Fruits et légumes en circuit court type AMAP les moins chers du marché – Étude

Rédigé par Stephen Boucher, le 30 Apr 2015, à 16 h 51 min

Une étude menée en France par l’association des Paniers Marseillais, un réseau de distribution de paniers de légumes et de fruits issus de l’agriculture biologiques vendus en circuits courts solidaires sans intermédiaire, montre qu’à volume et type de produits égaux, le panier circuit court est gagnant en prix par rapport à tous ses concurrents.

Circuit court : 30 % moins cher qu’en hypermarché

L’étude, menée pendant un an, a consisté à comparer les prix des fruits et légumes contenus dans le panier avec celui pratiqué pour le même volume et les même types de produits en supermarché bio, auprès d’un grand distributeur de produits issus de l’agriculture biologique et dans un hypermarché avec des produits issus de l’agriculture conventionnelle.

Résultat : les prix les moins chers sont ceux du panier de circuit court solidaire sans intermédiaire. La différence est notable : deux fois moins cher que dans un magasin spécialisé dans le bio ; 30 % moins cher que dans un hypermarché, pour les légumes conventionnels, ou que les grands distributeurs vendant des produits bio.

Une économie de 217 euros sur l’année

amap-panier-legumes-plants-tomates-02Derrière l’exercice de communication du panier marseillais, une réalité : mieux consommer, local, bio, sans intermédiaire, est dans l’intérêt de tous. Le panier moyen permet ainsi de réaliser, à produits et en quantités comparables (mais non bio) achetés en hypermarché 217 euros d’économie sur l’année.

« Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, et pourquoi ne pas payer pour se ruiner la santé », pourrait être la conclusion, ironique, du rapport. Plus sérieusement, l’eurodéputée Michèle Rivasi (Vert, Sud-Est) en conclut que le bio n’est pas réservé aux personnes de catégories sociales supérieures pouvant se permettre de « payer le prix ». Elle relève que les paniers marseillais sont implantés dans les quartiers populaires de Marseille et diffusent aussi sur les campus étudiants.

amap-panier-legumes-carottes-03-banElle souligne aussi « que l’étude de prix réalisée ne prend pas en compte le coût des dommages environnementaux et sanitaires collatéraux causés par l’agriculture industrielle conventionnelle : pollution des sols et des nappes phréatiques, disparition des insectes pollinisateurs, maladies liées à la malbouffe… »

Comment favoriser les circuits courts en France ?

Michèle Rivasi déclare à consoGlobe : « Ces circuits introduisent beaucoup de lien humain. Il faut pour les développer une politique draconienne pour maintenir les terres agricoles. Toute zone commerciale doit être compensée par le maintien du double en zones agricoles. Il faut faire des zones vertes à proximité des villes où on encourage ce type d’agriculture. Donc il faut aussi encourager les élus à acheter des terres agricoles, ce qui pourrait aider à favoriser l’installation de jeunes agriculteurs.

Donc il faut une politique du foncier, mais il faut aussi inciter la coopération entre agriculteurs et favoriser l’agriculture bio : il y a beaucoup d’aides pour l’agriculture conventionnelle, mais, ce qu’on sait moins, peu sur le bio. Or, tous ces circuits courts sont en agriculture bio ou en agriculture paysanne avec très peu de pesticides. »

amap-panier-legumes-fruits-jardin-01« Et puis il faut des plans aménagement du territoire, au niveau du SCOT il faut délimiter des zones agricoles pour éviter le mitage. Enfin il faut des incitations financières à ce que les gens se regroupent, pour fournir les clients en fonction des produits saisonniers. »

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Dans la liste des amaps, il faudrait ajouter THURAMAP dans le Haut-Rhin. Nous faisons des distributions hebdomadaires de fruits, légumes, pain, produits laitiers, fromages de chèvre, de brebis, bimensuelles d’œufs, mensuelles de volaille, farine, miel et viande de bœuf, saisonnières de choucroute et escargots. Nos distributions se déroulent tous les jeudis à Wittelsheim de 18h à 18h45 et tous les vendredis à Cernay aux mêmes heures.
    Merci de bien vouloir nous rajouter à votre liste !
    Simone Moresco

  2. Il est normal qu’un circuit sans intermediaire soit moins cher a priori
    Ok aussi pour l’impact sur l’environement. Par contre un circuit long génère des emplois…..

    • Un circuit long génère des emplois… pour énormément de marchandises. Combien d’emplois détruits dans les villages pour l’installation d’un seul hypermarché? La quantité d’emploi par euro de chiffre d’affaires est plus important en circuit court qu’en circuit long. Il y a juste moins de personnes différentes qui ont vu passer le produits sous leurs yeux, mais elles y ont consacré plus de temps.

Moi aussi je donne mon avis