Le véganisme séduit de plus en plus de Français

Rédigé par Éléonore Vanel, le 12 May 2015, à 11 h 38 min

« Le plus difficile, c’est de prendre le pli. Puis rapidement on s’habitue, et surtout on découvre plein de nouveaux aliments qu’on ne connaissait pas du tout. » Porte-parole de l’association L214 Ethique & Animaux, Johanne Mielcarek est à l’initiative de la troisième Vegan Place qui a eu lieu à Lille début mai. Une occasion pour informer et sensibiliser sur ce mode de consommation encore méconnu en France.  

Le véganisme consiste à supprimer de son quotidien tout produit issu de l’exploitation animale. La chair animale est donc à proscrire, ainsi que les laitages, les oeufs et le miel. Au delà du mode d’alimentation, le véganisme consiste aussi à bannir les vêtements faits à partir d’animaux, soit le cuir, la laine, la soie… Enfin, les produits d’hygiène ou d’entretien ne doivent pas avoir été testés sur les animaux. Johanne Mielcarek le résume simplement : « Être vegan, c’est faire un choix éthique pour les animaux. »

Véganisme : des sportifs préfèrent exclure la viande de leur alimentation 

Les détracteurs de cette alimentation, qui exclut la chair animale, reprochent souvent les risques de carences. Mais pour Alexis, 18 ans et fervent végétarien, cette critique ne se justifie pas : « Je pratique l’ultra-trail, donc je peux participer à des courses de 40, ou même 50 kilomètres. Dans ce milieu, il y a beaucoup de sportifs végétariens car les protéines végétales se digèrent beaucoup mieux, et on évite les toxines présentes dans la viande. » Johanne Mielcarek le souligne : « Il existe une idée reçue que la viande est indispensable alors que ce sont uniquement les nutriments qui sont indispensables. »

Johanne Mielcarek, porte parole pro véganisme

Johanne Mielcarek, porte parole pro véganisme

Sensibiliser sans choquer

Pour attirer les passants, l’évènement parle aux estomacs en proposant : « 1 vidéo regardée = 1 sandwich ou une pâtisserie offert ! » A l’heure du déjeuner, l’initiative rencontre son public. Sous une tente orange pétant, plusieurs ordinateurs diffusent une vidéo de sept minutes sur les conditions d’élevage et de pêche. Pas de sang ni d’images choc, l’initiative s’adresse aussi aux enfants et se veut avant tout pédagogique.

« S’il y a un trop grand écart entre notre démarche et ce que la majorité des gens pensent, ça ne peut pas marcher. On ne peut pas faire de révolution, mais seulement des évolutions », commente Robert, bénévole chez Sea Shepherd depuis un an. « Ca fait un peu froid dans le dos », admet tout de même Antoine après visualisation.

Une grande variété d’aliments alternatifs

Etape suivante : un détour par le buffet bien garni. Tarte aux pommes, fondant au chocolat ou encore gâteau aux fruits exotiques accrochent le regard des passants. De nombreuses réactions de surprise fusent à la dégustation. Catherine, la quarantaine, savoure une part de moelleux chocolat-spéculos : « Je ne savais pas qu’on pouvait cuisiner tout ça sans oeufs ni lait. »

Le sandwich au jambon végétal intrigue tout autant. La fausse viande est faite à base de protéines de blé. Un moyen d’assurer une transition en douceur pour les amoureux de la viande, mais sensibles à la condition animale.

Dans l’Hexagone, le véganisme touche seulement une petite minorité, comme le reconnaît Johanne Mielcarek : « On a pas mal de retard par rapport à la Grande-Bretagne ou la Hollande, mais on est en train de le combler. En France on baigne dans une culture de la viande, mais de plus en plus de boutiques végétaliennes s’ouvrent, les personnes s’intéressent. » Prochain grand événement en date pour découvrir ce mode de consommation alternatif : samedi 16 mai à Paris.

Pour mieux comprendre :

Végétarisme : régime alimentaire qui exclut toute chair animale (viande et poisson). Le lait et les oeufs sont autorisés.

Végétalisme : régime alimentaire qui exclut tout produit animal, ou ayant été produit par un animal (viande, poisson, oeufs, lait et miel).

Véganisme : extension du végétalisme à tous les domaines de la vie quotidienne. Il s’agit donc d’un régime alimentaire végétalien, couplé à l’exclusion de tout produit issu de l’exploitation animale (aucun vêtement fait à partir d’animal -cuir, soie, laine…-, aucun produit testé sur les animaux, refus de l’exploitation animale dans les cirques, animaleries, zoos…).

Pescétarisme ou pesco-végétarisme : régime alimentaire qui exclut la viande ‘terrestre’. Le poisson est autorisé.

Flexitarisme : régime alimentaire végétarien la plupart du temps, mais la consommation de produit animal est tolérée de manière très occasionnelle, pour des raisons pratiques, ou par goût.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement à LCI, ex-France Culture, écolo-concernée, défenseuse de la condition animale et curieuse de toutes les initiatives qui touchent au...

27 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour a tous

    Au sujet de la nourriture ne nous prenons pas la tete, nous sommes en bonne voie car il vous suffi de voir les bombardements d’information defetistes que les gouvernements lance sur leurs informations tv afin de detruire la positivitee de ceux qui visionne leurs chaine. Mais sa fonction de moin en moin.
    Nous sommes plus fort de jour en jour face a la dictature.Pour repondre au sujet du veganisme et des vetements chauds, la cituation est que l’hiver un corps corectement regler (sur une alimentation logique en respecte avec le maximum que l’on puissent faire et en proportion adequat a chaqu’uns de part leurs activitees ou taille), fait que le froid est plus simple a controler. Plus precisement il y a une capacitee nouvelle a rechauffer le corps sans grosse couche de vetement. Pour les saisons chaud le corps se regule et les bouffer de chaleure sont presque plus presente selon certaine personne ( 30 degres avec un gros pull coton me derrange pas).
    Au moindre rayon de soleil, tous en t shirt et meme l’hiver. Le soleil c’est une des partie importante de nos vie, de la terre et de bien plus de eut de temps (lineaire)

  2. Bonjour,
    J’ai 60 ans, je découvre tout cela…enfin je veux dire sérieusement. Comme beaucoup, j’ai vécu en connaissant tous ces problèmes, mais en continuant à manger ce que j’aimais, c’est à dire tout… et sans diminuer quoi que ce soit.
    Avec l’âge, enfin… je deviens sage.
    Au dela même de la question des viandes (rouge, blanche, poisson) que je peux diminuer voire annuler… je me dde en effet pourquoi on ne peut pas garder un peu d’oeufs.. ou de miel…
    Encore faut-il pour cela que les abeilles vivent…
    Une vraie inquiétude pour mois est ce que deviennent les fruits et légumes… que je ne suis pas prête à annuler car tout de même il faut bien manger.
    J’ai fait partie d’une amap cette année, pas bio, « raisonnée »… et ce n’était pas très très raisonnable… je laisse tomber.
    Je lis des chose après avoir acheté (hier ! d’où mes lectures aujourd’hui sur le net) une boîte de tofu bio. Je découvre cet « aliment » et je lis : ogm pour un gros pourcentage de culture du soja, bcp de dépense d’eau, déforestation au Brésil « .
    Alors je finis tristement mon assiette car je ne jette pas, mais je me demande : alors, que faire ?
    Moi aussi je mets des chaussure en cuir, car une paire me fait des années… et ainsi je ne jette pas de plastique tous les deux ans.
    Et j’aime la laine et le coton car je n’aime pas le synthétique qui souvent vient de la pétrochimie… que faire ?
    Je lis, je vous lis, je cherche…
    Mila 🙂

  3. Bonsoir

  4. La lecture de cet article et du « débat » qui le suit, me fait entamer une réflexion sur  » envisager de modifier mon alimentation ».
    Sur le coté « les animaux doivent être bien traités tout au cours de leur vie » ça me parait limpide.
    Que l’on trouve des repas équilibrés sans manger de viande, d’accord.

    Mais que penser de :
    – lorsque l’on mange des fruits il y a des vers que l’on mange, notamment dans les prunes et les cerises il y a des tout petits vers (on les voit en transparence) – et dans les compotes.
    – peut on manger des chenilles des papillons des scorpions ?
    – il existe des fleurs carnivores, peut on en faire de la soupe ?
    🙂

  5. Bonjour!
    Je me suis toujours posé une question au sujet du veganisme concernant l’habillement: que porte-t-on l’hiver lorsqu’il fait froid et qu’on a décidé de ne plus mettre de pull en laine bien chaud, ou de chaussures en cuir?
    Les autres textiles chauds que je connais sont faits en matières dérivées d’hydrocarbures (comme la polaire par exemple!), donc ce n’est pas tellement dans la philosophie du mieux consommer…
    Le coton est végétal mais ça ne tient absolument pas chaud l’hiver!

    Attention, ceci est une vraie question, pas une attaque! Je cherche vraiment des éléments de réponse. A vos plumes les vegans!

  6. Pourquoi se quereller sur des notions aussi personnelles ? « Les goûts et les couleurs… « .
    La réalité, c’est qu’il va falloir revoir notre régime alimentaire, alors cela peut-être fait par conviction et il est possible de devenir végétarien, végétalien ou véganien.
    Le plus efficace, c’est d’apprendre à la population française à se nourrir autrement, pour éviter l’obésité ou du moins le surpoids, c’est ça l’important.
    Au lieu de faire du mode alimentaire une quasi religion, que ceux qui savent se nourrir autrement donnent des recettes faciles à utiliser aux autres.
    Personnellement, j’ai essayé de faire une journée végétarienne par semaine… et puis c’est compliqué donc j’ai laissé tomber, je fais attention de réduire ma consommation de viande (c’est plus difficile avec les laitages) mais je ne sais toujours pas faire une journée équilibrée. Tout ça parce que lorsque vous vous mettez sur les sites pour creuser la question, c’est comme autrefois les régimes Weihgt Watcher : ça marche très bien quand on est à la maison, on passe son temps à réfléchir et calculer ce qu’on a le droit de manger, pendant ce temps, on ne grignote pas, mais c’était impossible à suivre en travaillant à l’extérieur… bien trop compliqué.
    Que certains d’entre-vous se dévouent et fassent des journées types et les recettes avec un maximum de produits connus des Français, si possible. Parce que l’houmous par exemple, c’est bien, mais tout le monde n’a pas des pois chiches et des graines de sésame dans son placard… et puis, c’est un peu gras tout de même, or pas d’indication sur combien en manger pendant un repas. Avec des journées type si les Français faisaient un samedi sans viande (enfin le jour du week-end sans repas de famille), ce serait déjà ça. Après cela peut se développer, une fois qu’on a compris comment ça marche et qu’on a les ingrédients qui faut et plusieurs recettes pour varier un peu.
    S’il n’y a que ceux qui ont des convictions qui se mettent à réduire leur consommation de viande et de laitages, c’est bien parce que ce n’est pas facile, donc il faut être motivé. Parce que des gens qui veulent manger « varié » et ne pas devenir des phoques, il y en a en France pas mal.

    • Bonjour

      Excusez moi mais en quoi faire un repas végétarien est compliqué???

      Vous ne pouvez pas être crédible ni sincère dans votre commentaire, c’est impossible.

      Exemple de plats végétariens :

      Plat de pâtes, basilic et parmesan ( difficile?)temps=5 minutes
      Poêlée de Riz légumes sauce soja ou autre (compliqué? )temps=10 minutes/
      Pizza végétarienne aux choix (pate bio déjà prête + petit légumes temps =10 minutes)
      Sans compter les très nombreux simili carne, que l’on peut trouver maintenant en magasin bio. Burger sans viande, saucisse etc..
      Donc ne dites pas que c’est compliqué, c’est ce qu’il y a de plus facile…C’est juste psychologique.
      Un truc, remplacer la viande hachée par des lentilles hachées ou petits pois ou les deux, et la mettre dans des tomates, pates, etc…Dites pas que c’est plus cher, ce serait de la mauvaise foi, ni plus difficile. C’est une question de vouloir ou ne pas vouloir, c’est tout. Changer ses petites habitudes, les gens détestent cela. Ils préfèrent faire l’autruche, c’est plus facile et tout le monde le fait…alors…

  7. Bonjour à tous et à toute, juste une question, je souhaiterai savoir en quoi ce n’ est pas étique que de consommer des oeufs de son poulailler et de manger du miel produit par des apiculteurs de sa région ?
    Les poules du poulailler de mon père sont choyées. Par contre un prédateur n’ a pas hésiter à les supprimer, et ne les a même pas consommé. Cet animal ne s’ est pas posé la question si son geste était étique ou pas. Que nous le voulons ou pas nous sommes aussi des animaux. En ce qui me concerne, puisque l’ homme est soit disant doté d’ intelligence, je souhaiterai juste qu’ il respète son environnement. Utilser sa voiture, se doucher à grande eau, consommer à tout va de l’ électricité et n’ importe quoi tout les jours, est-ce étique ? Je crois que nous sommes tous dépassé par les évenements et que nous sommes tous perdu face aux énormes problèmes que nous avons provoqué. En tout les cas moi je le suis. Bien à vous.

    • Voila un commentaire pertinent, j’y avais pensé par le biais d’un ami qui mange des œufs du poulailler, effectivement je pense que manger des oeufs de cette façon peut s’inclure dans un mode de vie respectant les animaux

  8. laissez moi rire
    il n’y que les petits bourgeois comme vous qui peuvent faire ces regimes
    allez pas faire croire les smicards avec leurs familles ont des moyens où le temps de petits bourgeois comme vous _comment vont faire vos enfants à l’ecole _à l’université en stage????
    si vous avez trop de frics=donnez les aux pauvres car ils sont contents de tout bouffer=du moment ils ont quelques choses dans le ventre
    pure UTOPIE=ouvrez vous yeux et voir la misere du monde au lieu du culte de sa personnalité et l’excentricité ridicule

    • LOL, la prochaine fois que tu feras tes courses tu regarderas le prix au kg des aliments végétaux et de la viande et on en reparle.

    • Toi va falloir que tu ouvres les yeux sur ce qu’on fait subir à des innocents pour un simple plaisir gustatif. Et au final, merci de m’expliquer comment ENLEVER viandes, produits laitiers, œufs et compagnie peut nous faire dépenser PLUS. Si on prend la blinde de substituts là oui mais comme dit Nicolas, compare un peu le prix des fruits, légumes, céréales et légumineuses à celui des produits d’origine animale et on en reparle.

    • Ha ! Ha ! oui donc je ri, car les mêmes arguments de personnes qui sont justement totalement IGNORANTES. Nous ne vous en voulons pas, rassurez vous. D’abord, à chaque c’est la même chose…la même chanson.les vegans sont présentés commes des gens bizarres qui ne consomment (oh mon dieu) pas de produits venants d’animaux..Oui c’est affreux, quelle honte, quelle trahison !
      Darwin n’avait t il pas dit pourtant que l’alimentation type d’un être humain est un régime végétarien? Les plus grands humanistes et scientifiques l’avaient prédit (Albert Einstein)que seul un régime au moins végétarien pouvait sauvegarder l’humanité toute entière…Ah, mais oui HA ! HA ! quelle utopie, quelle stupidité, envoyons plutôt quelques bonnes boites de choucroutes au Sahel, ils seront bien contents…La question de l’eau ?? Ha, ha, nous ont en a plein…on s’en fout…
      Personnellement je me fiche que les vegans ne mangent pas de miel, moi j’en mange un peu de temps en temps, ce que je retiens, c’est LE FOND de VERITE ABSOLUE qui est ce mensonge effarant que nous vivons à savoir, manger des animaux serait quelquechose de non contestable. Gloire aux lobbys Lait, viande et industrie pharmaceutique qui se frottent les mains depuis des années devant nos multiples problèmes d’eczéma, de peau, d’allergie, de poids…
      Un truc de bourgeois ? ah? la petite maison dans la prairie, ça vous parle? par ce que c’est ça, être vegan, C’EST REVENIR A LA SOURCE des choses, au naturel…même si à l’époque, ils élevaient des poules et mangeaient de la viande..car ils n’avaient pas le choix. NOUS, ON A LE CHOIX.
      Bon allez, rentrez bien chez vous, et mangez bien votre steak bourré d’antibio, et donnez en surtout à vos enfants hein…ils en ont besoin…Ah oui? un kg de lentilles et un kilo de viande, ç’est quoi le plus cher??

  9. Bonjour,
    je suis passé de la viande au végétarisme en une journée et au véganisme en trois mois. Cela ne représente aucune difficulté. J’ai fait un bilan sanguin après un an: impeccable. protéines végétales, légumes, fruits, légumes secs, oléagineux… Je prend juste du fer en complément ampoule. J’ai 60 ans et je suis heureux d’avoir enfin franchis le pas de la non-violence envers les animaux. Nous n’avons pas le droit d’être aussi violents, tortionnaires avec eux. Holocauste peut être employé sur ce domaine, un véritable holocauste et personne ne réagis …. Je suis heureux de n’en plus faire partie…

    • Je préfère le plaisir gustatif, nous avons 5 cinq sens: une bonne entrecôte une fois de temps en temps, issu d’un bœuf élevé en pâturage, (vous faites quoi des carcasses des bovins qui ont contribué à l’entretien de la nature?), un œuf à la coque pondu par une poule en liberté ( elle a bien droit à son coq et ne va pas élever des dizaines de poussins!), plutôt que des ampoules médicamenteuses et des compléments alimentaires issus de substances parfaitement inconnues et non locales!
      Et c’est aussi plus sympa pour la convivialité!
      Quant aux tissus, je n’achète que des matières naturelles végétales et animales!

    • Bravo à vous, vous avez trouvé la voie de la sagesse en cessant de vivre en fonction de votre seul estomac, comme la majorité d’égoïstes qui hurlent au désespoir face à l’alternative de repenser leur alimentation. En se nourrissant de cadavres, ils affament des peuples humains, pas de quoi être fiers…

  10. Malheureusement, les protéines végétales s’assimilent en réalité moins bien que les protéines animales, et celles-ci contiennent tous les acides aminés contrairement à celles-là.
    Pour contrebalancer cela, il convient d’associer une graine
    limitante en lisine et suffisante en méthionine(céréales ou graminées) à une graine limitante en méthionine et suffisante en lisine (légumineuses ou fabacées).
    Manger des oeufs bio, ou encore mieux, avoir ses propres poules, et une bon compromis. Les poules sont protégées et soignées par l’homme vivant avec une bonne liberté. De plus, bien nourries, elle peuvent faire leur petite vie pépère jusqu’à leur mort naturelle.

    • En quoi c’est un compromis de continuer à prendre ce qui appartient à quelqu’un d’autre ? D’ailleurs pour ce qui est du bio, les poussins mâles sont quand même tués à la naissance et les poules ne sont en liberté uniquement à partir du moment où elles commencent à pondre. Et on parle encore d’elle comme de « produits ». Quand il s’agit d’éthique, il n’y a pas de compromis.

  11. Dans les définition, il manque aussi le Flexitarisme 🙂

    • Sauf que le flexitarisme n’a pas sa place. Le flexitarien mange de la viande, même si c’est juste de temps à autre, il est donc omnivore. Et idem pour le pesco-végétarien.

  12. Il faut arrêter d’associer le « pesco-végétarisme » au régime végétarien. Soit on est végétarien , soit on ne l’est pas, et les poissons ne sont pas des plantes vertes que je sache. Je suis végétarienne depuis pas si longtemps , mais entendre parler de pesco végétarisme m’a toujours fait bondir car c’est une aberration ! La définition du végétarisme c’est ne manger aucune chair animale , donc ne peut pas être associé avec le fait de manger du poisson ! Celui qui veut manger du poisson doit assumer son choix , mais il ne doit pas être associé au végétarisme et encore moins véganisme… Et pourquoi pas alors une nouvelle invention le steacko-végétarisme ? Je me décrète végétarienne mais je mange des steacks ?

    • Je suis d’accord avec ça. En fait, il est probable que les gens qui refusent la viande mais mangent du poisson ne réalisent pas que les poissons souffrent du fait qu’ils n’émettent pas de sons(plainte) audibles de nous.

  13. La chose à comprendre, c’est que le poisson, C’EST de la viande ! La viande est, par définition (dico à l’appui), la chair d’un animal destinée à la consommation. On peut difficilement faire plus clair… La seule différence est que d’un côté, il y a la viande terrestre et de l’autre, la viande marine. Mais c’est la seule différence. Tant qu’on aura pas compris ça, on continuera à entendre des aberrations du genre « les poissons ne sont pas des animaux » (si si, histoire vraie, je l’ai déjà entendu non pas 1 mais 2 fois…)

    • La précision a été ajoutée.

    • Pour l’anecdote, j’ai demandé chez Max (= McDo Suédois) ce qu’ils avaient de végétarien. Le vendeur m’a proposé le Mc Fish et le Mc Végé … ! J’ai rigolé et demandé le Mc Végé ^^
      On se rends compte de l’ignorance 🙁

  14. A savoir que Pesco-végétarien n’existe pas, il serait bon de l’exclure. En effet, le végétarisme c’est l’exclusion de chaire animale, or, les poissons ne poussent pas encore dans les arbres, ils sont donc des animaux, et donc le pesco vegetarisme n’existe pas plus qu’un éventuel poulo-vegetarisme, boeufo vegetarisme, porco vegetarisme. 🙂

    • Le pesco-végétarisme ou pescétarisme est un mode d’alimentation qui consiste à bannir uniquement la viande, et à continer à manger du poisson. C’est un régime alimentaire à part entière, souvent confondu à tort avec le végétarisme, cest pour ca qu’il me semble important d’en parler. 🙂

Moi aussi je donne mon avis