Pollen : quand la nature nous tourmente

Sorte de ‘poudre fertilisante’ que les végétaux produisent dans les fleurs pour assurer la reproduction des espèces et la création par croisements de nouvelles sous-espèces, le pollen est une source d’allergie respiratoire fréquente à l’approche du printemps et pendant la belle saison. Mais si l’hérédité joue un rôle important dans les allergies, il faut rencontrer un allergène pour développer une allergie. Explications…

Rédigé par Elwina, le 25 Mar 2019, à 14 h 15 min

Le pollen est bien de retour avec son florilège de manifestations allergiques pour les victimes du fameux rhume des foins, qui sont aujourd’hui quatre fois plus nombreuses qu’il y a trente ans. La météo y joue un rôle décisif puisqu’elle intervient dans le déclenchement de la pollinisation, la quantité de pollen produit et le transport des grains dans l’air.

Près de 20 % des Français sont touchés par des réactions allergiques dues aux pollens.

La météo et les pollens

Il faut noter que la situation météorologique la plus propice à la libération et à l’éparpillement des pollens est une journée très ensoleillée, sans précipitation, avec des températures élevées et un vent modéré.

pollen

Allergie aux pollens © Photodiem

Le pollen, qu’est-ce que c’est ?

Le grain de pollen est l’élément reproducteur microscopique produit par les organes mâles des plantes. Les pollens des plantes anémophiles – se déplaçant grâce au vent (contrairement aux végétaux entomophiles dont le pollen est transporté par les insectes) -, contiennent certaines protéines qui peuvent agir comme de puissants allergènes et sensibiliser les quelques 20 % de la population héréditairement prédisposés…

Il semble qu’un minimum de deux saisons soit nécessaire à la sensibilisation de l’organisme.

Quelles sont les saisons pour le dispersion du pollen ?

Les saisons de pollinisation varient selon les espèces végétales, les régions, les années et les conditions météorologiques.

En France, la pollinisation hivernale a généralement lieu de mi-janvier à avril dans le sud et de fin janvier à mai dans le nord : elle concerne les arbres et arbustes.

Une deuxième période de pollinisation se produit du milieu du printemps à l’été avec un décalage de 3 à 5 semaines entre le Nord et le Sud du pays. C’est la saison des graminées, du plantain, des pariétaires sur le pourtour méditerranéen et de l’oseille dans le Nord.

Certaines espèces végétales, telles que le châtaignier, le tilleul, les herbacées ou l’ambroisie, libèrent leur pollen de l’été à la fin de l’automne.

pollen

La dispersion des pollens par le vent © Elisa Manzat

Allergies au pollen – Le saviez-vous ?

L’allergie aux pollens des arbres, plantes, herbacées et graminées, est appelée pollinose ou rhume des foins.

Les allergies aux pollens peuvent donc sévir de février à septembre. La pollinisation est plus ou moins précoce selon les régions.

En période de pollinisation, les grains de pollen sont émis en très grande quantité car la probabilité d’atteindre la fleur femelle est très faible. Un pied d’ambroisie, par exemple, peut produire 2,5 milliards de grains en une seule saison.

À quel âge peut-on être allergique au pollen ?

L’allergie pollinique apparaît le plus souvent entre 8 et 20 ans, mais continue à se manifester ensuite pendant des années, puis s’atténue généralement après la soixantaine.

Quels sont les végétaux qui donnent le plus d’allergies ?

Cyprès, bouleau, aulne, frêne, chêne, noisetier, saule, platane, charme, tilleul et olivier sont les principaux arbres émettant des pollens allergisants.

Du côté des herbacées, on se méfiera de l’ambroisie, des graminées, de l’armoise, de la pariétaire, du chénopode, du plantain, de l’oseille et de l’ortie.

Chez les plantes vertes, attention avec le Ficus benjamina, le papyrus, le spatiphyllum, le tradescantia et certains cactées.

Quels sont les symptômes d’une allergie au pollen ?

Lorsque ce grain pénètre dans l’organisme par les voies respiratoires, il peut provoquer une vive réaction du système immunitaire.

pollen

difficultés respiratoires, yeux gonflés, nez qui coule : quelques uns des symptômes de l’allergie au pollen © Eva Foreman

Les pollens provoquent des affections sans conséquences graves, mais elle peuvent être parfois vraiment sévères, voire invalidantes :

  • rhinites, écoulement souvent abondant et obstruction nasale
  • conjonctivites avec larmoiement, démangeaisons
  • diminution du souffle, oppression thoracique ou respiration sifflante, asthme
  • fatigue, maux de tête, manque de concentration ou d’attention lié à un sommeil perturbé par la rhinite
  • manifestations cutanées avec aggravation de certains eczémas, plus rarement oedèmes et urticaires

Lire page suivante : comment éviter les allergies au pollen ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Elle est une des rédactrices historiques de consoGlobe et en connait un vaste rayon sur le développement durable

5 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour, Pour ne pas laisser entrer les pollens dans la maison par les entrées d’air sur fenêtres nécessaires à la VMC, on peut faire ceci :

    youtube.com/watch?v=OgZqOi-6RmI

  2. va au diable

  3. La meilleure solution est de consulter un allergologue qui fera le diagnostic puis vous prescrira un traiement particulier (préparé spécialement pour un individu en fonction de ses allergies) pour vous désensibiliser.

  4. Essayez l’huile essentielle d’ estragon à raison d’une seule goutte (et pas plus) par jour en pleine période par voie orale.

  5. C’est bien de parler de ces allergies qui empoisonnent notre quotidien,ç’est bien de nous montrer la cause,et ce q’il ne faut pas faire(ou faire selon le cas)
    Mais dans tout cela ou est la véritable solution?quel produit
    pouvez vous nous conseiller en game naturelle????????….

Moi aussi je donne mon avis