Les moules s’accrochent à nos assiettes

Les moules, comme les huîtres, font partie des produits de la mer préférés des Français – sans parler des Chti’s qui en consomment plusieurs tonnes pendant la Braderie de Lille. Ce petit coquillage noir a tout pour plaire : une grande richesse en vitamines et minéraux, un goût de noisette unique, et peu de calories. L’automne est la saison idéale pour les déguster.

Rédigé par Emma, le 5 Sep 2017, à 14 h 36 min

Sous les deux coquilles noires se cache un petit mollusque jaune frangé de noir qui pourrait être considéré comme l’or de la mer. Car les avantages nutritionnels de manger des moules sont nombreux, dont celui d’être antioxydant.

Un mollusque antioxydant

Les moules, comme les pétoncles sont toujours “de très bon choix écologiques”, en plus d’être riches en protéines et pauvres en graisse et en sucre.

1- Une haute densité nutritionnelle

Elles contiennent beaucoup de nutriments sans apporter beaucoup de calories (ou d’énergie) : seulement 114 kcal/100 g. C’est exactement le contraire d’une chips, par exemple, qui contient beaucoup de calories (550 kcal/100 g), et peu de nutriments… L’une des explications de ce fait tient sur la teneur en lipides :  les moules contiennent à peine 2 % de lipides, contre 36 % pour les chips…

moules

Moules fraiches © Fogey

2- Une bonne source de protéines

Avec 17 g/100 g de protéines, les moules en apportent autant que la moyenne des poissons (la moyenne des viandes atteint les 20 g/100 g).

3- Des taux en minéraux et oligo-éléments très élevés

C’est l’un des coquillages les plus riches, en effet.

En minéraux

Surtout du potassium et du magnésium

  • potassium : 187 mg/100 g, soit entre 48 % et 32 % des ANC. Le potassium favorise le drainage en activant la fonction rénale. 
  • magnésium  : 79 mg/100 g, soit 22 % des apports nutritionnels conseillés (ANC) pour un adulte (toutes les ANC sont données pour des adultes).
  • phosphore : 192 mg/100 g, soit 25 % des ANC
  • calcium : 69 mg/100 g, soit 7 % des ANC
  • sodium : 376 mg/100g, soit 6 % des ANC

En oligo-éléments

Tels que le sélénium, le fer et l’iode

  • sélénium : 58 µg/100 g, soit 90 % des l’apport conseillé par jour pour un adulte. Le sélénium est un oligo-élément anti-oxydant. Les moules en sont une source exceptionnelle !
  • fer : 5,4 µg/100 g, soit 50 % des ANC pour les hommes et 33 % des ANC pour les femmes. Cette source de fer héminique (c’est-à-dire très assimilable puisque c’est une source animale), est très intéressante pour ceux qui mangent peu de viandes, surtout des viandes rouges. À titre de comparaison, le pigeon est la seule volaille qui contienne autant de fer que les moules.
  • iode : 195 µg/100 g, soit 130 % des apports journaliers recommandés.
  • zinc : 2,88 µg/100 g, soit 24 % des ANC pour une femme, et 20 % pour un homme.

 4- Des vitamines variées

Ce sont surtout les vitamines du groupe B qui sont bien représentées :

  • la B9 (37 µg/100 g, soit 9 % des ANC
  • et surtout la B12 (18 µg/100 g), soit 7 fois l’apport conseillé en vitamine B12

Parmi les vitamines liposolubles, c’est la vitamine E, antioxydante, qui a des taux intéressants (2,4 mg/100 g), soit 20 % des ANC.

Autre source d’antioxydant : la vitamine A, sous forme de rétinol (82 µg/100 g), soit 11 % des apports recommandés pour un homme et 13 % pour une femme.

Le bilan nutritionnel est donc tout à fait satisfaisant pour ce coquillage petit mais costaud !

Lire page suivante : comment les manger ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Il me semble que les fruits de mer sont très surveillés au point de vue sanitaire, et qu’on doit pouvoir en trouver qui ne soient pas, ou très peu, pollués. Quant à l’accompagnement idéal, je mange du riz pilaf, revenu à l’huile d’olive, puis assaisonné de sel de mer iodé, de poivre noir, de curcuma antioxydant, et de badiane, pour la fraîcheur, puis arrosé d’eau (quantité double, juste pour que le riz absorbe toute l’eau – moment auquel on arrête la cuisson).

  2. votre article vient à l’encontre d’un autre il y a quelques semaines qui démontrait que les moules sont les réceptacles de toutes les “cochonneries” de la mer !! Alors que croire , avez vous été approchés et menacés par les producteurs de moules ??

  3. Bonjour, et vous les mangez avec quoi comme accompagnement? Parce que vous nous dites que c’est super à manger. qu’il y a peu de lipides..
    mais moi à part les frites, je ne vois pas avec quoi les manger et la le bilan nutritionnel n’est plus le même!!

  4. Les moules agissent comme de filtres : toute la pollution marine s’y concentre. Une bonne raison pour éviter les moules.
    Protéines : on en consomme beaucoup trop, c’est urgent de les réduire. Une autre raison pour éviter les moules.
    Fer : le fer héminique est directement lié à plusieurs types de cancer. Encore une raison pour éviter les mouves.
    Potassium, magnésium, acide folique, vitamine E : il y en a bien plus chez les végétaux.
    Rétinol : ça peux être toxique à haute dose, au contraire du bêta-carotène.
    Alors, de tout votre discours il ne reste pratiquement rien. Moules? Non, merci!

  5. Dans un article précédent, on découvrait que les moules ingéraient de fines particules de plastique, alors , les moules sont bonnes ou mauvaises pour la santé?

  6. Petite coquille (normal dans un article sur les moules) dans le texte du paragraphe 2 “Une bonne source de protéines”.
    Il faut remplacer Kcal par g dans “la moyenne des viandes atteint les 20 g/100 g).”

Moi aussi je donne mon avis