Le kiwi pour faire le plein de fibres et d’antioxydants

Riche en fibres, en antioxydants et en vitamine C, le Kiwi est le fruit par excellence à mettre au menu du petit déjeuner…

Rédigé par Marie Mourot, le 26 Apr 2018, à 14 h 35 min

Bien connu pour sa chair verte et acidulée, le kiwi est un concentré de bienfaits pour notre santé. Dégusté depuis plus de 2.000 ans en Chine, il est aujourd’hui produit dans trois régions de France dont l’une détient le label rouge, la région de l’Adour.

Le kiwi : un fruit qui prend soin de notre santé

D’abord adopté par les néo-zélandais, le terme « kiwi » n’est apparu que dans les années 1970, la peau du fruit rappelant l’oiseau emblème du pays. Il a ainsi remplacé l’appellation « groseille de Chine » sous laquelle il avait été connu. Le kiwi compte une cinquantaine d’espèces, toutes originaires de la Chine. Cultivé en Europe depuis le XXe siècle seulement, il est aujourd’hui produit majoritairement en Nouvelle-Zélande, en Italie, en France et en Grèce.

Un bol de kiwis © Nataliya Arzamasova

Nutrition et bienfaits sur la santé

Le kiwi offre de nombreux bienfaits pour notre santé. En effet, riche en vitamine C, il possède un pouvoir antioxydant qui protège les cellules du vieillissement. La vitamine C joue également un rôle anti-infectieux, elle est donc particulièrement efficace pour combattre tous les petits virus.

Le kiwi est aussi riche en potassium, excellent pour notre bonne santé cardio-vasculaire. La vitamine B9 joue, quant à elle, un rôle dans la prévention des anomalies du tube neural de l’embryon. Elle est aussi utile pour lutter contre les maladies cardio-vasculaires, neurodégénératives et les cancers.

Enfin, lasa teneur en fibres fait du kiwi un fruit idéal pour le bon fonctionnement du transit intestinal.

Valeurs nutritionnelles pour 100 g

Énergie 47 kcal
Vit B9 20 μg
Vit C 80 mg
Fibres 2,5 g
Lipides 0,6 g
Glucides 10 g
Protides 1,1 g

Tout le monde peut-il manger du kiwi ?

Certaines personnes, notamment parfois celles ayant des allergies aux pollens, peuvent aussi développer une allergie au kiwi. En effet, les personnes allergiques à une enzyme que l’on appelle actinidine ne peuvent pas consommer ce fruit. Les réactions peuvent être assez diverses d’une personne allergique à une autre : cela va de l’urticaire au choc anaphylactique. Ainsi, pour éviter ce risque d’allergie, il est conseillé d’attendre les 12 mois de votre bébé avant de lui en donner.

Comment se déguste le kiwi ?

Le kiwi, produit en France, est disponible du mois de novembre au mois de mai. Si vous l’aimez sucré, choisissez de préférence un kiwi tendre. En effet, si sa chair est ferme, il sera plus acide.

C’est un fruit qui mûrit en général après la cueillette. Pour favoriser son mûrissement, placez-le dans une corbeille à fruits avec des pommes. Les fruits encore fermes se conservent plusieurs semaines au réfrigérateur.

Une salade de kiwis et de crevettes © Ana del Castillo

Salades de fruits, confiture, clafoutis, mousse, smoothie, le kiwi peut-être dégusté de nombreuses manières. Si vous l’ajoutez à votre yaourt, dégustez-le rapidement car sa forte teneur en actinidine peut faire tourner le lait. Le kiwi est aussi parfait en version salée : en salade avec des crevettes ou avec du thon et de l’avocat, un régal !

Kiwi : de la plantation à la récolte

L’actinadia ou l’arbre à kiwis se plante de préférence au printemps dans les régions où l’hiver est rigoureux. Choisissez un emplacement ensoleillé, à l’abri des vents dominants.

Contrairement à ce que l’on pense, le kiwi pousse très bien chez nous à condition, bien entendu, que les conditions de pollinisation soient toutes réunies. Ainsi, pour avoir une chance de récolter des kiwis, vous devez planter 1 pied mâle pour 4 à 5 pieds femelle. Mettez ensuite en place un treillage car le kiwi est une plante grimpante. Arrosez régulièrement, surtout la première année et protégez votre arbre à kiwis pendant l’hiver.

Avec un peu de patience, au bout de 4 à 5 ans, vous devriez pouvoir faire votre première récolte, généralement au mois de novembre !

Illustration bannière : Des kiwis – © Nataliya Arzamasova
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance et maman de deux enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. thought provoking comments here

  2. Bonjour,
    Moi, mes kiwis poussent sans engrais, sans pesticide et sans désherbant.
    Ils font entre 65 et 100 grs piece.
    Par contre beaucoup d’eau ! j’ai la chance d’avoir un puits.
    je viens de faire ma récolte le 03.12.2013.
    Comme dit Laure et Gabriel, le kiwi a seulement besoin de beaucoup d’eau.

  3. sa me donne envie d’en manger un.

  4. moi aussi j’achète des produits bio et j’ai découvert les diffuseurs d’huiles essentielles qui parfument les principales pieces de chez moi … ça change toute l’atmosphère

  5. Very effectively written information. Will probably be beneficial to anyone who usess it, including myself. Keep up the nice work – for certain i will check out extra posts.

  6. ..il n’en reste pas moins que l’article est mensonger au moins pour partie : « La peau des kiwis bios, cultivés sans pesticides, est plus épaisse ce qui protège naturellement leur chair contre les insectes. »

    LES FRUITS KIWIS NE SONT PAS RECOUVERTS DE PESTICIDES qu’il soient bio ou pas !… les pesticides recouvrent beaucoup de fruits comme les pommes, les pêches, les abricots, poires… qu’il ne faut pas laver à l’eau, mais à l’eau savonneuse… autant dire que personne ne le fait !

    Au delà de la démarche BIO qui elle protège l’environnement, ce qui intéresse le consommateur est de ne pas absorber des fruits et légumes bourrés de pesticides pour préserver sa santé.

    De plus, même une culture BIO n’est jamais 100% bio à cause de la dispersion par le vent des produits chimiques utilisés par les cultures voisines (le champ de l’agriculteur voisin).

    De plus, l’Europe est en train de laminé le label BIO en augmentant les niveaux d’acceptabilité de pesticides ou présences d’OGM.

    S’il faut être sensibilisé au BIO, il s’agit de ne pas se faire avoir et payer un prix double qui n’est pas justifié.

    Les études citées dans l’article sont contredites par d’autres, il suffit de parcourir internet.

    Avoir une démarche BIO, ce n’est pas uniquement l’alimentaire. Ceci dit, par temps de crise ou manque d’argent pour accéder au BIO, l’anti-gaspi est elle-aussi la meilleure des démarches.

    Manger bio oui, mais sans se faire avoir par des commerçants peu scrupuleux.

  7. Petite rectification, la culture du kiwi bio n’utilise pas de pesticides ou peu, mais les cultivateurs de kiwi qui en cultivent de manière dite non bio utilisent des engrais chimiques et surtout beaucoup de désherbants.
    Certes cela permet d’avoir des kiwis plus volumineux, mais on retiendra surtout que cela pollue les eaux souterraines; ce qui contribue un sol sur enrichi en azote (nitrates).
    Consommer bio, c’est simplement une manière quotidienne de protéger nos sols et les réserves d’eaux douces.

  8. N’importe quoi ! La culture du kiwi ne nécessite aucun pesticide. Tout cela est faux. Renseignez-vous auprès d’un cultivateur de confiance. Pur marketing !

    • d’accord avec Gabriel
      le kiwi a seulement besoin de beaucoup d’eau!

Moi aussi je donne mon avis