 grammes
  • Durée de vie : entre 10 et 25 ans
  • Maturité sexuelle : vers l’âge de 2-3 ans
  • Période de frai : selon le stock, au printemps ou à l’automne
  • Période de pêche : toute l’année

L’habitat du hareng : de la Norvège au golfe de Gascogne

Ce poisson fréquente les eaux de l’Atlantique du Nord-Est, le Nord du Golfe de Gascogne, la Manche, la Mer du Nord, la Mer Blanche, la Mer Baltique, la Mer de Barents, et l’Atlantique Nord-Ouest. Son habitat s’étend de la surface jusqu’au fond sur tout le plateau continental (de la côte à moins 200 mètres de profondeur).

Le hareng est un poisson migrateur journalier qui peut plonger à plusieurs centaines de mètres à la recherche de plancton. C’est un prédateur. Les jeunes harengs se nourrissent de copépodes et de crustacés. Les adultes se nourrissent notamment de poissons (gobies, poissons plats etc.) et de divers invertébrés.

État des stocks et pêche

Le hareng a une importance économique très importante depuis le Moyen Âge, il a servi un temps, à la fois de nourriture et de monnaie, au même titre que les épices. Présentant l’avantage de très bien se conserver une fois salé, il permettait de nourrir les populations pendant une grande partie de l’année. Il a été surexploité dès le début du XXe siècle, et les guerres mondiales lui ont offert un répit. Les populations de l’Atlantique ont de nouveau fortement décliné dans années 1970, avant de retrouver un meilleur niveau, en raison d’une pêche conjointe plus raisonnable par les États-Unis et le Canada et d’une politique de quotas.

Selon l’Ifremer à l’époque, « la surexploitation de cette espèce (en particulier par la pêche minotière), amena une crise dans les années 1970, nécessitant une réglementation draconienne. La pêche française qui était d’environ 50.000 tonnes dans les années 1930 (20 % de la pêche totale en bateau), est devenue marginale et n’est plus que de 3.000 tonnes actuellement. C’est pour l’essentiel une pêche au chalut pélagique, même si l’activité traditionnelle au filet dérivant est encore pratiquée pour fournir un poisson de qualité. Le stock reste très fragile.« 

Ressource : FEU VERT

S’il a fallu 20 ans pour que les stocks de la mer du Nord se reconstituent, à présent, le hareng est un poisson de mer très abondant et parmi les plus pêchés dans le monde. Les principaux pêcheurs de hareng de l’Atlantique sont la Norvège suivie par l’Islande puis le Canada.

Les grands stocks de harengs de l’Atlantique
  • Atlanto-scandien (hareng norvégien à frai printanier) : il représente le plus grand stock de l’Atlantique Nord-Est : il est sous-exploité mais sa population reproductrice est en baisse depuis 2009, mais en bonne santé. Le niveau de capture recommandé est conforme au niveau du RMD (Rendement Maximum Durable) et au plan de gestion, signé entre l’Union européenne, les Iles Féroé, la Russie, la Norvège et l’Islande.
  • Mer du Nord (hareng à frai automnal) : les stocks sont exploités à un niveau durable.
  • Les stocks côtiers de moindre importance qui ont leur propre migration et zone de reproduction.

Mode de pêche

Le hareng de l’Atlantique est principalement pêché avec des chaluts pélagiques, et il est donc pêché en même temps que des mammifères marins, des oiseaux de mer, des poissons de fond (comme l’églefin).

hareng

Pêche au hareng en Norvège © Alessandro De Maddalena

Les chalutiers pélagiques capturent les bancs de poissons en traînant derrière eux un filet en forme d’entonnoir appelé filet à la trôle. Le filet et ses prises sont tirés sur le  flanc du navire, les poissons déversés à bord puis immédiatement refroidis. Ces bateaux sont efficaces pour la pêche sur hauts-fonds, mais on préfère les utiliser pour la pêche en eaux plus profondes.

La  pêche au hareng par bateau seneur mobilise de plus gros bateaux qui repèrent les bancs de poisson grâce à des d’appareils de détection (boumeur, sondeur acoustique). Une fois le filet lancé, on le resserre en tirant un câble. Le hareng est alors pompé à bord du vaisseau et déversé dans les cales à poisson contenant soit de l’eau de mer réfrigérée soit une purée de glace, pour préserver la qualité du hareng jusqu’aux conserveries.

Taille minium : OUI

Attention, la taille légale de capture du hareng est de 20 cm, mais il est préférable de consommer des harengs dont la taille est d’au moins 24 cm pour laisser aux harengs le temps de se reproduire au moins une fois.

Un maatje est un hareng jeune qui a été pêché entre mai et juin et ne s’est pas encore reproduit.

Lire page suivante : nutrition et santé

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. je veux rencontre en contact avec un exportateur de poisson hareng. je suis en côte d’ivoire

  2. Bonjour,

    Est-ce que le hareng est forcément un poisson sain à manger ?

    Même celui de la mer Baltique qui est la mer la plus polluée du monde ?

    Merci.

  3. la recette

Moi aussi je donne mon avis