La vitamine qui nous manque en hiver : la vitamine D

Tout ce qu’il faut savoir sur la vitamine D : conséquences des carences, où la trouver, son impact sur les différentes pathologies (grippe, cholestérol, obésité…)

Rédigé par Emma, le 15 Oct 2016, à 14 h 31 min

Un certain nombre de vitamines sont plus difficiles que d’autres à trouver en hiver. La vitamine D, aussi appelée « la vitamine du soleil« , en est la principale. Faisons le tour de toutes les vertus de cette précieuse vitamine.

Sommaire : 

Vitamine D : Quelle est sa fonction ? Pourquoi en manquons-nous ?
Les aliments riches en vitamine D
La vitamine D et la grippe
La vitamine D et le cholestérol
La vitamine D et la réduction de l’obésité
La vitamine D, la fatigue et la schlérose en plaque

 

La fonction essentielle de la vitamine D

Elle augmente la capacité d’absorption de l’intestin du calcium et du phosphore. Avec 2 conséquences :

  • assurer une minéralisation optimale des os, du cartilage et des dents ;
  • contribuer au maintien des concentrations sanguines du calcium et du phosphore.

Vitamine D : Pourquoi en manquons-nous ?

La vitamine D est la grande perdante de l’hiver. En cause : le manque de soleil, et particulièrement le manque d’UVB. Ils participent en effet à l’apport de 80 % de la vitamine D en étant fabriqué par les couches profondes de l’épiderme, alors que l’alimentation n’en apporte que 20 %.

Comment faire pour ne pas être en carences sous le ciel gris ?

vitamine D hiver complément alimentaire soleil bienfaits utilité

L’apport en vitamine D dépend de certains déterminants :

  • la latitude, avec des rayons UVB suffisants joue un rôle important. A Lille par exemple, il manque des UBV… 6 mois par an. Mais même en hiver, les régions du sud de la France, pourtant plus ensoleillées, n’ont pas assez d’UVB. Même à Lyon ou à Bordeaux, les UBV sont insuffisants de novembre à mars, selon l’IFSS (Institut Français Soleil et Santé). Il faut aller en Afrique pour trouver un bon niveau d’UVB en hiver, ou carrément de l’autre côté de l’Atlantique pour chercher l’été. Ou alors monter en montages, en France, cette fois-ci.
  • la pollution atmosphérique et les nuages.
  • le grand âge,
  • la ménopause,
  • la peau noire,
  • le surpoids.

Les recommandations en apports de vitamine D sont insuffisantes

En France, les ANC (Apports nutritionnels conseillés) et même les AMT (Apports maximales tolérés), définis par l’Anses en 2001, sont jugées trop basses par de nombreux experts, depuis plus de 10 ans !

ANC en vitamines D (recommandées par l’Anses)

  • pour les enfants de 1 à 3 ans, les femmes enceintes et allaitantes, les personnes âgées : 10 μg/j (1 millionième de gramme)
  • pour les enfants après 4 ans, les adolescents et les adultes : 5 μg/j.

À la demande de la Commission européenne, l’Efsa a récemment évalué les apports de sécurité et établi ou confirmé un apport maximal tolérable pour la vitamine D :

  • 100 μg/jour (adultes, femmes enceintes et qui allaitent, 11-17 ans),
  • 50 μg/j pour les 1-10 ans.

Aux États-Unis et au Canada, ces valeurs ont été multipliées par 3 fin 2010 ! Lors des Journées Francophones de Nutrition qui se sont tenues à Lyon du 12 au 14 décembre dernier, le Dr Jean-Claude Suberbielle a rappelé combien la vitamine D est essentielle pour nos concitoyens de tous âges, et s’est alarmé de voir que rien n’a changé depuis plus de 10 ans.

La population française carencée en vitamine D

Résultats en France : les chercheurs ont noté que les taux de vitamine D ont  baissé de 20 % dans toute la population  française depuis les années 1990. En 2012, une étude montre que 50 % de la population française sont en-dessous du seuil recommandé de 20 mg/ml dans le sang.

Carences en vitamine D en France (image JC Souberbielle)

Carences en vitamine D en France (image JC Souberbielle)

Lire page suivante : Compenser le manque de vitamine D par l’alimentation

Références :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

22 commentaires Donnez votre avis
  1. Certes, beaucoup de pays africains sont souvent ensoleillés, mais il subsiste quand même un certain déficit d’ensoleillement, soit périodiquement pendant la saison des pluies, soit de façon continue dans les zones forestières humides. Car ce que les gens ne savent pas, c’est que le soleil brille autant à Libreville au Gabon et à Yaoundé au Cameroun qu’à Londres en Angleterre, ville réputée pour sa grisaille et son temps pourri! Du coup, même en Afrique, il existe certainement une carence saisonnière ou carrément annuelle en soleil.

Moi aussi je donne mon avis