Redécouvrons sans plus tarder les pois et les lentilles !

En France, il y a officiellement 5,9 millions d’obèses, ce qui pèse (sic) de plus en plus sur notre système de santé. Par ailleurs, notre alimentation moderne manque de légumes secs et riches en protéines.

Rédigé par Emma, le 23 Apr 2017, à 10 h 22 min

Pourtant, les pois et les lentilles sont d’excellents aliments qui ont été domestiqués il y a 9.500 ans ou plus au Proche-Orient, en même temps que les céréales, le blé ou l’orge.

Les légumineuses à l’honneur

On a retrouvé des pois et des lentilles dans des tombes égyptiennes de 4.200 ans, et Esaü, dans la Bible, vend son droit d’aînesse à Jacob pour un plat de lentilles. Pourquoi tant d’égard envers un plat peu prisé de nos jours ? Redédouvrons les légumineuses.

Les lentilles et les pois, mieux que la viande ?

On le sait, la viande qui est très consommée dans les pays occidentaux, pose un problème écologique croissant. Pour fabriquer de la viande, il faut de grandes quantités de plantes (luzerne, tourteaux de soja,…) : autant qu’il en faudrait pour 18.000 repas alors que le boeuf entier, lui, ne fournit que l’équivalent que de 1.500 repas.

Il faut 15.000 litres d’eau pour produire un seul kilo de viande, contre 2.000 litres pour un kilo de riz. Pour une tonne de blé, il faut utiliser en moyenne 1.000m3 d’eau, soit l’équivalent d’un million de bouteilles.

En France, 80 % des céréales servent principalement à nourrir les animaux, et non pas à l’alimentation humaine, ce qui à l’échelle du monde entier pose la question de l’équilibre global entre viande et cultures alors que 2 milliards de personnes ne mangent pas à leur faim.

Lire page suivante : les vertus des légumineuses et les astuces de préparation

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

1 commentaire Donnez votre avis
  1. L’introduction est inutilement agressive et hors-sujet « En France, il y a officiellement 5,9 millions d’obèses, ce qui pèse (sic) de plus en plus sur notre système de santé. » votre phrase donne l’impression que le plus gros problème des obèses c’est l’argent qu’ils nous coûtent, il me semble clair que vous n’en faîtes pas parti et que vous n’avez pas grande idée de ce dont vous parlez quand vous mentionnez l’obésité, le petit mot d’humour sur le verbe peser ne fait qu’aggraver la situation. Alors peut être faîtes preuve de « finesse » (sic) quand vous parlez d’obésité et d’obèses, ne nous réduisez pas à un coût, apprenez à être incluant plutôt qu’à blâmer et pour l’amour de tous les physiques, renseignez vous !

Moi aussi je donne mon avis