Sans gluten (ou presque…) sans se ruiner : fiction ou réalité ?

Le régime qui exclut tous les aliments sources de gluten est réputé excessivement coûteux, et pour cause. Un produit estampillé sans gluten s’avère être de quatre à cinq fois plus cher que son homologue pourvu de cette protéine que l’on cherche à éviter.

Rédigé par Sonia C, le 19 Apr 2016, à 18 h 09 min

Pourtant, il existe des façons de concilier son budget courses avec une alimentation sans gluten.

Le sans gluten sans se ruiner : quelques techniques

Premièrement : ne vous laissez pas abuser par les marques qui vous vendent à prix d’or des produits dont vous pouvez vous passer.

Certes, si vous avez envie de pâtes, il faudra en passer par l’achat d’un ersatz à base de riz ou autre, qui, mise à part la forme, n’a pas grand chose à voir avec la saveur inimitable des pennes et autres tagliatelles, mais bon… D’autre part, il est à noter certains ingrédients un peu surprenants comme le mono et le diglycérides d’acides gras, ou le carboxyméthylcellulose sodique qui entrent dans la composition de ces préparations, certainement pour leur donner une tenue à la cuisson et une texture qui doit à tout prix se rapprocher du vrai.

Alors, à moins d’être particulièrement téméraire, et de tenter de confectionner soi-même ses pâtes de riz, de lentilles, ou de sarrasin…

Mais pour le reste ?

Exclure le gluten signifie écarter tous les aliments qui contiennent un des éléments constituant l’acronyme SABOT, pour Seigle, Avoine, Blé, Orge, Triticale. Il est temps de se tourner vers le rayon céréales de votre magasin de diététique préféré, pour découvrir des merveilles à la saveur inattendue qui ferait – presque – regretter de ne pas s’être découvert intolérant avant. Essayez ainsi le millet et son délicat goût de noisette, le sarrasin qui nous rappelle les galettes bretonnes, ou encore les délicieux grains de quinoa.

sans-gluten-quinoaMoins connue, l’amarante a l’avantage de pouvoir se consommer crue, dans des laitages, par exemple. Sinon, elle se cuit comme n’importe quelle autre céréale. Sans oublier le panel des légumineuses : lentilles vertes, corail, pois cassés etc. Et pour terminer, le, ou plutôt les riz : thaï, basmati, de Camargue.

On peut ajouter à la liste ci-dessus la consommation de corn-flakes de maïs ou de riz soufflé au petit déjeuner et se passer ainsi des biscottes hors de prix.

Enfin, pour les aliments basiques comme le pain, plutôt que d’acheter au rayon boulangerie une miche qui vous coûtera les yeux de la tête et qui sera rassie avant que vous en soyez venu à bout, lancez-vous dans la confection d’un pain à l’aide d’une préparation « mixe » disponible désormais à côte des autres farines. Certes, si cette dernière reste bien plus onéreuse que ses camarades 100 % blé tendre, un paquet de 500 g vous reviendra toujours moins cher que le pain déjà tout prêt.

pain-sans-glutenVous avez de quoi faire avant de vous lasser, d’autant que pour accompagner ces féculents, tous les légumes vous sont permis, ainsi que les viandes et les poissons. Côté prix, vous serez surpris de leur coût tout à fait raisonnable, encore plus si vous les achetez en vrac, une formule innovante qui permet d’adapter ses achats à ses envies ou ses besoins.

Pour les intolérants vrais à la gliadine – l’acide aminé contenu dans le gluten, responsable de la réaction de notre système immunitaire, il faut néanmoins se montrer très prudent car certains ingrédients, malgré tout, peuvent contenir des traces de gluten. Mais heureusement pour ces personnes, certains produits « sans » sont désormais remboursés, ce qui allège considérablement la dépense.

Illustration bannière © riopatuca Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Sonia C., passionnée de biologie et de nutrition, j’aime l’idée de rendre les sciences accessibles à tous sans pour autant en édulcorer les grands...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis