Gaspillage alimentaire : 7 fois plus que l’aide au développement

Rédigé par Jean-Marie, le 26 Nov 2013, à 18 h 36 min

Les chiffres sur le gaspillage alimentaire, en France, en Europe et dans le monde n’en finissent pas de nous étonner : le dernier en date va compléter ceux qu’on connaissait déjà sur le volume de nourriture gaspillés.

990 milliards de dollars de gaspillage alimentaire

Combien d’aliments gaspillés dans le monde  ?

gaspillage alimentaireOn savait déjà que 1 300 000 000 000 kilos de nourriture sont jetés ou perdus dans le monde chaque année.

On sait maintenant combien cela représente en termes économiques :

990 000 000 000 dollars de valeur alimentaire gaspillée / an

Selon le UN Food and Agriculture Organisation (FAO) éviter le gaspillage alimentaire et les pertes de nourriture représentent donc  $990 milliards par an.1

Ce gaspillage de nourriture représente donc approximativement 7 fois le montant consacré à l’aide au développement dans le monde en  2011/2012 – soit environ $134 milliards. 2 Par comparaison le budget annuel de la Belgique n’est “que” de $266 milliards en 2012.3 

Qui jette ?

point-exclamatiion Ne serait-ce qu’au sein des pays industrialisés, le montant de l’alimentation jeté tout en étant toujours consommable représente environ  680 milliards de dollars.  Dans les pays en voie de développement, les pertes de nourriture représentent environ 310 mds $.4

En Allemagne, environ 80 kg de nourriture par habitant sont jetés chaque année, soit l’équivalent de  6.6 million de m3 ou encore 25 milliards d’euros !5

Que représente le gaspillage alimentaire dans le monde ?

chiffres stats gaspillage alimentaire

Selon une analyse menée en 2011 par la FAO, on estime que la quantité de gaspillage alimentaire dans le monde s’élève à 1,3 milliard de tonnes par an, 1 300 000 000 000 kilos par an soit environ un tiers de la production totale de denrées alimentaires destinée à la consommation humaine

 

Gaspillage 1Au niveau mondial, 1/4 de la nourriture produite est jetée sans avoir été consommée. Des chiffres choquants lorsque l’on sait que 13 % de la population mondiale souffre de sous-alimentation.

 Une autre étude (Smil, 2010) indique que 43 % seulement des produits cultivés mondialement dans un but alimentaire sont directement consommés par les humains.

 

*

Je réagis

Pour en savoir plus sur le gaspillage alimentaire :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

15 commentaires Donnez votre avis
  1. 43% des biens produits sont consommés et en même temps on nous bassine qu’il est nécessaire de produire plus pour justifier les pesticides, les OGM ….Quel insupportable gachis et quelle insupportable certitude d’être manipulée par la “bétise humaine”.C’est gravissime!

  2. Quand j’entends parler de gaspillage, tout comme vous ça me révolte.
    Encore plus depuis que j’ai vu le film SUPER TRASH de Martin Esposito,
    si
    Ce film documentaire traite de la gestion de nos déchets en France, mais pas seulement ce que nous jetons à la poubelle … Pour en revenir au sujet du gaspillage alimentaire, on y trouve de la nourriture tout droit sortie des chambres froides … C’est juste une aberration de voir que le fric peut tout pourrir quand on voit tous les efforts que chacun réalise au quotidien !!!

  3. C’est toujours affligeant d’apprendre que l’on laisse les gens crever de faim par choix économique et politique.
    Par ailleurs j’aimerais bien savoir quelle est la part de viande dans tout ce gaspillage. J’imagine tous ces animaux élevés dans les pires conditions, toute cette violence et ces vies de souffrance dont le but est de finir à la poubelle.
    On met en avant le gaspillage économique, mais le problème est surtout le gaspillage éthique. L’humanité a disparu derrière les chiffres.

  4. Hélas, ce n’est pas nouveau, mais il est bon de diffuser ces chiffres,montrant l’impact de notre gâchis, même si beaucoup, et pour encore longtemps, ne changeront pas leurs mauvaises habitudes. Par exemple, ce matin, je trouve dans une poubelle collective 1/2 baguette et un sachet non ouvert contenant de la salade (la liste n’est pas exhaustive).

  5. J’ai 63 ans, je n’ai jamais eu faim ou froid, mais toute petite mes parents m’ont éduqué à ne pas gâcher, ne pas jeter, à donner aux nécessiteux les vêtements trop petits ou dont on s’est lassé. Hier j’ai éduqué mes filles dans cet esprit et aujourd’hui je transmets ce même message à mes petits enfants. Enfant à la cantine je faisais observer à mes petites camarades qu’elles devaient finir leur assiette.
    Tout ce gâchis me révolte et les images vues à Capital dernièrement me font hurler.
    Ce gâchis alimentaire est initié par la grande distribution avec le 3 pour 2. La belle aubaine, non je l’ai toujours refusée car au finish je gagne du pouvoir d’achat. Je fais une liste de courses pour une consommation suivant les produits pour 8, 15 jours ou un mois et je m’y tiens.
    La publicité elle aussi harcèle le consommateur et l’invite au gaspillage.
    Il faut éduquer, instruire mais la route est encore longue avant d’arriver à éradiquer le gaspillage.
    A propos les 29 et 30 novembre une collecte est organisée par la banque alimentaire devant les hypers.

    • Vous avez tout à fait raison. Au lieu de nous passer des âneries à la télé, ils feraient bien d’éduquer les français à ne pas gaspiller.

  6. Le changement commence par ce qui se passe chez nous, dans nos assiettes et grâce à ce que nous inculquons à nos enfants.

  7. On jette, on dirait que cela vise les particuliers. Nous avons vu a le tv, la semaine passé, les dons que font le grande surface ( a la place de dire jeter) aux associations, qui n’on pas de souci a se faire.
    Le particulier jette, et oui, lui aussi, moi aussi. Premier motif les produits n’ont aucune saveur, les restes sont immangeables, alors ils font du terreau, ou vont aux incinérateurs.
    Même dans les magasins, nouvelles génération, sans ceci ou cela, sont pas toujours savoureux. Je me console, en disant, qu’avec la chimie on est tellement drogué, que les gouts des produits, nous sont devenus, sans gouts. Les viandes ou certaines viandes sont génétiquement transformés. Les fruits, légumes, fromages dont je me pose comment peuvent -ils mettre autant de différents marques et en très grande quantités dans tous les grandes surfaces, et petites aussi et peut-être
    les détaillants épiciers, fromagers..etc avec un espoir que je me plante.
    Je l’espère de tout mon cœur, dans cette douce France et sa douce descendance, de gourmandise. Mais l’agro-alimentaire, veille, veille, dans le bon sens, c’est encore a se poser des questions, dans le bons sens je me le demande, mais ne le crois pas.

  8. Certes Marie a raison, mais tout est lié… Qui d’entres nous achète des produits frais dont la date de péremption approche à grand pas, disons 2 à 3 jours plus tard ? Vous allez plutôt choisir une date plus éloignée. Regardez pour les volailles, même si on sait que l’on mangera un poulet le lendemain, on va choisir un poulet avec une date de péremption éloignée parce qu’on aura l’impression de plus de “fraicheur”. C’est un comportement irrationnel qui conduit les magasins à jeter ces volailles une fois la date de péremption passée, alors même que ces produits sont encore bon à consommer !! Idem pour les yaourts, les fromages, etc… La réglementation au niveau des dates limite de consommation devrait changer et les mentalités devraient évoluer à ce sujet.

    • Il se trouve justement que dans ma petite surface bio en bas de ma rue, ils ont un coin où ils mettent tous les produits arrivés à échéance de DLC (DLV serait plus juste d’ailleurs, je n’ai jamais été malade en mangeant une date dépassée de 8 jours) avec une réduc. Ce n’est pas la réduc qui m’intéresse mais le fait de les rassembler au même endroit, est une excellente initiative, j’y jette toujours un œil pour savoir ce que je peux prendre, sachant qu’ainsi, ce ne sera pas jeté mais agréablement stocké dans mon estomac ^^

  9. moi ce que je trouve repugnant c est toute la nourriture que les restaurant ,cafetéria et autre jette a la poubelle je trouve ca idnamissible. pour moi il faudrait a la fin de chaque service recolter la nourriture et la redistribuer ds les temps de conservation imparti aux personnes qui sont ds le besoins

    • Il faut rendre les consommateurs plus responsables, l’exemple le plus criant étant les cafétérias, il suffit de voir la nourriture qui reste dans les plateaux, exemple des morceaux de pains même pas entamés, des bouteilles d’eau minérale a peine entamées.etc…
      Ceci est d’autant plus regrettable, que dans ce type de restauration
      le consommateur a le choix de sa nourriture et des quantités.

    • J’ai eu récemment une grosse surprise en allant faire une expo dans un CE, à côté du self.
      Il y avait des consignes claires au début de la chaîne de restauration, à côté des plateaux, pour demander aux gens de ne prendre QUE ce qu’ils allaient vraiment consommer, demander à être servis de telle sorte que rien ne reste dans leur assiette, le pain était à la fin de la chaîne (pour éviter que les affamés en prennent 3 pour en jeter deux), ET, ET, ET….des consignes étaient données sur un dépliant pour appliquer les mêmes consignes A LA MAISON !!!!
      Oui, ça existe ! je peux les citer, c’était une cafétéria d’entreprise, ils s’appellent ELIOR.
      Je n’en suis pas revenue.
      Et, étant restée jusqu’au bout pour mon expo, j’ai pu constater qu’il y avait bien moins de choses restées dans les assiettes (voire rien du tout) débarrassées que dans les cafétérias que l’on voit d’habitude.
      Je tiens à signaler cette bonne initiative, car de nos jours, on râle plus qu’autre chose car il est vrai que les constats positifs sont rares !!!!!

  10. Et combien de % jeté par les usines et supermarchés eux même au lieu d’être offerts à des asso ? Cessez de faire culpabiliser les ménages moyens qui, de nos jours, font relativement attention je pense…

Moi aussi je donne mon avis