La chute du régime : pourquoi cette faim de régime ?

Rédigé par Catherine Grangeard, le 13 Dec 2012, à 16 h 02 min

consoGlobe vous présente aujourd’hui un dossier original sur la question du régime. Trois volets articulent la démonstration de la psychanalyste Catherine Grangeard.

Comprendre ce qui fait le succès des régimes sera notre fil conducteur.

Savez-vous que Dukan est numéro un des ventes en librairie ? Connaissez-vous les chiffres du marché de la minceur ? C’est énorme. Il est indispensable de saisir les mécanismes qui portent ceci et cela. On ne peut se contenter de le regretter.

LA CHUTE DU RÉGIME

Il était une fois….

Pourquoi voulez-vous vous mettre au régime ?

– Pour perdre du poids.

– Ça ne marche pas.

– Docteur, comprenez-moi bien, je n’en peux plus, je veux maigrir. Il faut que ça cesse.

– Je ne dis pas que vous ne devez pas perdre du poids. Je vous dis que le moyen envisagé, se mettre au régime comme vous dites, ne sert à rien. Enfin à rien, je ne sais pas. Mais pas à perdre durablement du poids.

– Comment ça, que voulez-vous dire, docteur ?

– Vous savez qu’aucun des régimes actuels ne sert à perdre durablement du poids.

– Oh oui, je le sais, par expérience ! Je l’ai lu aussi, effectivement. Stabiliser est
difficile pour les gens comme moi. J’ai lu aussi que certains régimes sont dangereux.
C’est pour cela que je m’adresse à vous, docteur, et que je ne fais pas n’importe quoi
dans mon coin, sur internet.

– Alors, pas de régime !

– Mais, docteur, que vais-je devenir ? Je dois perdre du poids, vous le dites aussi.

– Dites-moi pourquoi, dans votre tête, perdre du poids est synonyme de régime ?

– C’est une évidence ! Soit je me prive, soit je mange à ma guise. Si je me prive, je suis au
régime. Si je fais comme je l’entends, vous voyez le résultat ! Comme je n’aime pas me priver, chaque fois, ça ne dure pas éternellement. Mais, voyez-vous, je ne prends aucun plaisir avec les menus-minceur, ça ne me satisfait pas comme une bonne sauce au beurre, un dessert crémeux, toutes ces choses qui ne me réussissent pas… J’aime la sensation d’avoir l’estomac bien rempli. C’est pour cela que j’alterne moments raisonnables et d’autres, agréables. C’est pour cela que sur la durée, ça ne fonctionne pas. Soit les gens trouvent du plaisir à manger, soit c’est pas leur truc. Ceux-là n’ont pas mon problème, ils peuvent faire ce qui est conseillé dans les manuels diététiques. Comment moi je peux faire, docteur ?

– Actuellement ceux qui font un régime reprennent plus de poids qu’ils en ont perdu, c’est
comme ça que le corps se défend des famines qui lui sont imposées pour toutes sortes de
raisons. Après, ils sont malheureux parce que tous ces efforts pour rien, tous ces échecs, ce
n’est pas joyeux. Le but est d’arriver à faire attention à soi et adopter l’hygiène de vie qui
vous convient.

– Je sais. Mais comment faire ? Comment pourrai-je me changer ?”

Ce dialogue imaginaire avec le médecin généraliste vous rappelle-t-il quelque chose ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Catherine est psychologue et psychanalyste, membre de réseaux de prise en charge de personnes obèses, enfants adolescents et par ailleurs est attachée à...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. Selon moi, l’activité physique est la plus à même de nous faire perdre du poids. On peut manger steak frite tous les jours et ne rien prendre parcequ’on fait un footing régulier !
    Bon avec cette méthode, on aura des carences c’est clair mais d’après moi, il faut faire du sport et manger raisonnablement en se faisant plaisir en associant systématiquement légumes-féculents-protéines

  2. Déjà, limiter au max les sucres raffinés ; et puis ne pas accompagner de pain des plats comprenant des pâtes, pomme de terre (frites), riz ou autre céréales…

    Le problème n’est pas la graisse mais le sucre !

  3. Pour ma part, j’ai perdu 10 kg en rééquilibrant mes repas : 1 entrée + 1 plat + 1 dessert. Avant, je ne faisais qu’un plat unique et je me resservais (1 voire 2 fois). Le fait de manger mon entrée m’oblige à manger moins vite. Cela fait maintenant 15 mois et je suis stabilisée. Je ne sais pas au bout de combien de temps il faut considérer que c’est gagné. J’ai encore parfois des “pulsions”, quand autour de moins, tous mangent chocolat ou bonbons. Le problème est : quand je commence, je ne sais pas m’arrêter… pour ça, j’aimerais une solution, un conseil…
    Autre chose : quelques séances de sport dans la semaine (avant sur Direct 8, il y avait Gym Direct, heureusement que j’ai quelques enregistrements), qui me permettent de me raffermir aussi. Et voilà !

  4. oui tout à fait et quand on voit que les gens sont prêts à croire n’importe quoi (comme Dukan, duc…) on se dit qu’il faut diffuser une parole plus raisonnable. Merci consoglobe

  5. Mon jules et moi avons fait régime pendant 2 mois et demi: basses calories,,très peu de graisses et d’hydrates de carbone. Cependant, nous nous sommes permis des écarts,un pot le vendredi et un peu de vin le soir. Maintenant, nous faisons encore attention,mais nous revenons plus ou moins à la normale car nous partons en vacances. Il a perdu 10 kgs et moi 6(j’avais moins à perdre que lui) mais nous sommes encore en léger surpoids. Je tiens à dire que nous n’avons pas souffert car il est possible de manger léger et bon. Il est vrai aussi que ça fait plaisir de se “surpasser” un peu…Salut à tous

  6. Diététicienne en cabinet libéral depuis 12 ans, je constate au quotidien les dégâts physiologiques et psychologiques des régimes FARFELUS auprès des patients. Le miracle n’existe pas. Arrêtons le massacre, et Apprenons à remanger correctement pour se faire du bien au corps. Quand le corps va bien, la tête va bien.
    A. THOMAS- ESCOURBIAC
    MAntes la jolie

    • Je suppose que c’est ce que nous avons fait sans se préoccuper des gourous de la diététique.

Moi aussi je donne mon avis