Gluten : vous avez dit intolérance ou allergie  ?

Rédigé par Emma, le 28 Nov 2013, à 18 h 08 min

Intolérance ou allergie au gluten, quelle est la différence ? Il y en a bien une. Mais on parle de gluten seulement dans un cas, et de blé dans l’autre. Explications.

Des maladies très différentes, mais radicales

Le blé peut être aujourd’hui source de deux pathologies très différentes : l’allergie ou l’intolérance. Si la première est exclusive au blé, la seconde, liée au gluten concerne les céréales qui en contiennent, dont le blé, mais pas exclusivement.

L’allergie au blé : une réaction sévère

epeautre-ble-cerealeQuand on parle d’allergie, on ne parle pas de gluten, mais de blé.

Le blé est en effet un allergène potentiel et reconnu, comme peuvent l’être aussi l’oeuf, les fruits à coque les protéines de lait, le soja, etc. (mais il est plus rare).

Ce n’est plus le gluten qui va déclencher l’allergie, mais plusieurs autres protéines de blé. On peut même parler d’allergieS (au pluriel), puisqu’elles peuvent déclencher plusieurs réactions selon leur mode de contact avec la personne allergique

  • en mangeant : les gliadines ingérées (au cours d’un repas) vont déclencher une allergie alimentaire.
  • en respirant : les albumines et globulines inhalées vont déclencher une allergie respiratoire.

La réaction allergique est immunitaire et commence peu après l’ingestion (ou l’inhalation), se traduisant d’abord par des symptômes digestifs (nausées, vomissements), puis par des manifestations dermatologiques (urticaire, eczéma) et/ou respiratoires (asthme) qui peuvent être très fortes. L’allergie respiratoire est beaucoup plus rare et concerne surtout les personnes en contact régulier avec la farine, comme les boulangers par exemples.

Qui est concerné ?

Ce sont surtout les enfants qui déclenchent des allergies au blé. Mais elles représentent moins de 1 % des allergies. Dans la majorité des cas, l’allergie disparaît, souvent avant l’âge adulte.

Quelle est le traitement ?

Comme tous les allergènes, il faut enlever de son alimentation le blé sous toutes ses formes.

> Suite : L’intolérance au gluten : la maladie coeliaque

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Grâce à l’acupuncteur, on a décelé une légère réaction au gluten à mon fils alors qu’il avait…16 ans !
    Il a eu un traitement avec des granules « gluten », pendant le traitement, j’ai fait des gâteaux à la farine de riz, de châtaigne, de quinoa, de sarrasin, de « foufou », etc. Les pâtes à la farine de maïs ou de riz sont très bien (en vrac chez certaines Biocoop, pas toutes), mais on peut cuisiner autre chose que des pâtes comme céréales ou farineux (la patate douce ou les pommes de terre classiques, le riz complet, quinoa etc).
    Changement complet pour lui au niveau digestif, plus de selles collantes, une peau de bébé : une vraie révélation.

    PAR CONTRE…..dès qu’il recommence à manger n’importe comment, il récolte les mêmes peu glorieux résultats.

    Sincèrement, cuisiner sans gluten n’est pas compliqué, et si on s’abstient d’encourager la niche que les publicitaires se sont dépêchés de s’approprier sur ce sujet, et qu’on évite les produits ensachés à prix d’or étiquetés « sans gluten », on peut très bien cuisiner à prix normal. C’est juste qu’il n’y aura pas ce fichu gluten !

  2. le docteur Jean Seignalet de la fac de Montpellier a été le premier à établir un rapport entre l’alimentation particulièrement le gluten et certaines maladies comme la sclérose en plaques

  3. même si on nest ni allergique, ni intolérant, trop de gluten n’est pas bon pour la santé ; qund j’étais petite, mes parents faisaient eux-mêmes la colle pour le papier peint avec de l’eau et … de la farine ; et ça collait grâce au gluten contenu dans le blé ; cette colle va

    • pourquoi mes commentaires sont-ils systématiquement interrompus, pour cause de doublon ? ? ? ça devient lassant ; je disais que cette colle enrobe vos intestins

  4. Grâce à l’acupuncteur, on a décelé une légère réaction au gluten à mon fils alors qu’il avait…16 ans !
    Il a eu un traitement avec des granules « gluten », pendant le traitement, j’ai fait des gâteaux à la farine de riz, de châtaigne, de quinoa, de sarrasin, de « foufou », etc. Les pâtes à la farine de maïs ou de riz sont très bien (en vrac chez certaines Biocoop, pas toutes), mais on peut cuisiner autre chose que des pâtes comme céréales ou farineux (la patate douce ou les pommes de terre classiques, le riz complet, quinoa etc).
    Changement complet pour lui au niveau digestif, plus de selles collantes, une peau de bébé : une vraie révélation.
    PAR CONTRE…..dès qu’il recommence à manger n’importe comment, il récolte les mêmes peu glorieux résultats.
    Sincèrement, cuisiner sans gluten n’est pas compliqué, et si on s’abstient d’encourager la niche que les publicitaires se sont dépêchés de s’approprier sur ce sujet, et qu’on évite les produits ensachés à prix d’or étiquetés « sans gluten », on peut très bien cuisiner à prix normal. C’est juste qu’il n’y aura pas ce fichu gluten !

Moi aussi je donne mon avis