Alimentation crue : pourquoi faudrait-il davantage manger cru ?

La meilleure manière de consommer les aliments ? Manger cru ! Découvrez pourquoi et comment privilégier le cru à toutes les sauces.

Rédigé par Consoglobe, le 8 Sep 2019, à 11 h 00 min

Les recherches sur l’alimentation crue

Avant la découverte du feu, il y a 450.000 ans, nos ancêtres consommaient tous leurs aliments crus. La cuisson des aliments a néanmoins permis aux hommes préhistoriques de consommer plus d’aliments énergétiques, de passer moins de temps à digérer leurs aliments, ce qui leur a permis finalement de développer leurs facultés intellectuelles.

Aujourd’hui, l’alimentation ne tient plus de la survie et nous avons besoin de moins de calories que nos ancêtres : nous pouvons donc réadapter l’alimentation crue à nos modes de vies.

La cuisson des aliments : progrès ou danger ?

À la fin du XIXe siècle, le suisse Max Bircher-Benner, a découvert par hasard les effets étonnants de la pomme crue. C‘est alors que son quasi contemporain Max Gerson, médecin d’Albert Schweitzer, qui souffrait de violentes migraines, a été le premier à étudier les pouvoirs thérapeutiques considérables des fruits et légumes crus.

Puis, Guy-Claude Burger, physicien suisse, atteint d’un cancer à l’âge de 26 ans, a mis à jour en 1964 les mécanismes d’autorégulation de l’organisme humain grâce aux aliments crus.

Les jus frais, indispensables pour l’alimentation crue © photka

Le dentiste américain Weston A. Price, qui, en parcourant le monde dans les années 1920-1940, a étudié la formation des dents et des os des sociétés primitives, puis en examinant et en comparant leurs habitudes alimentaires, en a conclu de façon radicale que les aliments transformés étaient dangereux pour la santé humaine.

Enfin, le philosophe français Edmond Bordeaux Szekely a découvert, lors de recherches dans les archives du Vatican, des écrits sur les Esséniens et leurs préceptes mettant l’accent sur les aliments crus pour préserver une bonne santé.

Le cru, un sujet longtemps controversé

Les travaux de ces auteurs, trop décalés avec leur époque, sont longtemps restés dans l’ombre. Pourtant les recherches scientifiques n’ont jamais cessé tout au long du XXe siècle de confirmer tant les méfaits de l’alimentation transformée que les bienfaits des aliments crus.

Vers 1940, Pottenger a comparé l’état sanitaire de deux élevages de chats, l’un nourri de viande crue, l’autre nourri de viandes cuites et a constaté que ces derniers souffraient des maladies de dégénérescence qui touchent fréquemment les humains. 

Au début du XXe siècle, le professeur Werner Kollath a découvert, grâce à des expériences sur les animaux que, si l’alimentation transformée et raffinée permettait de maintenir en vie, elle ne pouvait pas la conserver longtemps et en bonne santé. Il a montré que les animaux nourris avec des aliments transformés grandissaient correctement sans manifester de déficiences en vitamines mais tombaient rapidement malades à l’age adulte et mouraient précocément.

Les effets néfastes de la cuisson

En 2003, la commission européenne a lancé le projet HEATOX, premier grand programme de recherche sur les effets de la cuisson. Le bilan après 5 ans de recherche se révèle alarmant. Non seulement la présence et la toxicité de l’acrylamide (produit utilisé dans l’industrie des plastiques) sont constatées mais elle n’est pas la seule molécule néfaste engendrée par la cuisson.

Et les sashimi, ça marche aussi ? © Kongsak

En 1912, Maillard a mis en évidence la présence de molécules nouvelles créées par la cuisson. Il en a compté plus de 150 lors de la cuisson de la pomme de terre. Aujourd’hui on sait que ces molécules, appelées AGE pour Advanced Glycation Endproduct, provoquent le vieillissement prématuré des tissus, nuisent au renouvellement cellulaire, aux vaisseaux sanguins, entretiennent les inflammations et sont responsables de nombreuses autres affections.

On pourrait continuer de manière indéfinie ce florilège sans obtenir l’exhaustivité des preuves accumulées sur la nocivité de l’alimentation cuite et la supériorité évidente des aliments crus pour entretenir et conserver une bonne santé.

Lire page suivante : les crudivores ou le culte du cru

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




5 commentaires Donnez votre avis
  1. Tout à fait d’accord pour tout ce qui est produit sans aucun pesticide, herbicide, fongicide et sans aucun engrais chimique des sols……. sans cela vous vous empoisonnez en mangeant ce que vous croyez BON POUR LA SANTÉ !!!

  2. Bonjour;
    Merci pour cet article.
    Si vous avez la liste je suis preneur. Merci

  3. J’aimerai avoir une liste de tous ceux qu’il faut manger que c’est très bon pour ma santé qui évite beaucoup de maladies .
    Merci Rani

    • Tous les fruits et les légumes sont très bons pour la santé, mais il ne faut pas faire mal aux autres, donc pas d’aliments d’origine animale

  4. Un bon résumé de ce qui est bon pour la santé dans les aliments. Un autre bon site traitant le même sujet : bienfaits-aliments.fr

Moi aussi je donne mon avis