Êtes-vous “locavore” ? L’exemple de Belle Terre à La Louvière

Rédigé par Emmanuelle Lecomte, le 7 May 2015, à 9 h 58 min

« Belle Terre », c’est le joli nom donné au commerce bio qui a ouvert ses portes en novembre 2014 à La Louvière, en Belgique… et qui se recommande du « locavorisme ». Derrière ce terme, pour le coup un brin barbare, se cache un mouvement prônant la consommation de nourriture produite dans un rayon allant de 100 à 250 kilomètres. Rencontre sur place de consoGlobe d’un locavore déterminé.

Locavore : si vous n’allez pas au bio, le bio viendra à vous avec Serge…

Amoureux de la terre, sensible à la malbouffe et bientôt papa d’un deuxième enfant, Serge Van Bost s’est lancé dans l’aventure du bio.

J’ai juste envie de faire du bien à ma famille et aux personnes qui viennent dans mon magasin en offrant un maximum de services
Serge Van Bost

Rien ne prédestinait cet ancien moniteur de conduite à ce nouvel emploi, sinon les convictions personnelles qui l’animent et qui, selon lui, suffisent largement quand on cultive en soi le désir de devenir indépendant depuis tant d’années. Il lui aura tout de même fallu près d’une année et demie pour concrétiser son rêve.

belle-terreDans les grandes villes, la concurrence est déjà bien présente et l’investissement aurait été double. Mais le risque d’installer sa boutique à La Louvière n’est-il pas tout aussi grand ? Même le marché hebdomadaire ne compte pas d’échoppe bio parmi les vendeurs maraîchers ! Les Louviérois feront-ils le pas en allant s’approvisionner dans sa boutique ? Bruxellois d’origine, Serge a fait le pari de miser sur cette ville de la région du Centre, persuadé qu’il y avait là un public potentiel intéressé au bien-fondé du bio. Serge aime les défis et il semble rempli d’énergie pour relever ce dernier.

Serge Van Bost Belle Terre La Louvière

Définition – Le locavorisme

Le terme « locavore » est apparu il y a dizaine d’années aux Etats-Unis, où Jessica Pentrice, une habitante de San Francisco, met alors les habitants de sa ville au défi de se nourrir uniquement d’aliments produits à moins de 160km de chez eux. Le locavore, c’est donc, littéralement, celui qui « mange local ».

Selon le Petit Larousse, c’est aussi une « personne qui décide de ne consommer que des fruits et légumes locaux et de saison pour contribuer au développement durable ». Avec des exceptions tolérées, pour le thé, le café, le chocolat, les épices, et autres produits exotiques.

Locavore : le vrac et le local

Ce qui rend sa boutique unique, c’est la vente en vrac. Outre les produits alimentaires et cosmétiques classiques, Serge a décidé de miser sur la vente d’huiles et de céréales en vrac. Il se bat contre la malbouffe mais également contre les contenants, plastiques et déchets en tout genre. Le client vient avec ses propres récipients et choisit lui-même les quantités qu’il désire acheter. Il souhaite à terme que la majorité de ses produits soient achetables de cette manière. Dans une logique de consommation responsable, il promeut également le « locavorisme » et se fournit dès lors principalement auprès de producteurs belges. Quand on lui demande ce qui le motive à agir de la sorte, il répond qu’ « à [ses] yeux, trop de producteurs locaux de bonne qualité ne sont pas assez valorisés. Pourquoi dès lors aller chercher les produits si loin quand on peut éviter l’émission de CO2 en réduisant les longs trajets entre les fournisseurs et les consommateurs ? »

belle-terre-magasin-bio-la-louviere-locavorisme-02En attendant, Serge tente encore plus d’attirer et de fidéliser sa clientèle. Prochainement, il projette de développer le côté petite restauration au fond de son magasin ainsi que la livraison à domicile. La boutique est très bien achalandée et les suggestions y sont les bienvenues. Serge s’est équipé d’un terminal de paiement, ce qui facilite les achats. Et d’un site internet reprenant la liste des produits en vente ainsi que des conseils, recettes et toutes autres informations d’ordre pratique.

Et vous, êtes-vous « locavore » ?

Selon l’étude IPSOS de février 2014, Les Français et le consommer local, la proximité géographique est un vrai gage de confiance et 41 % des Français achètent très souvent des produits locaux, une tendance croissante. Cela correspond pour 8 consommateurs sur 10 à une envie de retour à la nature. Les produits locaux sont d’abord achetés dans les marchés.

Interview de Serge Van Bost par la télévision locale Antenne Centre

Le bon plan –  Si vous n’habitez pas à coté d’un magasin de ce type mais souhaitez accéder à de l’épicerie BIO, de qualité et sans emballage, allez sur Il était une noix avec la même philosophie que Belle Terre :

riz bio l-il-etait-une-noix-

Livraison sur toute la France et la Belgique de céréales, épices, graines, riz… avec une grande qualité de service. Produits exclusivement bio.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Petite, je voulais être missionnaire pour voyager et aider les plus démunis. A l’adolescence, j’ai enrichi mon vocabulaire et opté pour un métier...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis