7 clichés sur le végétarisme, et comment les démentir

Lorsque l’on adopte le végétarisme, on doit affronter un certain nombre de clichés au quotidien. Voici quelques éléments pour les démentir.

Rédigé par Pauline Petit, le 17 Dec 2020, à 8 h 10 min
7 clichés sur le végétarisme, et comment les démentir
Précédent
Suivant

Difficile d’échapper aux remarques et aux critiques de sa famille et de ses amis lorsque l’on choisit de devenir végétarien, surtout dans un pays de «  viandards » comme la France. Des remarques qui montrent généralement une méconnaissance du sujet ; aidons-les un peu à en savoir plus !

Les idées reçues sur le végétarisme à la loupe

Les clichés sur le végétarisme ont la peau dure ; voici un florilège des phrases les plus entendues par les végétariens.

« Tu es végétarien ? Mais tu dois manquer de protéines ! »

L’idée reçue la plus fréquente sur le végétarisme est sûrement la carence en protéines. Or un régime équilibré et riche en protéines végétales n’apporte pas de carences. Certains aliments contiennent parfois plus de protéines que le boeuf ! C’est le cas par exemple des lentilles, de certaines graines ou de la spiruline.

« Tu es végétarien ? Mais tu ne manges que de la salade ! »

Un autre cliché amusant sur les végétariens. Non, les végétariens ont juste supprimé la chair animale : il leur reste les féculents, les légumes, les fruits, les oeufs, les produits laitiers, les légumineuses… Ce qui fait qu’il peut y avoir beaucoup de diversité et de richesse dans un repas végétarien. On peut être végétarien et manger de la pizza, des tartes, des lasagnes, du couscous… Autant de repas très gourmands et sans viande.

végétarisme

Un couscous végétarien : aucun risque de carence en proteines ©Tatiana Bralnina

« Tu laisses ton enfant devenir végétarien ? C’est mauvais pour sa santé ! »

Il est vrai qu’un enfant ou un adolescent en pleine croissance a besoin de protéines pour bien grandir. Mais ces protéines peuvent être retrouvées dans un régime alimentaire équilibré et varié. Si votre enfant veut devenir végétarien, c’est l’occasion de lui apprendre quelques principes sur l’équilibre alimentaire pour qu’il n’ait pas de carences.

À vous également de lui proposer des repas sans viande variés pour qu’il ait à sa disposition toutes les vitamines et minéraux nécessaires à sa croissance.

« Tu es végétarien ? Tu es carencé en vitamines B12 ! »

Il n’existe qu’une vitamine que l’on ne retrouve que dans un régime carné : c’est la vitamine B12, importante pour le bon renouvellement des cellules. Il existe des compléments alimentaires pour les végétariens qui peuvent ainsi consommer de la vitamine B12 et ne pas être carencés.

Il se trouve que les personnes non-végétariennes sont souvent plus carencées en vitamines que les végétariennes, puisqu’elles ne consomment pas suffisamment de fruits et de légumes et trop de protéines animales. C’est donc souvent les carnivores qui souffrent de plus de problèmes de santé que les végétariens !

« Tu es végétarien ? Tu dois passer du temps en cuisine ! »

Un cliché en partie vrai : le végétarisme, c’est aussi faire plus attention à ce que l’on mange et se décarcasser pour manger équilibré. Il est vrai aussi que les légumineuses, incontournables dans le régime végétarien, sont plus longues à faire cuire. Mais on peut s’organiser pour préparer à l’avance sans passer trop de temps en cuisine, avec un programme de batch cooking végétarien.

« Tu es végétarien ? Je n’aimerais pas passer les fêtes avec toi ! »

Dans la tête de beaucoup d’individus, une personne végétarienne est souvent un peu fade et triste, et ses repas ne sont pas dignes de repas de fêtes. Noël en France est en effet synonyme d’une débauche de protéines animales, parfois peu éthiques : foie gras, dinde, huîtres, saumon…

repas vegetarien

Délicieux chou-fleur rôti ©Julie208

Or il est tout à fait possible de manger végétarien en se faisant plaisir, même dans la vie de tous les jours. Et on peut organiser un repas de Noël végétarien beau et bon avec des pâtés végétaux, des gratins riches et de savoureux desserts. Et si on est invité, on se rattrape sur les accompagnements, le plateau de fromage et on apporte notre spécialité végétarienne !

« L’homme a toujours été carnivore »

Les non-végétariens vont souvent invoquer les ancêtres (préhistoriques) pour justifier un régime carné. Difficile de ne pas y voir de la mauvaise foi :

  • Nous avons un mode de vie bien plus sédentaire que nos ancêtres, qui ne justifie souvent pas d’un fort apport de calories que fournit la viande ;
  • L’extrême majorité des populations (y compris nos proches ancêtres) avaient un régime plutôt flexitarien : la viande y était l’exception plutôt que la règle dans les repas ;
  • Difficile de voir quelque chose de naturel dans l’élevage industriel, qui nous fournit aujourd’hui la plupart de notre viande !
Illustration bannière : idées reçues sur le vegetarisme – © saltodemata
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



A la découverte du monde de demain, initiatives positives, personnalités inspirantes, nouveaux modèles économiques. Sans cesse dans les livres, sur le Net...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. « Il n’existe qu’une vitamine que l’on ne retrouve que dans un régime carné » : Totalement faux.

    Un végétarien n’a pas besoin de compléments de B12 puisqu’il a les œufs et les produits laitiers ( lait, fromages, yahourt … etc) de ce fait un régime équilibré contient tout ce qu’il faut.

    Un végétalien (possiblement vegan) n’a en général pas besoin non plus puisqu’il va remplacer les produits laitiers par des laits végétaux qui contiennent tout ce qu’il faut en B12 et des substitues d’animaux qui en contiennent également, car oui, ils sont agrémentés en B12 tout comme la nourriture des animaux destinés à l’abattoir et les animaux destinés à l’abattoir eux même par injection que les carnivores mangent ensuite.

    Il s’agirait donc de ne pas ajouter d’autres confusions dans un article qui existe pour clarifier les choses et corriger des idées reçues.

Moi aussi je donne mon avis