La dépression aurait des causes physiques liées à une inflammation

D’après les scientifiques, il existe un lien entre l’inflammation généralisée et les symptômes dépressifs. Une découverte qui pourrait permettre de soigner la dépression de façon plus efficace, à l’aide de médicaments anti-inflammatoires.

Rédigé par Émilia Capitaine, le 12 Sep 2017, à 11 h 10 min

Les scientifiques en sont désormais certains : il existe un lien entre la dépression et l’inflammation, causée par un système immunitaire trop actif. Une découverte qui ouvre la voie à de nouveaux traitements contre cette maladie.

Les racines physiques de la dépression

Si les traitements actuels pour la dépression se concentrent sur les substances chimiques du cerveau, telles que la sérotonine, des scientifiques pensent désormais qu’une inflammation dans l’organisme tout entier (provoquée par un système immunitaire trop actif) pourrait être la racine du phénomène dépressif. Selon eux, une inflammation généralisée pourrait produire des sentiments de tristesse, de désespoir et de fatigue. Si tel est vraiment le cas, alors la dépression pourrait être soignée à l’aide de médicaments anti-inflammatoires. Il peut également s’agir d’un symptôme : un peu comme lorsque les personnes malades, dont le système immunitaire combat les infections ou les virus, n’ont pas le moral. Dans le cas de la dépression chronique, il se pourrait que le système immunitaire ne parvienne pas à se “désactiver” après une maladie ou un traumatisme, ce qui engendre des symptômes persistants.

Lire aussi : L’EMDR, une bonne solution au mal-être et à la dépression ?

De plus en plus d’études, incluant des papiers de recherches scientifiques et des résultats d’essais cliniques, montrent un lien entre le fait de traiter une inflammation et de soulager la dépression(1). En octobre 2016, une recherche menée sur la prochaine génération d’anti-inflammatoires (la plupart utilisés pour les maladies auto-immunes) a montré qu’il existait un lien clair entre l’inflammation et la dépression. Ce lien ouvre une voie prometteuse pour de nouveaux traitements. D’après les travaux menés, environ un tiers des personnes souffrant de dépression ont des niveaux plus élevés de cytokines, les protéines qui contrôlent la façon dont le système immunitaire réagit. Cela pourrait être le signe d’une inflammation dans leur cerveau. Ces travaux ont également révélé que les personnes dont les systèmes immunitaires sont trop actifs ont plus de risques de souffrir de dépression.

dépression

© hikrcn

Une nouvelle façon de voir la dépression

Dans le quotidien britannique The Telegraph, le directeur du département de psychiatrie de l’université de Cambridge, le Pr Ed Bullmore, estime qu’un nouveau champ de “l’immuno-neurologie” pourrait prochainement s’ouvrir. “En ce qui concerne l’humeur, au-delà de tout doute raisonnable, il existe une association très solide entre l’inflammation et les symptômes dépressifs. Est-ce que l’inflammation provoque la dépression ou vice-versa ou est-ce simplement une coïncidence ? La médecine expérimentale a montré que si un médicament anti-inflammatoire, comme l’interféron, était donné à des individus en bonne santé, un pourcentage important deviendrait dépressif. Nous pensons donc qu’il y a suffisamment de preuves pour parler d’une relation de cause à effet“, a-t-il développé.

Une des conséquences les plus importantes de ces découvertes concerne les traitements pour la dépression. Ces derniers pourraient être plus efficaces et ne nécessiteraient pas d’être pris à vie. Une autre implication majeure concerne la perception de la dépression : si cette découverte modifiait la façon dont nous appréhendons et soignons la dépression, alors la dichotomie artificielle entre l’esprit et le corps serait modifiée. Socialement, le fait que la dépression ait une cause physique définie pourrait réduire les préjugés autour de la maladie mentale, qui empêchent souvent beaucoup de malades de se faire soigner.

Illustration bannière : Femme déprimée – © Africa Studio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




6 commentaires Donnez votre avis
  1. la dépression n’est pas une maladie , elle ne se soigne pas . C’est tout

    Soigner la dépression est une diversion stupide pour ne pas comprendre les causes , toujours externe , du problème ( vie de famille , tavail , problème de sociabilisation etc… ) Même si il y a un lien réel dans cette histoire , on ne soigne pas une personne qui n’est pas malade .

  2. la dépression n’est pas une maladie , elle ne se soigne pas . C’est tout

    Soigner la dépression est une diversion stupide pour ne pas comprendre les causes , toujours externe , du problème ( vie de famille , tavail , problème de sociabilisation etc… )

    Même si il y a un lien réel dans cette histoire , on ne soigne pas une personne qui n’est pas malade .

  3. C’est qui “les scientifiques”? Big pharma a trouvé un argument de plus pour faire prescrire leurs poisons AINS et autres? Il est évident que tous les symptômes d’un même organisme sont liés entre eux.
    Pour un énergéticien, l’inflammation est une défense de l’organisme dont il faut identifier la cause. C’est la cause qu’il fait rechercher et combattre. Combattre l’inflammation en direct va la plupart du temps n’avoir qu’un effet fugace tout en affaiblissant les défenses de l’organisme.

    • Je suis tout à fait d’accord.

  4. Effectivement pour une meilleure crédibilité et entente de cette approche il serait bien de publié les liens vers les sources de cette étude !! 😊

  5. Les liens vers les sources des études citées seraient bienvenus 🙂

Moi aussi je donne mon avis