Prendre soin de sa thyroïde par l’alimentation

Si vous avez des problèmes de thyroïde et qu’elle a besoin d’un peu d’aide, votre alimentation peut lui donner un petit coup de pouce. Zoom sur les aliments bons pour la thyroïde.

Rédigé par Sonia C, le 15 Jun 2020, à 12 h 50 min

Cette petite glande qui diffuse des hormones thyroïdiennes dans notre corps est la garante de notre métabolisme de base. Quand la thyroïde tourne au ralenti, il s’agit d’hypothyroïdie et quand elle s’emballe, on parle d’hyperthyroïdie. Ce dysfonctionnement touche 10 % de la population en France

Dysfonctionnements de la thyroïde

La thyroïde est une petite glande endocrine, c’est à dire qu’elle fabrique et sécrète des substances chimiques dans le sang, destinées à modifier le fonctionnement d’un organe ou d’un tissu cible.
Elle est constituée de deux lobes qui lui donnent la forme d’un papillon. Située à la base du cou, en avant de la trachée, elle joue un rôle majeur dans la régulation du métabolisme (notamment en augmentant le métabolisme de base, c’est-à-dire l’ensemble des dépenses obligatoires de l’organisme : respiration, battements cardiaques, maintien de la température etc.) via la sécrétion de deux hormones clés : T4 et T3 (cette dernière dérivée de T4).

Examen à l’échographie d’une thyroïde © RossHelen

Quand la thyroïde dysfonctionne, de nombreux organes ou tissus peuvent être affectés : coeur, système digestif, peau, cheveux… Les répercussions peuvent aussi se ressentir au niveau psychique, avec une tendance à la dépression.

Thyroïde : quel dysfonctionnement ?

Il existe deux grands types de dysfonctionnement de la thyroïde : si cette dernière sécrète moins d’hormone, on parle d’hypothyroïdie, avec un cortège de symptômes assez typiques (prise de poids, perte de cheveux, fatigue, irritabilité…).
À l’inverse, quand son activité est trop importante, il s’agit d’une hyperthyroïdie, où là encore, des symptômes variés peuvent apparaître (amaigrissement, tachycardie, diarrhée…).

Les médicament pour réguler la thyroïde

À l’heure actuelle, on prescrit des traitements médicamenteux qui permettent de rééquilibrer la concentration des hormones, estimée régulièrement par des dosages sanguins. Ces traitements sont parfois compliqués à doser.
Pour preuve, la polémique du Levothyrox, le traitement a été modifié pour rendre le principe actif, la lévothyroxine, plus stable mais des des dizaines de milliers de malades se plaignent d’effets indésirables provoquant une crise sanitaire sans précédent.

Les aliments à favoriser lorsque votre Taux de THS est dysfonctionnel © Danijela Maksimovic

En prévention ou en parallèle des soins usuels une fois la pathologie déclarée, il est tout à fait possible de chouchouter sa thyroïde par l’intermédiaire d’une alimentation saine et raisonnée.

Les aliments pour éviter problèmes de thyroïde

Les produits de la mer se situent en tête de classement par leur richesse en iode, un oligo-élément essentiel à la synthèse des hormones T4 et T3. Les besoins journaliers tournent autour de 150 microgrammes/jour pour un adulte en bonne santé.
Vous aimez les huitres ? Mettez-les au menu régulièrement ! Bonne nouvelle, ce sont aussi d’excellentes pourvoyeuses de zinc, lui aussi important pour la thyroïde.

Pour éviter les carences, privilégiez certaines viandes comme le boeuf et le poulet, ainsi que les huîtres, le soja, le pain complet, le jaune d’oeuf et les germes de blé © Subbotina Anna

Usez et abusez des poissons de mer, frais, surgelés ou en conserve (sardines, thons et maquereaux). Les végétariens ne seront pas en reste en profitant des bienfaits des algues marines : sous forme de tartares, ou saupoudrées sur les plats, pensez à les inclure régulièrement dans vos assiettes.

Les oeufs sont aussi intéressants, car ils renferment de la tyrosine et de la phénylalanine, deux acides aminés qui jouent un rôle dans la fabrication des précieuses hormones. Ne boudez pas non plus les produits laitiers, notamment le fromage.

Les noix du Brésil : elles remportent le prix de la teneur en sélénium (2.000 microgrammes/100g), un autre oligo-élément intervenant dans la bonne santé de la thyroïde.

À lire aussi – Les aliments riches en sélénium

Pour faire le plein d’aliments riches en  zinc, on mise sur les viandes maigres (rôti, filet, escalope, longe, épaule), le foie de veau et les crustacé.

Les graines – de courge et les lentilles, mais aussi le germe de blé sont recommandés en cas de troubles de la thyroïde.

Attention, certains aliments sont à consommer avec modération (à voir avec un spécialiste, les régimes d’exclusion sont toujours à éviter sans avis médical préalable) : c’est le cas des crucifères (famille des choux), qui diminuent la production des hormones thyroïdiennes.

On privilégiera également une alimentation la moins transformée possible, en favorisant les produits à faible indice glycémique et en veillant à choisir ceux dont la liste d’ingrédients est la plus courte.

Illustration bannière : Quelle alimentation conseillée pour mieux vivre ses problèmes de thyroïde © Burdun Iliya
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Sonia C., passionnée de biologie et de nutrition, j’aime l’idée de rendre les sciences accessibles à tous sans pour autant en édulcorer les grands...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis