Sauvé par les pêcheurs, le bulot revient de loin

Incontournable sur les plateaux de fruits de mer, le bulot est une spécialité en Bretagne et en Normandie, et notamment à Granville. Zoom sur ce gastéropode marin que l’on peut à présent acheter et consommer sans trop peser sur l’espèce…

Rédigé par Annabelle, le 25 Jan 2018, à 14 h 45 min

Ce gros escargot de mer avec sa coquille robuste, spiralée et ondulée revient de loin. Longtemps surpêché, il est à présent capturé de façon responsable, et se retrouve facilement sur les étals. consoGlobe.com vous dit tout sur le bulot !

Le bulot, gastéropode aux oeufs d’or

Le bulot, Buccinum undatum, est un gastéropode, parfois appelé buccin. Il est présent dans les eaux froides de l’Atlantique, et est principalement concentré sur la région du Cotentin. La Normandie est la plus grande productrice de bulots, et Granville est de loin la première criée de France.

bulot

Le pied constitue la partie comestible du bulot © Dan Bagur

Sa coquille robuste, beige à gris ambré, porte des rainures en spirale. Elle est recouverte d’une couche de corne, très fine et jaunâtre appelée périostracum.

C’est le pied blanc tacheté de noir, très développé et musculeux, que l’on consomme. Un bulot devient adulte à l’âge de 5 ans lorsqu’il mesure environ 4,5 cm (taille minimale de capture), et vit jusqu’à 10 ans. Les spécimens les plus âgés sont aussi les plus gros : certains bulots peuvent dépasser les 10 cm et peser 20 g.

On pêche aussi les bulots de l’autre côté de l’Atlantique, mais d’autres espèces :

  • la Busycotypus canaliculatus dans le golfe du Maine aux États-Unis
  • la Neptunea despecta au Canada, en Nouvelle Écosse et Terre Neuve-Labrador

Habitat et moeurs du bulot

Cet escargot marin apprécie les fonds sableux et vaseux des eaux froides. Il y vit enfoui la plupart du temps. On le trouve en abondance en zone côtière peu profonde. Les individus adultes peuvent descendre à des profondeurs de 200 m, mais leur densité diminue avec la profondeur..

Le bulot est nécrophage. Il se nourrit de poissons et de crabes qu’il repère grâce à son organe sensoriel, l’osphradie, une sorte de trompe qui capte les molécules aminées dégagées par les cadavres.

bulot, oeufs

La ponte des oeufs © Dan Bagur

Le bulot se reproduit en hiver, avec un pic en janvier. Après l’accouplement, les femelles produisent des grappes de capsules. Chacune d’elle libère 20 à 30 petits.

Lire page suivante : stocks et pêche

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Franchement, manger une bestiole qui se nourrit de cadavres ne me tente pas ! Bon appétit !!!

  2. Oui!

  3. Ce petit crustacé est vraiment succulent préparé avec une bonne sauce. J’ai appris ressemant qu’une nouvelle espèce de bulot existait c’est le bulot montagnard !
    voici un site qui ne traite que de ça coachforpro.fr

  4. Je connais bien le Bulot habitant à 40kms de Granville et c’est un fruit de mer qu’en famille nous adorons.
    Etant donné toutes les qualités nutritionelles que vous venez d’en donner,je vais regarder les horaires de criées et allez en chercher toutes les semaines au port de Granville!
    Moi qui ne suis plus trop une affamée de viande tous mes menus vont donc changer,avec ces fruits de mer et poissons se trouvant autour de nous,car les pêcheurs auront bien leur « godaille » à nous vendre!

  5. chez nous on adore les bulots, ce n’est pas facile de les faire dégorger mais quel régal, on peut les faire cuire à l’eau et les cuisiner après

    • Oui, entièrement d’accord! C’est une espèce manifique qui mériterait d’être plus connu. Personnement les meilleurs bulots que j’ai mangé sont au Bulot Montagnard…

Moi aussi je donne mon avis