Connaître les aliments superflus pour mieux manger

Il faut manger de tout, dit-on ! Certes, mais certains aliments sont quand même moins importants que les autres. Quels sont les aliments superflus et surtout pourquoi le sont-ils ?

Rédigé par Emma, le 2 Jan 2017, à 17 h 40 min

Le sucre et les produits sucrés : bonbons, pâtisseries, sodas, boissons sucrées…

Ce qu’ils apportent : du plaisir, certes ; la saveur sucrée est d’ailleurs la seule qui fasse sourire le tout petit bébé, mais surtout une hausse très importante et rapide de la glycémie ce que les diabétiques savent bien. Puis, vient le coup de pompe qui correspond à la baisse de la glycémie (hypoglycémie) suivant immanquablement la montée en flèche précédente.

Le sucre et les produits les sucres ont des indices glycémiques très hauts : ils n’ont pas d’effet rassasiant, ne contiennent pas de fibres, ni de nutriments intéressants pour le corps. De plus, un excès de sucre sous toutes ses formes est stocké en se transformant en graisses…

aliments superflus, sucreries, sucre

Ainsi, si le plaisir est dans la tête, le corps fait des montagnes russes par le biais de la glycémie ! Voilà pourquoi les produits sucrés ne sont pas utiles d’un point de vue nutritionnel et peuvent même être supprimés. Nos ancêtres n’avaient d’ailleurs aucune source de produits sucrés… avant de découvrir le miel.

Que manger à la place : des produits sans sucre ajouté, soit des fruits ! Ainsi que les produits à indice glycémique bas comme les féculents, les céréales complètes, et les légumineuses, selon la cuisson.

Les aliments gras salés ou sucrés : charcuteries, fritures, panés, chips, biscuits, viennoiseries…

Ce qu’ils apportent :  la palatabilité des aliments (le fait d’avoir une texture plaisante en bouche), en particulier pour les aliments gras et sucrés, effectivement très agréables à manger, et donc presque addictifs.

Mais leurs effets sont pervers : une étude américaine(2) montre que l’élévation du poids des Américains est liée à 97 % à la consommation d’aliments gras et sucrés, par augmentation des apports caloriques qu’ils induisent. En plus de faire grossir s’ils sont consommés en excès, ils augmentent les risques de maladies cardio-vasculaire et métaboliques.

aliments superflus, frites, friture

Un bain d’huile pour les pommes de terre qui fait des ravages © Petoranong Shutterstock

Les produits gras salés et gras sucrés font surtout partie des aliments transformés et sont souvent issus de l’industrie agro-alimentaire. Ils ne sont pas utiles de point de vue nutritionnel.

Que manger à  la place : des graisses visibles de bonne qualité et à dose mesurées (30 g/ personne/jour, soit 3 cuillères à soupe). Il s’agit des huiles, mais aussi du beurre et de la crème fraîche, avec une nette préférence pour les huiles, qu’il faut varier au maximum. Elles apportent les oméga-3 indispensables et des oméga-6.

Le sel

Ce qu’il apporte : il rehausse les goûts, masque les saveurs et donne du relief au plat. L’industrie agro-alimentaire l’utilise beaucoup pour ces avantages. Résultat, on en trouve partout : charcuteries, graines oléagineuses pour l’apéritif, plats cuisinés, fromages, etc. Il y en a trop  ! Le corps a besoin de sel, mais en quantités raisonnables et ses méfaits sont pourtant connus.

aliments superflus, sel

Attention aux excès de sel © Karpenkov Denis Shutterstock

Que manger à la place : il faut surtout ne pas rajouter de sel à table, et le moins possible pendant la cuisson.

L’alcool

Ce qu’il apporte : un soi-disant bien-être. Mais l’absorbsion d’alcool se traduit physiologiquement par plusieurs phénomènes délétères  : une déshydratation, une hypoglycémie, une perte passagère d’attention voire des facultés mentales si la consommation est excessive en une fois. Bref, les méfaits de l’alcool ne sont plus à expliciter.

Que boire à la place : de l’eau, de l’eau, de l’eau… Rien de tel que le château Lapompe, première pierre de la pyramide alimentaire.

Les conseils de la diététicienne

Certes ces aliments sont à éviter le plus possible. Mais ils ne sont pas à supprimer s’ils procurent vraiment un plaisir alimentaire. Ne tombons pas dans les affres des régimes qui découpent l’alimentation en aliments « bons » ou « pas bons » !

Si ces aliments font plaisir, autant les consommer de temps en temps, en les dégustant, doucement, en petites quantités. Se faire plaisir de cette façon  est aussi le secret d’une alimentation équilibrée !

Abonnez vous et recevez la lettre hebdo alimentationPour apprendre à « manger mieux », la lettre hebdomadaire Alimentation de notre diététicienne-nutritionniste est diffusée chaque vendredi. Il est facile de s’abonner (ou se désabonner) 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

9 commentaires Donnez votre avis
  1. Je suis surprise que votre article ne mentionne pas le lait, aliment superflu par excellence. Les problèmes liés à l’ostéoporose, au diabète et à certaines tumeurs cancéreuses lui sont directement imputés et je pense qu’il est important que des sources d’informations alternatives et responsables, dont votre site fait partie, commencent à s’intéresser à ce sujet quasi tabou qu’est le mythe des produits laitiers.

    • À Laurene- Votre discours sur le lait serait intéressant s’il était argumenté et si vous citiez vos sources. Je les lirais volontiers. Merci

  2. Je rejoins thé sur le principe ! Moins de glucide surtout les plus transformés, des fruits et légumes à volontés, peu de céréales et légumineuses. De très bonnes sources de lipides et de protéines, le régime de nos ancêtre il y a quelques milliers d’années semble encore adapté à notre époque. En tout cas garder à l’esprit, que moins c est transformé mieux c’est!

  3. Reprendre les « conseils » nutritionnels du PNNS permet à tout média de rester dans les rails du dogme de la pensée unique. Mais hélas ces conseils pêchent par le fait qu’ils sont trop « généralistes » et trop superficiels, pour ne pas dire franchement faux !
    Décomposer les besoins du corps humain en trois catégories seulement d’aliments (glucides, lipides, protides)dénote une méconnaissance totale et absolue du fonctionnement de l’organisme humain.
    Ne donne QUE cela, et surtout dans les proportions recommandées, va faire aller droit dans le mur, et exposer à de graves problèmes celui ou celle qui va s’y risquer.
    Bonne lecture et bon appétit !

  4. Des fruits à prendre le matin avec jus de citron et une rasade d’huile de noix plus quelques graines de sésame, lin, tournesol broyées. Selon la saison : en hiver, banane, kiwi, orange ; en été fraises, pêches, abricots … et si possible sans pesticides. A retenir : jamais de fruits après un repas, toujours avant et vous verrez que les enfants réclament souvent les fruits avant les repas, dont acte ! ne les refusez pas et faites de même : NON, ça ne coupe pas l’appétit ::

  5. Les féculents et légumineuses apportent aussi des protéïnes de qualité.
    Au petit déjeûner, il faut bannir céréales et autres viennoiseries et pain grillé acheté.Nous mangeons du pain de bonne qualité que nous grillons nous-mêmes et pas de beurre ni confiture dessus ,un peu de miel.
    A midi, une tranche de pain coupée à l’avance pour gérer et idem le soir MAIS les légumineuses et les pâtes , cuites à l’eau salée modérement et consommées sans apport de graisses ou une très petite cuillère d’huile d’olive, sont très digestes et moins caloriques et évitent la sensation de faim donc le grignotage.
    Vous faites des pommes de terre Charlotte, en robe des champs, quelques grains de fleur de sel et une cuillérée à café d’huile d’olive , c’est succulent…Tout est dans la qualité et la préparation des féculents!Vous faites vous-même votre sauce tomate: une cuillère à soupe d’huile d’olives, un oignon qui rissole, trois ou quatre tomates(avec peau et pépins) que vous coupez en gros morceaux et vous ajoutez ail, herbes de Provence, basilic , curcuma, c’est vite cuit et pas d’ajouts de sucre ,ni sel.Vous faites cuire vos pâtes avec un peu de sel et vous mélangez avec la sauce faite maison , vous saupoudrez très légèrement de parmesan, c’est un régal!Cette sauce peut servir pour tous légumes:endives, pommes de terre à l’eau, haricots verts, petits pois, carottes etc…

    Annie

  6. Votre article est très intéressant, mais en annonçant le titre « les aliments qu’il faut éviter » et en mettant en 1er sous-titre avec photo « les légumineuses » une confusion est possible…

  7. Trop de glucides, il faut ralentir les féculents céréales et cie générateur de trop d’insuline, le manque d’exercices physiques de la plupart de la population transforme ces glucides céréaliers et autres en gras, manger plus de protéines de bonne qualité (bio) fruits et légumes de saison et de qualité et des bonnes lipides ( huile d’olive, coco etc ) de bonne qualité, les céréales légumineuses féculents ( pain, patates, céréales petit dej, lentilles etc ) doivent être minimes en quantité très minime, arrêtons avec ces messages à la con, x pourcentages de telle ou telle choses c’est n’importe quoi

  8. il me semble que les apports conseillés en lipides sont maintenant de 35-40% et non plus 30-35%

Moi aussi je donne mon avis