Existe-t-il des remèdes naturels pour réguler la thyroïde ?

Fatigue, prise de poids, nervosité… Le dérèglement de la thyroïde a des effets néfastes sur le corps et le moral. Très fréquent, il se traduit généralement par la prescription de Levothyrox. Peut-on l’éviter ?

Rédigé par Pauline Petit, le 26 Feb 2019, à 14 h 25 min

Glande mal connue, la thyroïde est pourtant un régulateur hormonal important. En cas de dérèglement, les conséquences sur le corps humain sont nombreuses. Les problèmes de thyroïde sont de plus en plus fréquents : il peut s’agir de dérèglements auto-immunes, le plus souvent provoqués par l’âge, certains polluants ou perturbateurs endocriniens, mais également par des carences (en iode notamment).

Problèmes de thyroïde : peut-on éviter le Levothyrox grâce à des remèdes naturels ?

Lorsque l’on diagnostique un problème de thyroïde (hypothyroïdie ou hyperthyroïdie), la prescription du médecin est souvent la même : le Levothyrox, un traitement quotidien, à vie, aux effets secondaires parfois importants. Il est aujourd’hui prescrit à plus de 3 millions de Français !

thyroïde

Examen de la thyroïde © Goncharov_Artem

Or ce traitement lourd peut parfois être évité en cas de dysfonctionnement thyroïdien léger. Comment favoriser les remèdes naturels ?

Des remèdes naturels pour les problèmes de thyroïde

La thyroïde joue un rôle dans l’équilibre du corps humain. Or les médecines indienne et chinoise possèdent une expérience millénaire dans le traitement des déséquilibres et peuvent répondre à certains problèmes liés à un dérèglement de la thyroïde.

En cas d’hypothyroïdie, la médecine indienne recommande la consommation d’ashwagandha, aussi connue sous le nom de « ginseng indien ». Cette plante favorise la production d’hormones T4, une vertu prouvée par des tests cliniques(1). De même, le gugul (Commiphora mukul) régule les taux d’hormones T3 et T4 et peut être utilisée en cas d’hypothyroïdie.

ashwaganda thyroide

L’ashwaganda, un remède naturel pour réguler l’hypothyroïdie ©Indian Food Images

La médecine chinoise recommande un complexe de plantes à consommer pour rééquilibrer l’organisme. Dans les cas d’hyperthyroïdie, la cannelle de Chine, le gingembre et le ginseng notamment peuvent réguler naturellement la thyroïde.

Il est bien entendu nécessaire de consulter un spécialiste avant de se lancer dans une auto-médication hasardeuse ! Rien n’empêche toutefois de consommer ces plantes qui sont de toute façon de très bons remèdes naturels pour bien des maux.

Hypothyroïdie : des carences en iode ?

Une hypothyroïdie peut être la conséquence d’une carence en iode. Elle est rare depuis que le sel est enrichi en iode dans les pays occidentaux. Elle peut être cependant la source du trouble. Pour cela, on consomme des aliments riches en iode comme les fruits de mer (les huîtres en premier lieu). On peut également consommer des algues, fraîches ou séchées, ou sous forme de compléments alimentaires.

Certaines plantes peuvent également jouer dans la régulation de la thyroïde. En naturopathie, on prescrit souvent les lamiacées en cas d’hyperthyroïdie. En premier lieu, le lycope peut diminuer la production d’hormones T3 et T4 dans l’organisme, notamment en cas de maladie de Basedow. Elle diminue aussi les symptômes liés à l’hyperthyroïdie : une étude montre que l’injection de lysope chez les rats diminue la température corporelle, le rythme cardiaque et la pression artérielle chez les rats(2).

thyroïde

Glande thyroïde © Magic mine

Tous ces traitements naturels ne se soustraient cependant pas à l’avis d’un médecin. Ils permettent d’éviter le Levothyrox en cas de troubles bénins. Si toutefois les problèmes persistent, votre thyroïde aura besoin d’être régulée de façon plus « artificielle » et vous ne pourrez donc pas y échapper.

Les plantes peuvent toutefois vous aider à supporter certains effets secondaires néfastes du médicament : demandez conseil à votre médecin ou à un naturopathe pour toute utilisation conjointe.

Illustration bannière : Éviter le Levothyrox – © Image Point Fr

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Est ce que la consommation de fruits de mer, huitres notamment, apporte suffisament d iode ?

  2. Je voudrais rectifier un point, la carence en iode est fréquente de nos jours
    Aujourd’hui, beaucoup de sels de qualité ne sont pas iodés, ils sont vendus sans ajout. Et puis comment vérifier dans les produits industriels si le sel utilisé est iodé. Il y a aussi le fait que le sel a mauvaise réputation et que de plus en plus de gens diminuent leur consommation.
    J’ai été moi-même carencée en iode bien que je mangeais des algues tous les jours dans ma salade.
    Ma fille aussi a eu une carence sévère malgré les tartares d’algues, soupes aux algues… Elle est végane mais si le sel suffisait tout irait bien. Mon mari aussi a eu une carence légère.
    En fait les gens ne sont pas diagnostiqués, très peu font faire une iodurie pour vérifier, les médecins ne le proposent jamais.
    Si dès les premiers symptômes d’un dérèglement de la thyroïde on vérifiait son taux d’iode, on ne dirait plus qu’en France la carence en iode est rare. Il faut consulter un naturopathe pour bénéficier de ce sage conseil…

  3. Des aliments riche en iode ça n’existe pas vraiment car l’iode ne se maintiens pas bien à l’air donc le sel enrichi enrichis en iode c’est juste du business.

Moi aussi je donne mon avis