Les anti-inflammatoires proscrits pendant un rhume

Lorsqu’ils sont pris pendant un rhume ou une infection respiratoire, les anti-inflammatoires non stéroïdiens triplent les risques de crise cardiaque.

Rédigé par Maylis Choné, le 8 Feb 2017, à 11 h 10 min

Les symptômes d’un rhume ou d’une infection respiratoire nous incitent souvent à prendre des anti-inflammatoires pour faire baisser la douleur ou la fièvre . Halte !

Les anti-inflammatoires et le rhume : un dangereux mélange

Une étude menée par les médecins du centre hospitalier de Taïwan parue dans le Journal of Infectious Diseases révèle que la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) lors d’un épisode de rhume ou d’infection respiratoire augmente fortement les risques de crise cardiaque. Ils mettent en garde contre cette pratique.

Car c’est une habitude fréquente de s’auto-médiquer, cela aussi bien à la maison qu’à l’hôpital. Mais voilà, les chiffres parlent d’eux-mêmes : quand ils sont pris par voie orale, les anti-inflammatoires augmentent les risques d’infarctus par 3,4. Par intraveineuse, les risques sont multipliés par 7,2.

Des médicaments loin d’être inoffensifs

L’étude a été menée sur un groupe de 10.000 patients, sur une durée de sept ans. Les chercheurs voulaient savoir s’il y avait un lien entre infarctus et AINS. C’est chose faite. Et la proportion est inquiétante. Car avant même une infection respiratoire, la prise d’anti-inflammatoire augmente de 1,5 les risques de crise cardiaque.

La prudence est donc de mise car la prise d’anti-inflammatoire n’est pas anodine pour l’organisme. Elle est même dangereuse et encore plus en auto-médication et sur une durée supérieure à cinq jours. Alors, avant d’en consommer, on cherche une alternative avec des produits plus doux et naturels et l’on consulte un médecin.

Illustration bannière © stockartstudio – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. En cas de rhume ou de rhinite la 1ère chose à tenter, sans danger et pas cher, c’est de faire des lavages de nez à l’eau salée à 30g/litre.
    Du sel de cuisine suffit, pas besoin d’ampoules d’eau de mer. On renverse la tête en arrière et on fait couler très doucement 10ml par narine avec une petite poire ou en recyclant la dernière ampoule plastique d’eau de mer à 200€ le litre qu’on n’achètera plus. L’eau salée coule dans la bouche, on la recrache mais ce n’est pas grave d’en avaler un peu.
    Si ça ne suffit pas à assécher le nez en 4-5 jours 3fois/jour il faut en effet consulter.

Moi aussi je donne mon avis