Le vrai faux melon des Charentes

Il est rond, parfumé, juteux et particulièrement goûteux cette année ! Qui donc ? Le melon bien sûr ! « Fruit » estival, qui n’est pas un fruit d’ailleurs, mais plutôt un légume par excellence. Le melon évoque les marchés animés des vacances et nos belles campagnes françaises

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 7 Jun 2016, à 13 h 23 min
Le vrai faux melon des Charentes
Précédent
Suivant

Mais contrairement à ce qu’il laisse entendre, le melon charentais n’a bien souvent de charentais que le nom. D’où vient vraiment le melon des Charentes ?

Le melon des Charentes, histoire et variétés

Depuis la mi-mai, le melon charentais a pris place sur les étals de nos marchés. D’une jolie couleur qui évoque le soleil, le melon charentais séduit par son aspect, son parfum et son goût bien sucré. Mais contrairement à ce que son nom laisse supposer, le melon charentais ne provient pas toujours de Charente.

Origines du melon charentais

Le melon est un cucurbitacée : il appartient à la famille des courges. Cultivé depuis l’Antiquité égyptienne, il a d’abord été accommodé comme un légume.

melon charentais, produit français © Shutterstock http://www.shutterstock.com/fr/pic-29910016/stock-photo-charentais-melon-with-half-on-black-background.html

melon charentais, produit français © Shutterstock

Le melon n’est arrivé en France qu’au XVème siècle sous Charles VIII qui l’a rapporté d’Italie. Celui qui est devenu le melon Cantaloup (qui tient son nom des jardins italiens de Cantalupi) a été popularisé en France pendant la Renaissance. Il a ensuite été implanté en Charente, d’où sa dénomination melon charentais. Cette dénomination désigne davantage un type de melons qui peuvent être verts ou jaunes.

Les charentais verts présentent une chair ferme qui ne jaunit jamais, même à pleine maturité. Elle est un peu moins savoureuse que celle du charentais jaune.

Production du melon charentais

En France, trois grandes régions produisent des melons charentais1 :

  • le bassin sud-est qui produit 124.386 tonnes ;
  • le bassin sud-ouest qui produit 49.727 tonnes ;
  • et la région centre-ouest qui produit 86.773 tonnes.

La France est le 3ème pays producteur de melon en Europe, avec 290.000 tonnes. Elle se classe derrière l’Espagne qui produit 1 million de tonnes et l’Italie qui en produit 580.000(1).

CC : robpatrick faux melon charentais produit des charentes france

Les pépins de melon  CC : robpatrick

Parmi toutes les variétés de melon, les plus couramment cultivées sont :

Le cantaloup charentais. Sa chair est de couleur vive, jaune orangé. L’écorce est lisse et vert pâle avec des sillons verts foncés. De nombreuses espèces appartiennent à cette variété avec parmi elles le turquin, le morin, le barbarin, le sucrin, le citrolin, le muscadin…

Le charentais brodé. Sa chair est elle aussi orangée et mais la peau est plus épaisse, toute en relief. Le charentais brodé est un peu plus ferme que le cantaloup, et un peu moins parfumé.

Le vert olive d’hiver est une variété ancienne. Le fruit est ovale, vert foncé, alors que la chair est blanche. Cette variété de melon est très juteuse et sucrée. Il peut se conserver très longtemps et facilement, jusqu’à l’hiver, d’où son nom.

Le galia, de taille moyenne à la chair vert pâle et la peau épaisse et torturée. Ce melon est une variété très récente, créée il y a une quarantaine d’années. Il est bien parfumé et très sucré.

À lire aussi – Les produits artisanaux : le vrai du faux

Pas d’appellation protégée pour le melon charentais

En France, seules trois productions de melon bénéficient d’une IGP (indication géographique protégée).

Sont ainsi protégés les melons du Haut-Poitou (centre-ouest), les melons du Quercy (sud-ouest) et, depuis 2012 seulement, les melons de Guadeloupe. Une demande d’IGP est en cours pour le Melon de Cavaillon.

Les melons les plus précoces sont récoltés dès le mois de mai dans le Bassin Sud-Est, jusqu’au mois d’octobre dans le bassin Centre-Ouest.

La dénomination « melon charentais » ne renvoie donc pas du tout à un terroir. Il s’agit plutôt d’une appellation commerciale qui désigne les melons de type charentais.

melon-BAN

Sur les étals, de nombreux melons dits charentais sont importés depuis l’Espagne, le Maroc, Israël et également depuis les Pays-Bas où il est cultivé sous serre. La France importe environ 90.000 tonnes de melons.

Ainsi, comme d’habitude, faites attention à la provenance des produits achetés en supermarché ou ailleurs : vérifiez bien que votre melon a bien été produit en France ! La saison bat son plein en été et vous pourrez en profitez jusqu’au mois de septembre.

Bien choisir son melon

Pour choisir un melon, la première des choses à faire c’est de le sentir ! Le melon doit dégager une bonne odeur, bien parfumée.

Ensuite, comme son pédoncule est dit « déhiscent », il se décolle à maturité. Ainsi, vous repérerez un melon bien mûr en vérifiant le pédoncule : s’il est rabougri et s’il présente une cicatrice à ce niveau (appelé « pécou »), il est à point.

illustration bannière : © inacio pires 

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour le melon charentait vert lpus beau.merci.

  2. AOP, IGP, etc
    La Charentais doit être français, ou renommé!!!
    Moi, du « charentais » du Maroc, je n’en mange pas chez moi!
    Mais au-delà du melon, pas assez de figues, en France, pour n’avoir des figues séchées que de Turquie???

    A défaut de produits français, je n’achète plus que européen. Ou péruvien, pour des gens simples, gentils, civilisés, même si dénués de TOUT… Et chilien à l’occasion.

    • C’est fou comme les gens peuvent être stupides.

  3. Personnellement, je trouve que certains melons ont un goût prononcé de citrouille, ce qui n’est pas tout à fait le goût réel (il doit y avoir de la greffe là dessous pour meilleure rentabilité)

  4. ces super melons 2014 restent bien moins gouteux que son de ma jeunesse. allez savoir pourquoi????? Enfin façon de parler car tout le monde le sait mais personne n’ose vraiment le dire.

  5. en fait, les cucurbitacées sont des fruits (la partie que l’on consomme)
    le terme légume est plus général: il peut designer racines, feuilles etc…, la partie comestible d’une plante potagère. le fruit désigne la partie qui contient les graines (pour résumer)

    • Je souscris à ce qui dit Didier. La pertinence et la fiabilité des informations livrées sur ce site, par ailleurs intéressant, est un problème récurrent. En particulier, les sources ne sont quasiment jamais citées – ce qui est particulièrement gênant pour les allégations à caractère médical – et les chiffres annoncés souvent fantaisistes.

Moi aussi je donne mon avis