Cholestérol : une nouvelle mention sur les étiquettes à connaître

Rédigé par Emma, le 26 Sep 2014, à 10 h 09 min

Les mentions portées sur les étiquettes des produits de consommation contiennent des informations intéressantes. Surtout quand on doit choisir ses aliments en fonction d’une pathologie. C’est le cas pour l’hypercholestérolémie.

L’Union européenne vient de changer la mention des étiquettes des produits destinés aux personnes qui doivent faire baisser leur taux de cholestérol.

Des phytostérols ajoutés, mais réservés aux personnes malades

Pas de cholestérol : les phytostérols ajoutés sont inutiles !

Vous consommiez des produits avec adjonction de phytostérols, d’esters de phytostérol,  de phytostanols et d’esters de phytostanol (ex : margarine végétale, spécialité laitière), alors que vous n’avez pas d’hypercholestérolémie ?

C’est inutile, a déclaré la Commission Européenne !

En juillet 2013, elle vient de changer la mention concernant ces adjuvants sur les étiquettes des produits alimentaire qui en contiennent. La Commission estime que les personnes qui ne doivent pas surveiller leur taux de cholestérol n’ont PAS besoin de manger ces produits.

Elle a donc fait rajouter la mention : « Il est signalé que le produit n’est pas destiné aux personnes qui ne doivent pas contrôler leur cholestérolémie».

Du cholestérol : les phystostérols ajoutés sont pour vous 

Pour les personnes qui souffrent de cholestérolémie, ces produits sont bien efficaces pour participer à faire baisser le LDL cholestérol et augmenter le HD cholestérol.

La mention « Il a été démontré que les stérols végétaux et les esters de stanols végétaux abaissaient/réduisaient le  cholestérol sanguin. Une cholestérolémie élevée constitue  un facteur de risque de développement d’une maladie  cardiaque coronarienne», est toujours sur les étiquettes.

Le conseil de la diététicienne

Lisez les étiquettes ! Cette lecture fait partie de cette éducation à l’alimentation, indispensable aujourd’hui.

Cette nouvelle mention qui concerne surtout les personnes ne souffrant pas d’hypercholestérolémie est là pour nous rappeler qu’il est inutile de vouloir consommer des produits avec des ingrédients ajoutés lorsqu’ils ne répondent à aucun objectif de santé précis.

Elle fait passer le message que la prévention des risques passe par une alimentation la plus saine possible, c’est-à-dire la plus variée et avec des aliments les plus bruts possible, non transformés, sans ajouts supplémentaires de quoi que ce soit.

Quant aux personnes souffrant d’hypercholestérolémie, ces produits contenant des phytostérols peuvent être considérés comme de vrais alicaments. Ils leur sont exclusivement destinés. Avec raison.

Abonnez vous et recevez la lettre hebdo alimentationLa lettre hebdomadaire Alimentation est diffusée chaque vendredi. Il est facile de s’abonner (ou se désabonner).

(1) Règlement (UE) n° 718/2013 de la Commission du 25 juillet 2013modifiant le règlement (CE) n° 608/2004 concernant l’étiquetage des aliments et ingrédients  alimentaires avec adjonction de phytostérols, esters de phytostérol, phytostanols et/ou esters de  phytostanol.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

2 commentaires Donnez votre avis
  1. A notre époque où il y a de plus en plus de personnes ne sachant pas ou mal lire, mettre une mention comportant deux négations me semble difficile à comprendre. Lisons les étiquettes, oui, mais qu’elles soient rédigées clairement…

  2. La tendance, depuis 20 ans, a été de constamment diminuer le taux maximum de cholestérol LDL recommandé. Alors que vous étiez considéré comme normal si votre taux de cholestérol total était inférieur à 3 g, puis à 2,8 g, puis à 2,4 g/L avant les années 2000, le but actuel est d’être en-dessous de 2 g/L, et 1,6 g/L si l’on ne prend en compte que le taux de de LDL2.
    Baisser la valeur normale de taux de LDL a eu l’avantage énorme de multiplier le nombre de personnes soumises à un traitement de statines (des médicaments qui font baisser le taux de cholestérol). Des millions de personnes sont sous traitement,
    réduire le taux de LDL ne diminue pas en soi le risque d’accident cardiovasculaire, ni le risque de décès. En revanche, cela augmente le risque de dépression, de cancer, sans compter que les statines ont de très nombreux effets indésirables, dont une baisse d’énergie, des problèmes musculaires, des troubles de la mémoire, des douleurs.

    Mais tout ceci, la médecine traditionnelle ne le dit pas ou plutôt le conteste avec la plus grande vigueur … cherchez l’erreur.

Moi aussi je donne mon avis