Quelles espèces de poissons acheter ?

Manger du poisson, c’est sain et c’est bon. Mais surconsommation et surpêche vident les océans et font craindre une pénurie globale de poisson à un horizon assez proche. Faites les bons choix.

Rédigé par Jean-Marie, le 13 Apr 2016, à 7 h 30 min

Pour une alimentation équilibrée en oméga-3, les nutritionnistes nous conseillent de manger du poisson au moins deux fois par semaine. Et de fait, nous en consommons deux fois plus qu’en 1995, soit 16,3 kilos par habitant, ou 132 millions de tonnes, contre 20 millions en 1950.

Une espèce de poissons sur trois est menacée d’extinction

Difficile pour le consommateur de s’y retrouver : d’un côté, on fait l’apologie du poisson qui a de grandes qualités nutritionnelles et gustatives mais, à l’inverse, on tire la sonnette d’alarme car entre surpêche et pollution, 1 espèce de poissons sur 3 est menacée d’extinction.

poissons-menacé_shutterstock_59924854

Banc de Fusilier © Rich Carey Shutterstock

Au rythme actuel de la surpêche, les océans seront vides d’ici à 2050

Certains scientifiques prévoient une pénurie de poissons pour 2050. Globalement,

  • Une espèce de poissons sur trois est menacée d’extinction.
  • La moitié parvient tout juste à se renouveler.
  • 7 % des espèces marines ont disparu depuis 1950.
  • 29 % des 600 espèces pêchées dans le monde sont en voie d’extinction totale : leur niveau est descendu à 10 % de celui de 1950.

Alors comment se comporter ? Cesser de manger du poisson est une option, mais qui n’est pas idéale d’un point de vue nutritionnel. En acheter moins, et surtout en faisant le bon choix est, au minimum, fortement recommandé.

Chaque année, nous consommons, en France 2.226.000 tonnes de produits de la mer.

Si chaque Français choisit une fois dans l’année un produit parmi les espèces pérennes, cela aura un impact positif sur 18.000 tonnes de poisson.

Il existe environ 25.000 espèces de poissons, mais la consommation se concentre sur une vingtaine d’espèces. Bien des espèces, moins menacées, moins connues, sont négligées.

Quelles espèces de poissons acheter ?

Nous allons passer en revue les différentes espèces de poissons : celles que l’on peut acheter sans crainte, celles à éviter, et celles à consommer avec parcimonie, voire à délaisser complétement.

(Liste actualisée au fur et à mesure)

Guide d’achat du poisson

Il y a des critères généraux à connaître pour savoir comment acheter un poisson ou à l’inverse, pourquoi l’éviter.

Il n’y a pas d’évaluation absolue, et donc d’accord unanime, pour décider si telle espèce de poisson est bonne à pêcher et à acheter ou pas par le consommateur. Par contre, on peut s’attacher à différents critères.

choisir-son-poisson

Le choix de ce poisson est-il bon pour l’environnement ?

  • L’espèce de poisson est-elle en voie de disparition ? Son stock est-il suffisant pour assurer le renouvellement de l’espèce ?
  • Mon poisson respecte-t-il la taille légale de pêche ? Il faut en effet éviter la pêche des poissons qui ne sont pas encore adultes pour qu’ils puissent se reproduire.
  • Quel mode de pêche a été utilisé ? La pêche à la drague est pratiquée pour ramasser certains petits coquillages comme les praires. Mais cette pratique, qui provoque de nombreux dégâts, est interdite dans les écosystèmes sensibles d’Europe, notamment dans la Mer de Wadden au Pays-Bas. Ne pouvant pêcher à la drague en Europe, certains pêcheurs la pratiquent dans les eaux de Mauritanie qui ne sont pas soumises à la juridiction européenne, nuisant ainsi à la fois à l’environnement, mais aussi aux pêcheurs locaux. Afin d’éviter d’encourager la pêche à la drague, n’achetez que des praires issues d’une pêche locale.

Il vaut mieux choisir des poissons issus d’élevages qui respectent l’environnement (MSC, bio).

  • S’agit-il d’un poisson d’élevage ? Si oui, les conditions d’exploitation d’aquaculture sont-elles correctes ? Il faut savoir que pour certaines espèces, l’aquaculture est pire que la pêche sauvage. Pourtant, elle représente environ 50 % de la « production » mondiale de poissons.

Ce poisson est-il bon pour ma santé ?

Le poisson est-il chargé en métaux, comme le mercure qui affecte le fonctionnement du cerveau et le développement, en produits chimiques industriels (PCB , dioxines) ou encore en pesticides (DDT) ?

En effet, le poisson est la principale source de mercure à laquelle nous sommes exposés. Une équipe australo-américaine a conduit de nombreux prélèvements, certains allant jusqu’à mille mètres de profondeur, dans l’océan Pacifique nord. Elle a constaté que la quantité de mercure présent dans les eaux de cet océan a grimpé de 30 % en une vingtaine d’années.

Ces produits toxiques trouvent leur origine sur les continents et ont été transmis par les petites plantes et les petits animaux en bas de la chaîne alimentaire océanique.

Ceux-ci sont mangés par des animaux plus grands qui concentrent dans leur chair ces toxiques en quantité croissante, sans les éliminer. Certains prédateurs comme le requin, le Grand espadon ou les fruits de mer sont particulièrement exposés aux contaminants. Il faut faire bien attention en les choisissant.

Un poisson bio n’est pas un poisson sauvage : un poisson bio est un poisson issu de l’aquaculture de qualité.

Concernant la contamination au mercure, il faut préférer les poissons marins. Pourquoi ? Parce que les poissons de mer sont moins contaminés que les poissons de rivière, notamment et surtout ceux qui évoluent près des zones d’orpaillage clandestin.

En France, l’Affsa, Agence française de sécurité sanitaire des aliments (aujourd’hui appelée Anses), a émis une recommandation en 2002 à l’usage des femmes enceintes, leur conseillant de ne pas consommer plus de 150 grammes par semaine de poissons prédateurs de longue durée de vie (mammifères marins, daurade, thon, espadon, requin, etc).

Le poisson est-il riche en oméga-3 particulièrement bon pour le coeur ?

D’une manière générale, il faut choisir des poissons présentant de forts taux d’acides gras pour réduire les risques cardiaques.

Ce poisson est-il frais ?

Quel est l’historique du poisson proposé sur l’étal ? Est-il frais et sain ?

Une fois sur l’étal, il n’est pas toujours facile de connaître l’origine et la fraîcheur d’un poisson. Voici quelques astuces très simples.

  • Demandez quand le poisson a été capturé et s’il est bien frais.
    Attention à un vieux truc de vendeur de poisson, un poisson qui a été recouvert de glace avec la tête qui dépasse n’est peut-être pas le plus frais de l’étal.
  • Vérifiez à l’odeur
  • Vérifiez la consistance du poisson : prenez-le en main. Le poisson doit avoir du « poids », être ferme et non mou.
  • Vérifiez les yeux et la peau : les yeux doivent rester brillants et non coulants ou opaques ; la peau doit être luisante et glissante. Vérifiez enfin que les ouïes soient bien de couleur rouge foncé.
  • Vérifiez que la chair des filets n’est pas jaunie, notamment ceux de sole ou de plie. C’est un indice que la chair est en train de pourrir.
  • Vérifiez que les coques des crustacés soient bien fermées. Mais si après la cuisson, elles sont toujours fermées, ne les mangez surtout pas !

Lire page suivante :

Les espèces de poissons que l’on peut acheter et celles à éviter

Photo de bannière – Poissonnier © MarkLG – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

41 commentaires Donnez votre avis
  1. pour qu’il reste du poisson vous n’avez qu’a manger les mouettes .il faut surtout que l’humain cesse de se reproduire .a mon avis l’humain aura tout consommé d’ici la fin du siecle (pétrole charbon bois et il disparaitra et bon débaras

    • Plutôt que maudire les ténèbres, allume ta petite bougie.
      Amicalement

    • et ben mon gars ! s’il disparais, toi aussi tu disparaitrais !

    • Bien dit !

  2. denis

    tres bon article mais il est vrai qu il faudrai une conscience mondiale

  3. denis

    merci pour tout

  4. Bonjour !

    Juste une petite remarque, je croyais que le Bar et le Loup de Mer étaient les même poissons (le nom atlantique et le nom méditerranéen)???

    Or… ils sont dans deux listes distinctes…

    Merci pour votre travail.

  5. Je n’ai rien lu sur le colin dans vos articles pourtant forts intéressants.
    Où peut-on savoir comment est classé le colin / la disparition de l’espèce ?

  6. La Morue de l’Atlantique, vous l’inscrivez à la fois dans « tout à fait sain », dans « à éviter, feu orange », puis « espèce menacée soumise à une folle surpêche : son stock a été divisé par 5 en 20 ans, surtout en Europe, en voie de disparition »…

    C’est incompréhensible !!!
    Quand allez-vous donner une info cohérente et fiable ???

  7. Le flétan (sans précision quant à l’espèce, ni quant au genre) se retrouve aussi dans la liste « feu vert » et dans la liste « feu rouge ».

  8. J’ai remarqué plusieurs fois, sur d’autres pages de ce site, que de nombreuses erreurs sont commises dans l’information donnée.
    Une fois encore, c’est le cas ici: certains poissons sont à la fois dans la liste verte ET dans la liste orange!
    Autre erreur, le Haddock est sur liste verte, la Morue, non. Hors, le Haddock, c’est un nom commercial, en fait, c’est de la morue fumée!
    Chacun peut faire des erreurs, mais depuis 3 ans, personne n’a rectifié? Et vous êtes un site d’information, des milliers de personnes vous lisent et recherche une info sur votre site, alors, soyez plus rigoureux!!!

    • vous confondez les duos : morue/cabillaud et Haddock/Aiglefin

    • le haddock c’est de l’églefin fumé encore un qui parle sans savoir

  9. quels poissons manger ?????
    moje n en mangi je vis au senegal et je mange du poisson frais et sauvage peche par des pecheurs locaux en petites embarcations sinon je n en mange pas.

  10. Mais c’est niveau mondiale qu’il faut prendre des mesures.
    Si il était moins gâcher il y en aurait pour tout le monde.

  11. Il est vrai que certaine espèces de poissons sont menacé ,mais il y a encore du poisson dans les océans ,trouver un beau merlan ,c’est encore possible ,il faut faire confiance aux professionnels
    Mais je n’ai jamais trouver de beaux poissons en grande surface.
    Mais pour le tilapia très peu pour moi, poisson élevé en Chine avec la fiante cochon,ainsi que la perche du Nil ,ou le Panga .

  12. Pour l’a

  13. Je ne comprends pas que le tilapia si décrié (à raison semble-t-il )soit inscrit sur la liste « feu vert » pour la consommation de poisson. Veuillez répondre s’il vous plait.Merci

  14. On racle les fonds régulièrement pour avoir des coquilles saint jacques, on détruit complètement leur voisinage, consommateurs incapables de pêcher et d’élever, au bout de la chaîne alimentaire, destructeurs passifs.
    Et on pleure devant la guerre aux infos, en mangeant nos coquilles saint jacques surgelées pas bien cuisinées.
    C’est triste, non ?

    • La lecture de toutes ces instructions, qui nous instruisent c’est le cas de la dire.
      En effet, une fois j’ai lu, que Intermarché était le premier pêcheur, j’ai fais confiance.

      Hélas très souvent je suis tombé sur du poisson, a jeter. même pas un mois de cela, aie acheté des sardines a griller, elles avaient une certaine odeur et cuites, même le chat n’en a pas voulu et aussi j’ai acheté avec un demi tourtaut (?), j’ n’ ai pas pu le manger aussi.
      Et bien d’autres, avec des moules…
      Mais il nous est pas possible de toucher le produit et encore de regarder les yeux etc…
      Mais j’ai remarqué, que le vendeur se met bien devant vous, pour faire votre demande, donc en fait vous ne voyez pas ce qu’il vous donne, et les moules aussi sont parties en container appelé poubelle.
      Donc j’ai fait mon méa culpa, et je ne prends plus de poisson.
      Au premier pêcheur de France!
      J’ai eu une discution, avec ce commerçant, assez violente, leur disant que je vais me retourner contre eux si…je suis reparti
      comme un con, c’est moi, qui avait tord. Voyez et jugez
      t

  15. Soit je comprends mal, soit il y a un souci dans votre liste de poissons « feu vert » :je cite :
    « L’anchois, un poisson répandu mais menacé
    Le merlu, poisson en danger à consommer avec modération
    Le rouget barbet, le petit rouge à consommer avec modération…
    L’espadon, chasseur des mers gravement menacé…
    Cabillaud – morue, poisson à éviter
    Le tilapia, poisson le plus consommé au monde »

  16. si plus personne n achete de poisson ou de viande et que chacun se tourne vers une autre alimentation,alors nous protégeons vraiment les espèces animales et ne participons pas à ce carnage!!!bien à vous!

    • Oui pour le poisson.
      Mais si plus personne ne mange les animaux d’élevage (vaches, moutons, poules, etc.)… Il est fort probable que ces espèces, remises en liberté, finissent par disparaître car inadaptées à la vie sauvage et victime de prédateurs naturelles.

  17. Bonjour,

    Je crois que beaucoup de personnes aujourd’hui ce questionnent et ne trouve pas de raiponces à toutes leurs inquiétude alimentaire.
    C’est pour cella que j’agis à mon échelle et proposes des cours de cuisine flexitarien et pâtisseries raisonnées, pour accompagner et conseiller nos citoyen éveiller.

    bien à vous

    Legentilhomme Clélia
    Hautes Pyrénées

  18. Donc si j’ai bien lu on peut acheter :
    La bonite
    Le lieu noir
    Le hareng
    Le merlan
    Le bar
    Le maquereau
    La truite
    La Limande
    Les crevettes (de Madagascar)
    Les tilapias (?)
    Avec modération :
    Le rouget barbet
    Le merlu
    d’autres ?

    • roussette

    • denis

      mème si il y a quelques erreurs votre article m a beaucoup aider!

  19. Bonjour,

    Il est certain qu’il y a beaucoup d’informations sur le web mais la plupart des consommateurs conscients de leur santé ne peuvent passer tout leur temps libre sur internet à la recherche des infos de qualité sur quoi manger où (la provenance) et comment (repas équilibrés). Et pourtant, il y a urgence à agir individuellement en mangeant Bio et naturel pour un meilleur avenir et celui des enfants avec le respect de notre planète!

  20. Cet article ne répond pas à la question posée : Quelles espèces de poisson acheter ?

  21. Je me gausse! cesser de manger du poisson, pas une solution?? yeuh.

  22. Moi aussi je boycotte intermarche Tourcoing car ce sont de véritables cons.daccord avec Cathy.

  23. Dans la mesure du possible, j’achète mes légumes bio et directement aux petits producteurs saveur et fraicheur incomparables mais pas facile ds les ganses villes;
    iL FAUDRAIT VRAIMENT LA CRÉATION D’AMAP.
    C’ESTPARFOIS ASSEZ DÉCOURAGEANT Mais le monde bouge et il faut parler de ces problèmes autour de soi.

  24. Le problème ne vient pas du poisson que nous consommons, mais de celui qu’on gaspille. Les chaluts qui raclent les fonds marins pour tout ramasser et qui rejetent, après, à moitié morts, les poissons, coquillages et crustacés qui ne sont pas vendables et les espèces « protégés ». Les invendus au marché de gros et de la grande distribution qui sont jetés aux benes et les non consommés par les particuliers qui partent à la poubelle.

  25. intermarché , les mousquetaires de la distribution…. du poisson , ils râclent les fonds de la mer , y’a rien qui en n’échappe , il faut boycotter les poissons en danger .

    • Moi, je ne boycotte pas seulement les poissons d’intermarché,je boycotte intermarché en totalité… je ne leur laisserai pas un centime!!!

  26. Pour faire avancer les choses, le premier point c’est que le discours doit être aussi ‘écologique et durable’.
    – Économiser aussi les mots
    – Ne reprendre les affirmations mensongères du capitalisme
    La majeure partie du poisson n’est-elle pas destinée à l’alimentation animale?
    Omega3, vitamines, etc: mensonges. On sait depuis les années 50 qu’il ne faut pas ingérer les éléments naturels séparément. Alors étudiez, mangez bio, faites confiance à la nature. Vous découvrirez des merveilles.
    Le bio (ou naturel) est bien plus économique. Faites tout votre possible pour soutenir les petits producteurs locaux (eh oui, pour une fois une perspective rurale, merci) vous aurez la joie de vivre en prime.
    Bernard. (très petite bourse et 50 ans d’expérience)

  27. Ben nous, on ne mange plus que très rarement du poisson « frais ».
    Deux raisons : son prix très élevé, et il n’a plus de goût.
    Avant, on donnait du merlan frais aux bébés, et il avait un vrai goût de merlan.
    Maintenant, cherchez du VRAI MERLAN, c’est introuvable, ou alors, il a une tête bizarre….

  28. Consommer devient de plus en plus fastidieux , au risque de me répéter j’aimerais faire de mon mieux , mais franchement , si pour chaque catégorie d’aliment il faut consulter un blog avant de faire ses achats , cela risque d’être fort fatigant et décourageant pour beaucoup d’entre nous . Il faut aussi consommer éthique , ne pas mettre en danger les emplois
    Dans ma ville il devait y avoir une A M A P , et puis plus rien , rien de suivi de cohérent . Une écocitoyenne un peu désabusée

    • Bonjour Martine
      C’est effectivement décevant … quelle est votre ville ?

Moi aussi je donne mon avis