Une banane vraiment bio pour bientôt

Rédigé par Consoglobe, le 26 Feb 2008, à 18 h 18 min

L’agriculture industrielle a fait le lit de l’agriculture biologique du fait de ses excès. La banane bio des Antilles est un bon exemple. Le chlordécone est un pesticide aujourd’hui interdit qui a été largement utilisé dans les Antilles où il a fait des ravages.

La banane bio polluée par les pesticides

Depuis 50 ans, la culture de la banane est devenue une monoculture industrielle et a fait de la banane le fruit le plus exporté au monde avec 13 millions de tonnes de bananes. Pourtant, la culture et les plantations de
bananes sont dénoncées par de nombreuses ONG à travers le monde pour leurs pratiques sociales, agricoles et environnementales souvent contestables.

Les trois quarts du marché mondial de la banane sont contrôlés par 5 multinationales. Ces producteurs industriels de bananes maîtrisent leurs propres bananeraies, leur propre flotte de bateaux… Des petits producteurs indépendants, essentiellement en Amérique du Sud, appelés « bananes dollar », approvisionnent ces multinationales de la banane
dans un rapport de force défavorable.

Largement employé dans le cadre des plantations de bananes, le chlordécone a empoisonné les sols et les eaux des départements d’outre-mer, Guadeloupe et Martinique, et a fait l’objet d’une violente polémique.

Le chlordécone est un produit antiparasitaire qui a longtemps été utilisé en Martinique et en Guadeloupe pour lutter contre le charançon du bananier.Plusieurs études scientifiques ont été chargées d’évaluer les impacts de cet insecticide sur l’environnement.

 

Le PRAM, Pôle de recherche agro-environnementale, en Martinique, essaie de mettre au point une variété de banane qui serait naturellement plus résistante aux parasites avec une bonne productivité.

Des « vitroplants » sont élaborés en métropole puis plantés dans les Antilles où ils nécessitent moins de pesticides que les plants traditionnnels.

La banane des Antilles sera plus écologique

 

Banane bio, banane de Guadeloupe Martinique, produits bio 

Les planteurs de bananes protègent leurs plants des insectes en entourant les régimes de bananes de sac plastiques bleus (car le bleu favorise le mûrissement) ; ce qui a l’inconvénient de créer des déchets.

Pour diminuer ces déchets, 2 pistes sont envisagées : tout d’abord, l’utilisation de plants de banane naturellement résistants aux nuisibles. Seconde piste, l’utilisation de sacs biodégradables à base d’amidon.

Afin de conciclier productivité et qualité écologique, le Pram teste des plantes « assainissantes » qui ont pour qualité de protéger les plants de banane au pied desquels elles sont plantées.

Ces boucliers écologiques permettent ainsi d’utiliser dans les plantations de bananes moins de pesticides ou d’insecticides, notamment du chlordécone aujourd’hui interdit.

 

Banane bio, bananes bio, banane Martinique Guadeloupe, agriculture bio 

Banane et banane Bio – Le saviez-vous ?

  • Le bananier n’est pas un arbre mais une herbe, une herbe géante de 10 mètres de haut.
  • La banane a été le premier produit frais a bénéficier du label « commerce équitable ». La filière de la banane équitable a pour avantage notable d’offrir de meilleures conditions sociales à des travailleurs d’habitude soumis à des conditions difficiles.
  • La banane est un secteur d’emploi primordial dans de nombreux pays en développement : 400 000 personnes en Équateur par exemple.

Toutefois, la banane équitable et bio a du mal à percer sur le marché français alors qu’en Suisse la banane équitable représente la moitié des ventes.

Banane et banane bio – Repères

  • La banane bio est un aliment riche en glucides qui contient moins de 5 % de lipides.
  • La banane bio est riche en fibres (2 %), en vitamines B6 et B9 et en vitamine C.
  • La banane bio est riche en potassium (385 mg), en magnésium (30mg) et en fer (0,4 mg).
  • La banane bio est riche en énergie avec 90 kcal/100 g).

Lire également au sujet de la banane bio

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



8 commentaires Donnez votre avis
  1. Le dernier commentaire date de 2013. L’article n’est donc pas récent. Des changements sont intervenus depuis dans d’autres plantations. Il y a la banane BIO de la République Dominicaine que je peux acheter près de chez moi… donc les Antilles, la Guadeloupe j’ignore ! Elle est certifiée par 2 organismes sur son emballage.

  2. pour lutter contre la cercosporiose ALGIFOL est efficace et naturel a base d’algues marine

  3. le banane j’en mange toutes les jours pour moi en tant que habitant d’un ile tropicale je vous assure que c’est un délice et ma grande mère cuisine ceci en différentes façons et l’un des façons que j’adore c’est quand c’est mélanger avec des boulettes de viande oummm c’est un vrais régal vive les bananes !!!!!!!!

  4. Il est bon d’introduire cet argument mais,le plus important est de savoir si le cout de vie pourra supporter avec l’effet de serre qui prend une autre tournure?

  5. je n’arrive pas a croire comment on peut encore a acheter des bananes qui ne soient pas bio . il me semble évident que lorsque on achète du conventionnel on cautionne cette agriculture si destructrice si peu respectueuse de l’homme et de la terre .

  6. salut est ce que la banane est bon pour le devellopement durable ?

  7. la banane bio pour bientôt oui mais pas aux ANTILLES!!!

    Un trés grand nombre de pesticides sont utilisés en Guadeloupe et en Martinique pour la culture de la banane. Certain sont utilisés dans la plus grande illégalité comme le chlordécone, un anti-parasitaire de la famille des organochlorés (pourtant interdit en 1990 par le gouvernement français)(1)Le chlordécone reste dans les sols pendant plus de cent ans (c’est ce que l’on appelle l’effet rémanent). En culture biologique les sols ne doivent recevoir aucun produit chimique de synthèse durant un minimum de 5 ans afin d’assainir le sol . Avec ce genre de produit a forte rémanence le sol ne sera donc pas du tout sain au bout d’un si court laps de temps . Le bananier continuera donc a pomper dans le sol le produit chimique dangereux qui y est restés et cela durant plusieurs générations.
    Comme autre produit chimique très dangereux il y a aussi le paraquat ( herbicide) que le ministre BARNIER vient d’interdire tout récemment .( le gouvernement FRANÇAIS avait cependant contré en 2004 une demande d’interdiction du député Philippe Edmond-Mariette, député de la Martinique en insistant auprès de la commission européenne pour que qu’elle l’inscrive sur la nouvelle liste des pesticides autorisés dans l’UE!
    A supposer que l’on arrête dès aujourd’hui l’épandage de ces produits hautement toxiques la culture bio en MARTINIQUE et en Guadeloupe n’est pas pour demain!

    (1) Classé dangereux, le produit est interdit aux Etats-Unis dès 1976.
    (2)L’Organisation mondiale de la santé (OMS) désigne le paraquat comme ” l’un des produits chimiques les plus dangereux au monde “.

  8. “vitroplants” OK, mais de POYOS ? ou
    MAKANDJAS ?

Moi aussi je donne mon avis