Quel régime pour le XXIème siècle ? Le point de vue de Michael Pollan, spécialiste américain de l’alimentation

Lui-même végétarien, Michael Pollan propose un certain nombre de réflexions pour tenter de trouver un équilibre raisonnable, que nous résumons ici. Michael Pollan a consacré de nombreux livres et articles à la question de l’alimentation dans nos sociétés modernes.

Rédigé par Paul Boucher, le 27 Sep 2017, à 16 h 55 min

Dans un ouvrage, The Omnivore’s Dilemma (non traduit en français), Michael Pollan constate que la question de l’alimentation est devenue tellement chargée d’interdits et de prescriptions – ne pas manger de viande, manger des céréales complètes, ne pas manger de gluten ou boire de lait de vache, boycotter l’huile de palme, manger bio, éviter le sucre et le sel, etc. – (dont certains finissent par se contredire), qu’il est devenu presqu’impossible de choisir le « bon régime ».

« On pourrait aussi supprimer les relations sexuelles, glisse-t-il, puisque la procréation moderne ne les exige plus et que beaucoup de femmes subissent des relations brutales, non-consenties, de la part des hommes« … Par ailleurs, une dimension quasi-religieuse s’est glissée dans le débat, avec l’arrivée du veganisme.

Michael Pollan : le plaisir de manger ensemble

D’abord, ce spécialiste de l’alimentation regrette malgré tout que son choix de vie, puisqu’il est végétarien, l’éloigne socialement de nombre de ses concitoyens et le coupe d’une dimension importante de l’expérience humaine (fêtes, traditions culinaires, etc.).

On peut transcender cet obstacle sans trop de problèmes si notre code moral nous dicte d’éviter de manger des animaux. En outre, avec l’augmentation du nombre de personnes adoptant un régime végétarien, la coupure sociale a tendance à s’estomper.

L’argument morphologique

Michael Pollan, entre autres, pense que notre morphologie – nos dents, la forme de notre mâchoire, le fonctionnement de notre système digestif, etc. – forgée par des dizaines de milliers d’années d’un régime omnivore, nous conduit normalement à manger légumes, céréales, viandes et produits laitiers. Tout comme les dents et le double estomac des vaches ont évolué pour s’adapter à la consommation quasi exclusive de l’herbe.

Michael Pollan

Vaches © alredosaz

Cette question fait l’objet d’âpres débats entre anthropologues et diététiciens : est-ce que l’homme a toujours mangé de la viande ? Quid des Esquimaux qui ne mangeaient que de la viande ou des Hindous qui n’en mangent jamais ? Faut-il craindre des carences en vitamine B12 ou en acides aminés et être obligé d’avoir recours à de nombreux additifs alimentaires pour combler le manque de protéines animales ?

La souffrance animale

Bien entendu, plus personne ne souscrit au point de vue de Descartes, qui pensait que les animaux ne souffraient pas puisqu’ils n’avaient pas d’âme. On sait maintenant que l’animal ressent la douleur et en souffre. Est-ce qu’on peut pour autant soutenir que l’animal souffre de la même façon que l’homme, demande Michael Pollan ? Est-ce que cette souffrance peut être atténuée par un abattage plus humain, comme le proposent Jocelyne Porcher, chercheuse au CNRS, ou comme ces éleveurs creusois qui veulent construire un abattoir respectueux du bien-être animal.

D’après lui, un animal ne peut pas anticiper la souffrance, ni l’imaginer. Il ne ressent pas les émotions humaines et on ne doit pas projeter sur eux nos propres ressentis. On observe par exemple que les animaux castrés, pratique très courant pour de nombreuses espèces, semblent s’en remettre rapidement et sans souffrance particulière. Certains singes sauvages, au moment des rapports sexuels, mordent les testicules des rivaux, les coupant net, mais ces derniers, le lendemain, se remettent à s’accoupler avec les femelles, comme si de rien n’était.

La relation prédateur-proie

On peut considérer que notre relation aux animaux s’apparente à celle qui existe entre un prédateur et sa proie. Mais Michael Pollan explique que dans la nature, cette relation est normale ; elle est peut-être cruelle, mais elle est nécessaire à la survie des espèces. Sans les loups, les cerfs et les caribous se multiplieraient au point d’épuiser leurs sources de nourriture. Leur patrimoine génétique serait dégradé par la reproduction d’animaux malades ou difformes.

Michael Pollan, loups

Loups © Lori Labrecque

En Amérique du Nord, avant l’arrivée des colons, les Indiens et les bisons avaient développé une telle relation symbiotique : les hommes prélevaient les membres plus faibles du troupeau et aidaient à améliorer la qualité de l’herbe des prairies en obligeant les animaux à se déplacer continuellement. Les bisons fournissaient viande, peaux, os et cornes essentiels à la survie des humains. On pense même que l’évolution de l’espèce a été modifiée par cette relation : le besoin de se défendre contre les chasseurs obligea les bisons à se regrouper, ce qui à la longue a modifié la forme de leurs cornes. Les fossiles de bisons d’avant l’arrivée des hommes en Amérique montrent qu’ils avaient des cornes plus longues qui poussaient latéralement plutôt que vers le haut. Selon certains spécialistes, le bison moderne a été produit par l’homme.

L’interdépendance homme-animal

Depuis les temps préhistoriques, l’homme a domestiqué les animaux et adapté les plantes à ses besoins. Cette relation interdépendante a façonné notre mode de vie autant que celui des animaux. Certaines espèces – chiens, chats, vaches, poules, moutons, chèvres, etc. – se sont laissées domestiquer pour obtenir nourriture et protection. En échange, l’homme se nourrissait de leur chair, de leurs oeufs et de leur lait, s’habillait avec leur peau et leur laine, se déplaçait et cultivait ses champs grâce à leur force.

Mais, avance Michael Pollan, cette relation est mutuellement bénéfique et ne constitue pas nécessairement une souffrance pour l’animal. Un chien husky n’est pas un esclave, torturé pour le forcer à tirer le traineau de son maître paresseux : il aime sa vie de chien de traineau. De même pour les chevaux de trait. Sans la vie avec les hommes ces animaux n’existeraient tout simplement plus. Car qui va consacrer son temps et son argent à élever des animaux domestiques dont il est interdit de se servir ? Que serait notre vie sans ces animaux ? Seraient-ils plus heureux sans l’homme ?

Retournés à la vie sauvage ?

Retournés brutalement à l’état sauvage, ces animaux ne survivraient pas longtemps. Et qui dit que la vie sauvage est une partie de plaisir ? Savez-vous, demande Michael Pollan, qu’un ours qui attrape une brebis allaitante la mangera vivante, en commençant pas ses tétines ? Est-ce une fin supérieure à l’abattage dans des conditions raisonnables ? Et que dire des petits phoques dévorés par les orques quand ils se jettent à la mer pour la première fois ? La vie d’un animal sauvage est très souvent plus courte, plus difficile et plus dangereuse et sa mort plus violente que celle de ses congénères domestiques.

Michael Pollan

Moutons © Baronb

Le recours à des substituts artificiels

Si on supprimait l’utilisation de tout produit animal, poursuit-il, on serait amené à dépendre plus encore de produits artificiels pour nos vêtements, ou pour d’autres produits ménagers et domestiques : plastiques, composants chimiques…

Aussi, sans l’équilibre plante-animal dont elles dépendent étroitement, les fermes biologiques et bio-dynamiques disparaîtraient et se verraient remplacées par encore plus de fermes industrielles faisant usage d’un recours toujours plus massif aux pesticides et aux engrais chimiques.

Les régions où la production de nourriture végétale est insuffisante seraient contraintes d’importer massivement des denrées ou des aliments fabriqués industriellement dans d’autres parties du globe, augmentant d’autant l’impact carbone.

Une agriculture durable pour nourrir 10 milliards d’humains ?

Selon lui, le débat sur le veganisme soulève indirectement le problème de l’utilisation des terres agricoles. Les adeptes de cette philosophie soutiennent que leur régime permettrait une agriculture plus économe, puisqu’une grande quantité de terres est utilisée pour le pâturage et la production de plantes fourragères. Mais une étude américaine(1) montre que le meilleur régime pour une utilisation durable des terres agricoles n’est ni le régime carnivore, ni le régime vegan, mais l’ovo-lacto-végétarien, c’est-à-dire un régime végétarien qui inclut la consommation de produits laitiers, d’oeufs, de miel, etc.

En conclusion

Quand on examine tous les paramètres du problème, il semblerait qu’un régime alimentaire qui réduit la consommation de viande, voire l’élimine dans certaines conditions, selon l’âge et l’état de santé de la personne, mais qui inclut les oeufs, les produits laitiers, et autres produits animaux, serait le meilleur pour la santé comme pour le développement durable de la planète.

michael pollan alimentation au xxie siècle

© Pressmaster

En ce qui concerne les autres dimensions, chacun décidera en son âme et conscience : veut-on vivre sans la compagnie des animaux ? Veut-on encourager l’agriculture intensive et le recours à la pétrochimie ? Grande question du XXIe siècle, l’alimentation continuera à nous préoccuper dans les mois et les années à venir.

Illustration bannière : – © Lightspring
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Professeur d’université à la retraite, Paul aime observer le monde moderne et ses évolutions. Il s’intéresse tout particulièrement à l’économie...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour.
    A la fin de votre article, en guise de conclusion, vous écrivez : « Quand on examine tous les paramètres du problème, il semblerait qu’un régime alimentaire qui réduit la consommation de viande, voire l’élimine dans certaines conditions, selon l’âge et l’état de santé de la personne, mais qui inclut les oeufs, les produits laitiers, et autres produits animaux, serait le meilleur pour la santé comme pour le développement durable de la planète. » Il y a là un paradoxe entre la réduction de viande et inclure d’autres produits animaux,de plus,qu’entendez-vous par cette expression, qu’est-ce que cela comprends?

    • L’étude américaine citée dans l’article examine très soigneusement les différents paramètres pour déterminer quel régime permettrait a) de nourrir correctement 9 milliards de personnes en 2050, b)utiliser efficacement les terres arables et c)garantir un régime le plus équilibré possible à tout le monde. Leur conclusion (pas la mienne) était qu’un régime ovo-lacto-végétarien répondait le mieux à ces trois critères. Je ne suis ni agronome, ni diététicien. Le problème avec la solution végétalienne intégrale (Vegan) c’est qu’il y a de grandes régions sur la terre qui n’ont pas assez ou pas du tout de terre arable pour cultiver des plantes comestibles. Puis le régime cité permettrait d’éviter les carences alimentaires reprochées aux Vegan. C’est un compromis intelligent entre le tout viande et aucune viande. Mais encore, chacun doit choisir le régime qui lui convient le mieux sur les plans santé et moral.

  2. « Faut-il craindre des carences en vitamine B12 ou en acides aminés et être obligé d’avoir recours à de nombreux additifs alimentaires pour combler le manque de protéines animales ? »
    C’est justement la réponse à cette question que je cherche 🙂
    il ne fait pas de doutes que nous soyons omnivores, logiquement nos ancêtres seraient tous morts de carences…la question des hindous est intéressante : mangent-ils tout de même des œufs ou assimilent-ils mieux la B12 , en produisent-ils ?
    De plus je ne connais pas le plan des vegans concernant les animaux dits artificiels puisque créés par l’homme : leur rendre la « liberté » (catastrophe écologique), les exterminer ? Vivement que nous puissions travailler ensemble à des actions et aménagements équilibrés, supprimer les extrêmes, voir le problème dans sa globalité

  3. De l’art d’aligner des poncifs qui se contredisent, de les mixer et d’en faire un bouquin. On a là un végétarien qui prétend que les animaux ne souffrent pas comme les hommes (parce qu’il y a différentes façon de ressentir un couteau dans sa chair ?)et qu’il faut continuer à les exploiter pour qu’ils ne disparaissent pas. Parce que, sans l’Homme, ils ne pourraient survivre, paraît-il. C’est faux pour beaucoup d’espèces : le chat, le chien, le dindon, etc. Les autres, il suffirait des les aider un peu, à se réaclimater : aider les poules à perdre du poids pour re-voler, les vaches à devenir plus rustiques (comme els Salers), etc. Mais tout ça, cest du point de détail qui ne doit pas entrer dans le débat. Voilà un livre que je n’achèterai pas !

    • Je suis entièrement d’accord avec vous ! Parmi toutes les énormités, je relève qu’un animal ne peut pas anticiper la douleur (la personne qui dit une chose pareille n’a jamais vécu avec un animal ! ) et compare le comportement d’un ours à celui d’une organisation humaine. Peut-on en rire ?! Justifier la cruauté humaine en la comparant à un instinct animal est complètement déplacé ! J’apprécie beaucoup ConsoGlobe mais cet article sur ce torchon de livre (je comprends pourquoi il n’a pas été traduit en français) me déçoit. Chacun mange ce qu’il veut comme il veut, en son âme et conscience, mais une telle démonstration d’anthropocentrisme ne fait avancer aucun débat.

  4. « Si on supprimait l’utilisation de tout produit animal, poursuit-il, on serait amené à dépendre plus encore de produits artificiels pour nos vêtements, ou pour d’autres produits ménagers et domestiques : plastiques, composants chimiques… »

    Cet article prétend que exclure les produits animaux tend vers l’augmentation de l’industrie pétrolière… pourquoi ?… Par exemple l’industrie du cuir demande énormément de chimie et de pétrole pour traiter les peaux…. alors qu’on peut faire du cuir avec des bio matériaux ( à base d’ananas, de champignon …)
    Et pour les produits ménagers…quels sont ceux qui sont à base d’animaux?

  5. Excellent article qui a le mérite de poser un autre point de vue et d’amener une réflexion intelligente et nuancée au sujet de cette dualité carnivore vs végétarien (vegan/veg/vegatalien,etc…..). J’apprécie tout particulièrement sa mise en garde au sujet d’une tendance anthropocentriste pouvant conduire à des raccourcis dangereux et des vérités tronquées. Là encore, comme dans tous domaines, je pense que chacun doit se faire sa propre idée, son propre chemin, sans tomber dans le piège des pensées « toutes faites » véhiculées par des associations dont on entend parler un peu trop ces temps ci.
    PS : Bravo à Paul pour sa réponse 😉
    PPS : dommage que le livre Michael Pollan ne soit pas traduit !

  6. Bonjour,
    « On pense même que l’évolution de l’espèce a été modifiée par cette relation : le besoin de se défendre contre les chasseurs obligea les bisons à se regrouper, ce qui à la longue a modifié la forme de leurs cornes. »

    Ceci est totalement faux ! C’est du lamarckisme !

    De plus, songez à corriger la faute suivante : « presqu’impossible ».
    Presque ne se tronque pas !

    Bon article cependant.

    • Pollan se base pour cette affirmation sur le livre suivant: Tim Flannery, The Eternal Frontier: an Ecological History of North America and its People’s, Atlantic Monthly Press, 2001, pp. 223-29. Je ne l’ai pas lu, vous non plus probablement. Avez-vous d’autres études à nous présenter pour étayer votre affirmation?

Moi aussi je donne mon avis