Des éleveurs creusois veulent construire un abattoir respectueux du bien-être animal

Dans la Creuse, 96 éleveurs se sont unis pour construire un abattoir qui respecte la condition animale. Ils lancent une campagne sur Internet pour les soutenir.

Rédigé par Pauline Petit, le 28 Jul 2017, à 9 h 41 min

C’est un abattoir à la pointe du bien-être animal que veulent construire les éleveurs, une alternative à l’abattage industriel tant décrié. Cette centaine d’éleveurs veulent remettre l’animal au coeur du processus de production.

Un abattoir qui prenne en compte le bien-être des animaux, c’est possible

Les conditions d’abattage dans les abattoirs français ont fréquemment défrayé la chronique ces derniers mois, notamment avec les images rapportées par l’association L214. Il est pourtant possible de construire un abattoir qui respecte les bêtes, et c’est ce que veulent prouver ces 96 éleveurs, réuni au sein du collectif Les Viandes Paysannes.

Des images et odeurs rassurantes, un processus non industriel

L’abattoir, situé à Bourganeuf (Creuse), devrait voir le jour en 2018. Il sera conçu en lien avec des chercheurs de l’Inra et des vétérinaires pour optimiser le bien-être animal. Une association de protection des animaux, l’AFAAD, a également travaillé sur la conception de l’abattoir avec les éleveurs. Des images rassurantes seront projetées sur les parois, des odeurs synthétiques diffusées, le bruit d’une cascade d’eau…

vaches abattoir

Des vaches prêtes pour l’abattoir © Simon Mayer

De façon plus fondamentale, c’est tout le processus d’abattage qui sera revu, avec une cadence bien plus lente que les abattoirs industriels (7 vaches par semaine), des animaux qui avancent tout seuls et pas poussés par un aiguillon électrique… Le coup fatal ne sera pas donné par un homme mais par une machine qui piquera l’animal par-derrière.

Ces aménagements ont un coût, est c’est pourquoi les éleveurs lancent une collecte sur Internet afin de pouvoir financer cet abattoir nouvelle génération. Ces éleveurs ont besoin de 100.000 euros pour construire un box pour réduire le stress.

La viande produite dans ces abattoirs, d’excellente qualité, sera entièrement transformée sur place. Elle sera vendue à destination de 600 familles sous forme de colis (on peut d’ailleurs postuler pour en faire partie), mais aussi aux restaurants et cantines de la région.

En savoir plus et soutenir le projet : www.lesviandespaysannes.net

Illustration bannière : Une vache heureuse – © Marie Charouzova
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

14 commentaires Donnez votre avis
  1. Cela fait deux millions d’années que l’homme mange de la viande … Merci de ne pas oublier ceci. C’est effarant de voir a quel point l’homme devient bête.

  2. pour une fois, je ne peux qu’être d’accord avec tout ce qui précède!

  3. tous les les animaux sont des êtres sensibles et tous ont des droits, et en priorité le droit de vivre leur vie !
    Arrêtons le massacre : boycottons la viande et tous les produits d’origine animale.
    Les animaux et la planète ne s’en porteront que mieux…
    Et la base de tout c’est d’arrêter de faire des enfants. C’est l’évidence que tous nos problèmes résultent de la prolifération incontrôlée de l’espèce humaine.

  4. « Les éleveurs lancent une collecte sur Internet afin de pouvoir financer cet abattoir nouvelle génération. Ces éleveurs ont besoin de 100.000 euros pour construire un box pour réduire le stress. » … MDR !!!

    Les nazis avaient aussi besoin du fric pour construire les camps de concertation. Il faudrait encore que les vaches mettent le sabot à la pâte.

  5. Foutage de gueule qui prouve une fois encore que le monde de l’élevage est soit particulièrement taré, incapable de comprendre que le monde change et que la barbarie doit cesser, soit particulièrement faux-culs et bassement égocentriques, soit les deux. Je penche pour les deux.
    Et les cons qui y croient sont aussi hypocrites et égoïstes ! Si vous pensez vraiment que la mort peut être douce pour celui qui veut vivre, alors ne punissons plus les assassins qui tuent des humains, dès lors que la mort a été rapide hein ?

  6. Mon dieu quelle horreur, quelle hypocrisie, au lieu d’abolir les abattoirs et au contraire pousser les éleveurs à se lancer dans l’agriculture végétale ils veulent « manipuler » le consommateur en le faisant croire (car oui c’est qu’une ILLUSION!) qu’abattre un animal peut se faire dans le respect

    Depuis quand « respect » et « abattre » vont de pair?

    Il faut arrêter la viande, c’est une catastrophe écologique, sanitaire, un danger pour la santé et inacceptable du poitn de vue éthique!!!

    Abolition de la viande et du lait

  7. « un abattoir respectueux du bien-être animal », il faudra m’expliquer où est le bien-être quand on parle d’abattre un animal… Démarche 200% marketing, il n’y a pas de bien-être possible quand on tue.

  8. On progresse et on est en capacité de proposer autre chose que des chaînes d’abattage industrielles. Il était temps! Dommage que cet article fasse l’impasse sur l’implication de l’association de protection animale qui a travaillé sur ce projet : l’AFAAD.

    • Pauline Petit

      Vous avez raison, je le rajoute dans l’article, merci !

    • Drôle d’association, faciliter l’abattage des animaux, vous parler d’une association de protection des animaux!

    • Donner la mort : je ne vois pas où est le progrès ? réfléchissez un peu aux conséquences catastrophiques de notre mode de vie et de consommation. Faut-il vous faire un dessin ?

Moi aussi je donne mon avis